Eva Kavian

PRÉSENTATION

Née le 15 juin 1964 à Namur

Ergothérapie, Bruxelles

Si mes romans sont de pures fictions, ils sont cependant suscités par une émotion profonde et nourris d'éléments vécus. Les thèmes : amour, désir, relation dans la fratrie et parents-enfants, familles monoparentales, deuils violents, solidarité, l'action comme outil face au désarroi. Lauréate d’une Bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Aide au projet, 2009, 2012 et 2014 Lauréate d’une Bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Aide à la création, 2011

BIBLIOGRAPHIE


PRIX

DOCUMENT(S) ASSOCIÉ(S)


NOS EXPERTS EN PARLENT
Le Carnet et les Instants

Quand Galère apprend qu’il a perdu son travail, il est sonné. Normal. Le temps d’emballer ses affaires et le voilà parti. Cherchera-t-il à trouver un autre job ? Non, Galère préfère s’adonner aux joies du voyage et du chômage longue durée. C’est que, en cette fin de période mésolithique, les espaces à découvrir sont vastes. En l’absence de carte topographique ou de GPS, notre préhistorique protagoniste suit les cours d’eau et développe son sens de l’orientation.Dans ce désopilant roman d’Eva Kavian, présenté assez justement par l’éditeur comme un « « road-movie » hilarant à la sauce mésolithique », le lecteur, avide d’en savoir plus à propos de certaines découvertes archéologiques majeures, suit le parcours d’un homo sapiens d’exception…


Le Carnet et les Instants

Eva KAVIAN, L’homme que j’aime, Carnets du Dessert de Lune, 2019, 66 p., 12 €, ISBN : 978-2930607597Eva Kavian est une autrice qui touche à tous les genres, écrit pour tous les âges et anime des ateliers d’écriture. Poésies, road-movie mésolithique, manuel pour apprenti écrivain, romans pour enfants ou adolescents, souvent elle invente des vies à ses personnages. Parfois, elle raconte la sienne.Dans ce recueil de petits poèmes en vers libres, elle raconte l’amour. Le sien. Celui qu’elle nomme « son mari » et elle s’entrecroisent dans des textes simples, épurés, ténus. L’autrice y lève un coin du voile qui recouvre un amour dont il semble en même temps qu’elle ne souhaite pas trop en révéler, comme pour mieux préserver quelque chose de précieux. Elle…


Le Carnet et les Instants

La narratrice, Jeanne (14 ans) reçoit un message mystérieux de sa sœur Flora (18 ans) : « Je te libère de notre secret ». Son intuition lui dit que c’est important, elle se rend alors au studio où vit sa sœur pour s’assurer que tout va bien : là-bas, elle découvre Flora étendue sur son lit. Elle a avalé beaucoup de médicaments et a écrit sur le mur avec son propre sang « Tu es si belle ».Après avoir appelé une ambulance, envoyé Flora et sa mère aux soins intensifs et nettoyé le studio, Jeanne se retrouve seule dans son appartement. Les souvenirs affluent, violents : elle se remémore une scène surprise quatre ans plus tôt entre Flora et David, l’ex-compagnon de leur mère. Soudain, tous les comportements de sa sœur ces dernières années prennent sens :…


Le Carnet et les Instants

Avec La vie devant nous, Eva Kavian nous livre un récit polyphonique d’une bande de copains. L’histoire se déroule en une soirée où rien ne se passera comme prévu, où l’on peut même dire que tout va basculer.Chaque chapitre fait part d’un monologue d’un personnage qui parle en « je » et le plus souvent en « tu ». Il s’adresse à un autre héros de la bande et c’est petit à petit que le lecteur tisse les fils de l’histoire et comprend qui est qui et le type de lien entre le personnage et les autres.Si je t’avais croisée deux ou trois fois, dans un autre contexte, avec tes tocs et tes goûts de luxe, je n’aurais même pas essayé de t’approcher. C’est parce que nous avons été forcés de partager le quotidien, parce que nous nous sommes découverts au-delà…


