RÉSUMÉ
Freddo vient d’hériter d’un immense domaine familial trop cher à entretenir. Il devient professeur de philosophie pour subvenir à ces nouveaux frais. Avec une bande d’amis, il élabore des dossiers pédagogiques audacieux afin de créer une contre-école, avec le souci de trouver une nouvelle manière d’apprendre.

À PROPOS DE L'AUTEUR
Antoine Boute
Auteur de Apnée
Antoine Boute, né en 1978, vit et travaille à Tervuren (Belgique), presque dans la forêt. Il travaille à faire se chevaucher littérature, philosophie et expériences, en écrivant des livres, en réalisant des performances, en enseignant (aux Ecoles Supérieures des Arts Erg et Saint-Luc à Bruxelles), en proposant des workshops, en organisant des événements. Il est l’auteur d’une quinzaine de livres, dont Les Morts rigolos, avec Victor & Lucas Boute ; S'enfonçant, spéculer ; Inspectant, reculer ; Opérations biohardcores  ; Manuel de civilité biohardcore, avec Stéphane De Groef et Adrien Herda ; On peut boire la transpiration d’un cheval.
Chloé Schuiten
Illustrateur de Apnée
Chloé Schuiten vit et travaille à Bruxelles. Artiste multidisciplinaire, elle dessine, écrit, réalise des bandes dessinées, elle teste et organise des événements et modes de vie collectifs. Par moment elle est styliste de l’urgence et des rebuts, ou prof d’atelier “rien faire en forêt”. Obsédée par les miettes, par ce qui traine et est indésirable, elle récolte ces bouts et les utilise comme matériaux de base à ses créations. Son travail traite aussi de l’ensauvagement et des rapports entre hommes et animaux.

NOS EXPERTS EN PARLENT...
Karoo






ATTENTION ! CE LIVRE COMMENCE COMME UN ROMAN MAIS CE N’EST PAS UN ROMAN ! NON ! ET PAS UN RECUEIL DE NOUVELLES NON PLUS ! NI DE LA POESIE, NI DE LA PHILO, NI DE LA SCIENCE ! NON ! MIEUX QUE TOUT ÇA !















 

TOUT ÇA MAIS PLUS QUE TOUT CA ! CE LIVRE EST UNE BLAGUE ! UNE BLAGUE D’ECRITURE ! L’ECRITURE EST UNE BLAGUE AFFIRME CE LIVRE ET IL A RAISON ! IL A RAISON MAIS C’EST PARCE QU’IL A UNE CONCEPTION DEVIANTE A LA FOIS DU CONCEPT DE BLAGUE ET DU CONCEPT D’ECRITURE ! HA HA ! VOUS CONNAISSEZ LES « SYSTEMES CHAOTIQUES DE NIVEAU 2 » !? HA HA ! UN SYSTEME CHAOTIQUE DE NIVEAU 2 EST UNE BONNE BLAGUE AFFIRME CE LIVRE ! ET CE LIVRE PRETEND…


Le Carnet et les Instants

Dans la foulée de S’enfonçant, spéculer, d’Inspectant, reculer (ONLiT), l’écrivain, performer, musicien Antoine Boute produit, en collaboration avec Chloé Schuiten, Clément Thiry et Jeanne Pruvot Simonneaux, Apnée, un objet textuel non identifiable qui délivre une souveraine expérience sensorielle et conceptuelle. Traversée des états d’une littérature modifiée, Apnée se déroule comme un récit/anti-récit qui spécule pour une sortie de la fiction usuelle, pour un récit haret, un agencement féral composé de dessins et d’une écriture en transhumance. « Ceci n’est pas un roman » nous dit ce roman qui n’en est pas un, qui se lit photoélectriquement.Le livre-objet fait ce qu’il dit.…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Apnée"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9174 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Une revue catholique au tournant du siècle : Durendal 1894-1919

À propos du livre (texte de l'Introduction) Lorsqu'on parcourt une histoire de la littérature belge de langue française, le chapitre consacré à cette époque particulièrement florissante, qui va de 1880 à la première guerre mondiale, frappe par l'éclosion soudaine de revues littéraires qui suivirent l'exemple de la Jeune Belgique. Dans la liste de ces revues plus ou moins éphémères, l'attention est attirée par la longévité surprenante de l'une d'elles, Durendal, revue catholique d'art et de littérature . Ce mensuel catholique parut pendant vingt ans, de 1894 à 1914, alors que la Jeune Belgique ne sortit de presse que durant seize années et que la Wallonie disparut au bout de sept ans. Quelle recette a donc permis à Durendal de garder si long-temps ses lecteurs? Et une seconde question vient à l'esprit : à quoi pouvait bien s'intéresser une revue littéraire catholique à un moment où la littérature catholique semble inexistante? Qui a fondé Durendal ? Quels étaient ses objectifs? Autant de questions sur lesquelles bien peu de critiques ou d'historiens littéraires se sont penchés. En faut-il davantage pour désirer examiner avec un peu d'attention cette revue et la sortir de l'oubli, comme ce fut fait autrefois pour la Jeune Belgique et la Wallonie ? C'est ce que nous allons essayer de faire : rechercher les origines de la revue, découvrir son but, analyser la manière dont elle l'atteignit et les raisons qui la maintinrent en vie au-delà de la durée moyenne d'existence des revues littéraires belges. Ce travail ne se veut pas exhaustif: beaucoup d'aspects devront malheureusement rester ignorés, principalement certains problèmes plus particulièrement artistiques qui sortent de nos compétences par leur caractère trop technique. Nous ne proposerons pas non plus, dans chaque chapitre, un relevé détaillé de tous les articles parus dans Durendal et traitant du sujet mais seulement les extraits les plus significatifs. La présentation typographique de la revue, son illustration de plus en plus abondante et le sommaire de chaque numéro ne nous paraissent pas mériter de longs développements. Il suffit de savoir qu'en 1894 chaque numéro comptait vingt pages, tandis que ce nombre…