Contes carnivores


RÉSUMÉ

Quatorze récits dans lesquels le fantastique se mêle au drolatique et à l’onirique. D’étranges musiciens et des créateurs excentriques côtoient des personnages étonnants parmi lesquels se trouve l’emblématique Pierre Gould qui figure aussi dans L’angoisse de la première phrase du même auteur.


PRIX
  Prix Rossel, 2008  Prix Marcel Thiry, 2008

À PROPOS DE L'AUTEUR
Bernard Quiriny
Auteur de Contes carnivores
Bernard Quiriny est né à Bastogne le 27 juin 1978 et est le fils et petit-fils de Marchois, son grand-père Albert Duckerts, de Marche et sa maman Geneviève Duckerts. Il réside en Bourgogne (F) où, à Dijon, il est maître de conférence à la faculté de droit.En outre, il est responsable "musique et livre" du magazine "Chronic'Art".Il a participé, en 2002, à la rédaction du recueil "Le cadavre bouge encore : précis de réanimation littéraire" aux éditions Léo Scheer.En 2005, son premier recueil de nouvelles "L'angoisse de la première phrase" a remporté le prix de la vocation (Fondation Marcel Bleustein-Blanchet).En 2008, il triomphe avec "Contes carnivores" pour lequel il reçoit le Prix Victor Rossel. Les français ont aussi reconnu la valeur de cet auteur en lui remettant le Prix du style, Prix de la Société des Gens de Lettres (bourse Thyde Monnier) ainsi que le Prix Folies d'Encre (organisé par la librairie Folies d'Encre de Montreuil en 1993).

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Contes carnivores"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 10367 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Légendes flamandes

Elles sont quatre, les Légendes flamandes publiées en 1858 par Charles De Coster, qui en attendait mieux qu’un succès d’estime ; rééditées dans une version remaniée en 1861.C’est sur ce dernier texte que se fonde l’édition critique établie par Joseph Hanse en 1990, qui reparaît pour l’essentiel aujourd’hui, sous l’égide de Jean-Marie Klinkenberg, dans la collection Espace Nord. Quatre légendes, au langage original, coloré, archaïsant, mais qu’on a tôt fait d’apprivoiser. Aux personnages bien sculptés, dont le plus célèbre n’est autre que Sire Halewyn , le Méchant, qui se proclamait l’Invincible, séducteur impitoyable de tendres vierges, qu’osa défier – et sut vaincre – l’intrépide Magtelt.La vaillance des femmes est aussi mise à l’honneur dans Les Frères de la Bonne Trogne , qui raconte comment les commères d’Uccle prirent une nuit la place – et les arcs – de leurs maris, dormant d’un sommeil de plomb pour avoir trop « chopiné », le diable s’en mêlant de surcroît, et mirent en déroute une troupe de bandits venus piller leur commune. Un exploit dont le Duc voulut garder mémoire. «  Ainsi fut instituée la confrérie des femmes-archers d’Uccle, lesquelles tirent de l’arc comme hommes à chaque dimanche sous la protection de Madame la Vierge.» On rencontre plus loin Blanche, Claire et Candide , trois nobles pucelles aux noms transparents, qui ont «  voué à Dieu leur fleur de virginité  », au désespoir de leurs amoureux, et, «  par ordre céleste  », partent à l’aventure. Leur voyage s’arrêtera au village de Haeckendover, dans le duché de Brabant, où elles réaliseront leur rêve de faire bâtir une église.Le conte le plus captivant, plein de rebondissements, est peut-être Smetse Smee , forgeron en sa bonne ville de Gand, qui nous est ainsi présenté : « Il…