Cueillir ses rires comme des  bourgeons


RÉSUMÉ

Coincée six pieds sous terre depuis plusieurs décès qui l’ont bien arrangée mais la laissent fermenter dans la culpabilité, Claire fait semblant de vivre en crachant son acidité à voix basse sur un entourage qu’elle aime gentiment asservir. Lorsqu’elle apprend que son fils, encore lycéen, compte finir sa scolarité en Inde, elle sent qu’elle perd pied. Pour faire diversion elle envisage d’échanger sa maison du Cap Ferret avec une certaine Estelle. Sur l’île où elle s’est réfugiée, Claire ne distingue plus vraiment ses contours au point qu’elle s’étonne à peine de trouver chaque nuit, écrits dans des carnets, les récits que son hôte lui fait en simultané de son séjour à Ferret. Alors qu’elle commence à peine à se redessiner et à faire entendre sa voix de sous les gravats, son frère Arnaud lui fait une terrible révélation.


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Karoo

Cueillir ses rires comme des bourgeons, c’est le titre poético-énigmatique d’un roman qu’on attendait depuis longtemps : le tout premier d’Astrid Chaffringeon, dont on connaissait déjà le sens esthétique et l’acuité idéelle avec son très beau projet de lieu d’art à domicile, Chantier(s) Art House.

Cueillir ses rires comme des bourgeons, c’est le titre poético-énigmatique d’un roman qu’on attendait depuis longtemps : le tout premier d’Astrid Chaffringeon, dont on connaissait déjà le sens esthétique et l’acuité idéelle avec son très beau projet de lieu d’art à domicile, Chantier(s) Art House.


Claire est une mère faite célibataire, qui survit aux deuils successifs autour d’elle et à la médiocrité…


Le Carnet et les Instants

Claire, une traductrice bordelaise, doit laisser partir la prunelle de ses yeux. Son fils, Sacha, s’en va à Pune, en Inde, pour poursuivre son cursus scolaire. Elle craint ce départ, elle qui a vu tant d’êtres aimés disparaître. Elle a élevé son fils seule, le père s’étant tué en voiture alors qu’elle était encore enceinte de Sacha. Fait étrange : ses propres parents sont également morts quelques semaines plus tard dans un accident de voiture.La mort, l’absence et les disparitions rôdent et charrient avec elles une imagerie crépusculaire. Une ruée de scarabées, de coléoptères et bêtes en tout genre ne cessent de se ruer sur Claire, tandis qu’une araignée lui grignote doucement le cerveau. Cet ultime abandon finira-t-il par fermer…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:roman rire - "Cueillir ses rires comme des  bourgeons"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Un été dans la combe

Quelque part entre Argonne et Champagne, un vagabond s'installe…

J’ai un projet : devenir fou

J’ai un projet : devenir fou , le dernier livre d’Éric Neirynck,…

Une histoire belge

Ernest Dubois, professeur de français maniaque de la langue et ornithophobe, de retour d’un…