Ce n'est pas une vie


RÉSUMÉ

Victime d’une erreur judiciaire, Robert Poulet fut condamné à mort en 1945 par un tribunal militaire, statuant sommairement. L’accusé n’avait pas voulu invoquer publiquement la caution secrète que lui avait donnée son souverain. Il comptait que ce dernier interviendrait au moment opportun. Ce qui ne s’est pas produit… Entre la condamnation et la libération, l’auteur de Handji s’était remémoré les moments les plus singuliers de sa vie : ses études universitaires, la guerre dans un corps franc, l’usine, le travail des champs, dix ans de cinéma, les débuts littéraires et journalistiques. Ce qui amène l’évocation d’autres rencontres, antérieures ou postérieures, avec ses amis Drieu la Rochelle, Brasillach, Chardonne, Cocteau, Céline, Paulhan, les Belges Neuray, Colin, Degrelle, de Man… Le tout, enveloppé dans l’expression d’une pensée vigoureuse et allègre, qui prête une nuance d’ironie supérieure à ces fragments de mémoires, dont les circonstances – au temps où elles étaient ressenties – restèrent longtemps, jour par jour, sous la menace de la salve fatale.


À PROPOS DE L'AUTEUR
Robert Poulet
Auteur de Ce n'est pas une vie
Robert Poulet est né à Liège en 1893 et mort en exil en 1989. Combattant lors de la Première Guerre mondiale, il collabore avec l’occupant durant la seconde. Publié principalement chez Denoël, ami de Louis-Ferdinand Céline et d’Hergé, il échappe de peu à la condamnation à mort à la Libération, mais se voit contraint à l’exil. Il s’installe près de Paris et exerce un métier d’éditeur et de critique littéraire.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Ce n'est pas une vie"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 16374 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Mother India : des nouvelles de l’Inde

Jean-Pol HECQ , Mother India , Des nouvelles…

Petits bonheurs : Bras de fer et vitamines

Et voilà qu'un beau jour, je fus grand-père.…

Sauvage est celui qui se sauve

J’écris : voici mon frère, il n’a fait que passer…