Le Carnet et les Instants

Simone a 18 ans, est orpheline et doit élever Fred, son petit frère de 4 ans. Pas facile lorsqu’on débarque dans une bourgade huppée, aisée. Pour terminer son cycle d’enseignement secondaire, Simone a décidé de se donner les moyens, et pour s’assurer un bel avenir, ce sera donc la débrouille, le bon plan, jusqu’à finalement s’intégrer dans ce drôle de petit monde qui l’entoure et trouver des amis sur qui compter.D’après maman, je suis sorti de son ventre, parce que tous les enfants du monde sortent du ventre de leur maman. Mais elle et moi on ne s’en souvient pas, on se base sur les statistiques. On se raconte des histoires. Et on a les mêmes yeux. Surtout moi. Au fil des pages, Eva Kavian nous révèle une situation plus complexe…


Le Carnet et les Instants

La grande précarité est longtemps restée une composante laissée à l’écart du monde littéraire. Sans doute en raison de la méconnaissance de cette réalité singulière et complexe. Force est de constater que c’est de moins en moins le cas. Notre compatriote Patrick Declercq avait donné le ton en 2001 en publiant Les naufragés (collection Terre humaine, Plon) dans lequel il décrivait l’univers des clochards parisiens. Et tout récemment, Xavier Deutsch  nous a livré un récit (Vingt centimes, Couleur livres, 2015) qui aborde aussi cette réalité au travers du destin d’un personnage.Avec Je n’ai rien vu venir, Eva Kavian réunit une palette de protagonistes autour de Jacques De Rider, 68 ans, qui frappe à la porte d’une maison d’accueil car il vient de quitter son…


Le Carnet et les Instants

C’est au cœur de Namur que l’auteure malonnoise Eva Kavian transporte le lecteur. On y suit Hugo, historien n’ayant jamais obtenu le moindre diplôme, passionné de sa ville et de lecture et guide saisonnier depuis cinq ans à la majestueuse Citadelle. Mais Le Trésor d’Hugo Doigny, c’est aussi l’histoire de femmes, de beaucoup de femmes ! Il y a d’abord Charlotte, ensuite Vinciane, Laetitia, Ginette, Brigitte et enfin Axelle. Leur point commun : toutes sont tristes, seules ou abandonnées par leur mari.« Plus jamais il ne laisserait une femme souffrir, il se l’était juré. Tout ce qui était en son pouvoir pour le bonheur d’une femme, il le mettrait en œuvre. Son œuvre. » Ainsi Hugo consacre-t-il ses longs mois d’hibernation, loin des « horaires de dingue en…


Le Carnet et les Instants

Dans son nouvel opus, Eva Kavian nous donne à lire des fragments de vie de personnages qui se croisent dans l’allée menant à un asile psychiatrique où leur enfant est admis suite à une tentative de suicide. Nous sommes amenés à palper le quotidien de ces êtres dont la vie s’est arrêtée, ponctuée par les visites et marquée par la fin de la tranquillité. Ces parents désormais obsédés par leur enfant en rupture avec la vie sont traversés par des émotions très fortes : ballotés entre la colère, le chagrin, la honte, la culpabilité et un profond sentiment d’impuissance, ils apprennent les vertus de la patience et de l’espoir ténu. Au bord de l’épuisement, nous les voyons lutter pour « vivre avec ».Bonjour mon chéri (c’est bien ou pas bien de dire mon chéri…


Karoo

Le dernier roman d’Eva Kavian, paru à La Contre Allée, se concentre sur un espace très limité et auquel on ne pense jamais : le sentier qui sépare le parking de l’hôpital psychiatrique de sa porte d’entrée. Ce chemin, c’est celui que foulent les pas lourds, pressés, rageurs ou découragés des proches venus visiter un enfant, une compagne, un ami. Un patient interné. Le dernier roman d’Eva Kavian, paru à La Contre Allée, se concentre sur un espace très limité et auquel on ne pense jamais : le sentier qui sépare le parking de l’hôpital psychiatrique de sa porte d’entrée. Ce chemin, c’est celui que foulent les pas lourds, pressés, rageurs ou découragés des proches venus visiter un enfant, une compagne, un ami. Un patient interné. Dans L’Engravement, vous…