374 marches


RÉSUMÉ
Montagne de Bueren, un matin de septembre / tu te souviens d’avoir été ce lent grimpeur / combien de fois déjà dans l’ombre ou la lumière / seul ou accompagné du fantôme / d’un poète qui boite / et te parle de Liège en rêve et en ivresse : / « Mis bout à bout tous les escaliers de Liège / conduiraient à la lune ou au centre de la terre / L’entrée des escaliers souterrains se trouve / au pied des remparts d’Hocheporte / Porte secrète dissimulée sous les fleurs » / Il est encore là et te parle à l’oreille / de sa voix précise, sinueuse et insinuante / interrogeant ta vie et ses envies muettes / cette vie aujourd’hui à l’image de quoi ? / de quel piètre gâchis ? / Tu t’es trompé Tu as trompé / Tu t’es trahi Tu as trahi / Tu as plongé et nagé en eaux troubles / Tu as élevé le mensonge en principe vital / et tu es encore là / Tu as abandonné On t’a abandonné / Tout le monde te manque / Où dorment tes amis ?

À PROPOS DE L'AUTEUR
Karel Logist
Auteur de 374 marches
Je suis un amateur de mots, un musicien de la corde raide, un saltimbanque de l’écriture. Je vais depuis trente ans de poème en poème, comme de liane en liane, sans pour autant trouver la branche sur laquelle m’asseoir et me mettre à scier ou à simplement contempler le bel horizon. Je suis né en 1962 à Spa, en Belgique francophone, d’une mère allemande et d’un père flamand. Depuis mon premier recueil «Le séismographe», en 1988, j’ai publié une douzaine de titres. J’ai eu la chance de voir plusieurs de mes livres primés, en Belgique comme à l’étranger. Documentaliste à l'Université de Liège depuis vingt ans, je mêle à l'écriture de mes carnets de doute, en prose comme en vers, l'air et l'écho du temps qui passe. Je suis également critique littéraire et animateur d'ateliers d'écriture. Parce que j’aime aussi le mouvement, la rencontre et les écrivains, je coanime à Liège l'association littéraire Le Fram. Dernièrement, l'éditeur Le Castor Astral, à Bordeaux, a publié «Tout emporter», une anthologie personnelle de mes poèmes. Bien que ce n’en soit pas un, j’ai ressenti ce livre comme un bilan et comme le commandement de me renouveler. Je prends du plaisir avec beaucoup de choses : la poésie des autres, la mer, le rock, la nuit et ses rumeurs, le hasard et ses couleurs… J’ai fait des livres et des études, un enfant et beaucoup de rencontres, des promesses et nombre de mensonges, autant de vaines tentatives de m’approcher de ma vérité. Peut-être suis-je un mot sur la feuille qui cache un arbre qui cache la forêt ? Et peut-être qu’au fond, je n’écris pas vraiment, que des mots me traversent et me demandent l’hospitalité. Et si je suis poète, c’est parce que je ne dis jamais non.    

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "374 marches"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9176 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Battre l’immense

Sur les soixante poèmes qui composent le nouveau recueil de Béatrice Libert, trente-six…

Poèmes choisis

Préface de Philippe Jones À propos du livre Mélot du Dy, né à Bruxelles en 1891, mort à Rixensart en 1956,…

Pour ainsi dire. Pour ainsi vivre

Il s'abstient de se ruer vers des poèmespas encore nés et…