Un jardin dans les Rocheuses


RÉSUMÉ

Amanda nous emmène sur un chemin forestier.«Nous sommes à la hauteur du cottage de vos grands-parents. Il n’en reste rien. Les sapins ont poussé, bouchant la vue sur la vallée. Le jardin de Marthe n’est plus qu’une jungle. Mais, tous les printemps, des fleurs plus délicates et de couleurs vives réapparaissent parmi les broussailles. Regardez…»Ma soeur Anne enjambe les herbes folles. Elle cueille — mieux : elle recueille — quelques fleurs bleues.«Ce…

  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois

À PROPOS DE L'AUTEUR
Bernard Gheur
Auteur de Un jardin dans les Rocheuses
Bernard Gheur est né à Liège le 18 février 1945. Son père est armateur fluvial; il se prénomme John, ce qu'explique sa naissance au Canada, pays très présent dans l'imaginaire du petit Bernard et de l'écrivain Gheur (voir Retour à Calgary). En fait, les clefs biographiques permettent d'ouvrir bien des portes pour éclairer et visiter l'oeuvre de Bernard Gheur. C'est pourquoi nous avons choisi de livrer au lecteur ces notes transmises par l'écrivain lui-même, et dans lesquelles il nous offre tout un trousseau de références...Études primaires (1950-56) à l'Institut Saint-Paul, à Liège (voir Le lieutenant souriant); admirable professeur de français, en cinquième, qui lui inculque l'amour de l'encre.Humanités gréco-latines au Collège Saint-Servais, à Liège (voir Le testament d'un cancre); délaisse un peu les maths au profit d'une matière extra-scolaire : le cinéma. A seize ans, choisit François Truffaut comme maître à penser plutôt que Bossuet, ou même que Sartre et Gide. Commence à réaliser, avec des copains, de petits films de fiction 8mm, sur les toits, sur le champ de foire d'octobre (voir La scène du baiser). En rhéto, renvoyé pour trois jours, pour avoir lu Jules et Jim, pendant l'étude du soir. Premiers articles.Candidature en droit à l'Université de Liège. En 1965, envoie à Truffaut un texte de quelques pages, ébauche du Testament d'un cancre. Le cinéaste lui donne confiance et élan, en lui conseillant de développer tous ces thèmes et d'écrire un vrai roman.1966-68 : licence en journalisme à l'ULB. Ensuite, journaliste free-lance (La Revue Nouvelle, Les Amis du Film, Le Ligueur).1969 : août et septembre : écrit le Le testament d'un cancre.1970 : le manuscrit est retenu par Robert Sabatier, alors directeur littéraire chez Albin Michel : Truffaut annote le manuscrit, propose des retouches (dans le sens de la rapidité et de la fluidité), et écrit une préface. En 1970 toujours : mariage puis service militaire.1972 : entre au quotidien La Meuse (informations générales), écrit au présent. Le soir ou pendant les vacances, écrit au passé : La scène du baiser, Retour à Calgary, Le lieutenant souriant.Deux fils : François et Charlie.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Un jardin dans les Rocheuses"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Les sept visages de l'eau

" Je sens ses bras autour de ma taille. Il me serre si fort. Je n'ose ouvrir les yeux. La chaleur de sa langue sur la mienne, que c'est doux, que c'est bon. Je profite de ce baiser qui n'en finit pas, de ses mains qui crient tendresse, de ses jambes qui disent caresses, de ce corps qui surgit de l'arbre en chantant l'Amour !". Les sept visages de l'eau, un mariage d'amour et de haine où le passé imprègne le présent et détermine l'amour. FranMi nous emmène à travers une recherche d'identité, d'un rôle social dans une communauté villageoise qui, à l'instar de Saint-Léger, son village d'adoption, présente plein de contradictions. Comment vivre, comment demeurer dans un environnement où les traditions et habitudes anciennes se frottent à la consommation et la vitesse…

Ces étoiles dans la nuit

Sous un titre poétique, Ces étoiles dans la nuit…

Ces enfants-là

Elle se souvient, tout lui revient en détail, sa rage monte et, avec elle, le besoin d’écrire.…