Vincent Tholomé


PRÉSENTATION
Vincent Tholomé est né à Namur en 1965. Il se définit comme poète, à défaut d’un autre mot, mais aussi comme performeur, seul, en duo ou avec [kwad], carrefour d’improvisations sonores et verbales. Il publie ses textes en édition papier mais également sur le net. Pour la revue Indications, il anime des ateliers d’écriture dans les écoles secondaires et dans des workshops.

BIBLIOGRAPHIE


PRIX


NOS EXPERTS EN PARLENT
Le Carnet et les Instants

Je ne sais pas s’il est encore nécessaire de présenter Vincent Tholomé. Mais dans le doute, et parce que c’est chouette, le doute, on rappellera ici que le poète est aussi performeur, qu’il est l’auteur d’une quinzaine de livres et qu’Espace Nord vient d’ailleurs de publier deux de ses textes, Kirkjubaejarklaustur suivi de The John Cage Experiences, ce qui veut dire quelque chose, d’autant plus, pourrait-on se dire, quand Jan Baetens en signe la postface – mais là on peut se demander s’il ne conviendrait pas également de présenter Jan Baetens, ce dont je ne suis pas certaine non plus, et on laissera planer le doute, après avoir levé un petit voile. (Par plaisir).Du plaisir justement, il en est pas mal question avec…


Le Carnet et les Instants

Poète, auteur performeur réinventant la langue, notre rapport au verbe, Vincent Tholomé s’aventure avec Mon voisin Noug dans l’espace des livres pour enfants. D’emblée, il métamorphose ces derniers en ouvrages où l’enfance — l’enfance du monde dirait Deleuze, mais aussi l’enfance du langage, de la sensation — se déploie. Nul étonnement à voir Vincent Tholomé rejoindre la collection « Petit Va ! » des Éditions du Centre de Créations pour l’Enfance de Tinqueux, laquelle a  accueilli des plumes singulières comme Liliane Giraudon, Julien Blaine, Édith Azam, Laurence Vielle… Le fond de la vie a pour nom l’absurde, le décalé, on n’y échappera pas. De The John Cage Experiences (qui a reçu le Prix triennal…


Le Carnet et les Instants

À dix reprises, Vincent Tholomé a rencontré des élèves de l’Institut Technique de Namur, recueilli leurs vies, leurs rêves, leurs pensées, leurs silences. Comme ces adolescents de 4 QIB (4ème qualification industrie du bois) et de 4 QTP (4ème qualification en travaux publics) assemblent des machines, des meubles, ici, avec Vincent Tholomé, ils assemblent des fragments de leurs vies, construisent un récit qui a la particularité d’être fondu en un seul texte collectif, scandé par les noms d’Alphonse Brown, Mike Triso, Henri M et Diego Dora. La circulation de la parole permet d’interroger les rapports à soi, aux autres, au monde. Vincent Tholomé place la démarche sous le signe de l’art japonais du kintsugi, l’art de recoller les restes, de rassembler les ruines, les…


Le Carnet et les Instants

Bâtir une épopée à base d’uranium et de dubnium, une chevauchée sauvage dans les steppes de la langue, voilà ce à quoi Vincent Tholomé s’est attelé dans Mon épopée. Une épopée qui n’est pas la sienne mais celle de Konstantin Peterzhak, une épopée qui est la sienne mais insérée dans un dispositif plus large, le texte rythmé par des photographies, le texte connecté à des images, des performances, des sons électroniques (à découvrir sur le site uranium.be). Le livre nous plonge dans l’ère soviétique, au début des années 1970, dans la tête de Konstantin Peterzhak qui, des années durant, tint des propos sur tout, sur rien, à Georgy Fliorov dans une cafétéria du centre atomique de Dubna.  Structuré en vingt-deux chants, Mon épopée. Propos de…