Ulysse à l’école des héros


  Pour Cristal   La guerre de Troie aurait pu ne pas avoir lieu : si l’on suit l’argumentation des personnages de la célèbre pièce de Jean Giraudoux (prémonitoire en 1935), il aurait suffi que les Grecs rendent Hélène aux Troyens pour éviter la tragédie annoncée par Cassandre, redoutée par Andromaque XX . Mais sans guerre, pas de héros, et de tous les héros de l’Antiquité (on situe la guerre de Troie au XIIIe siècle avant Jésus-Christ), Ulysse est certainement l’un des plus admirables : sa bravoure exceptionnelle et son intelligence rusée en font le prototype de l’homme dans toute sa virilité épanouie. D’ailleurs sa mort, annoncée par une prophétie de Tirésias qui rappelle étrangement le mythe d’Œdipe, marque la fin de l’âge des héros, et donc des récits de la mythologie classique.
ULYSSE FROM BAGDAD
Pourtant, trente-quatre siècles plus tard, Ulysse, et surtout Homère, inspirent encore les écrivains. C’est le cas d’Éric-Emmanuel…

  lire la suite sur  REVUES.BE


FIRST:héros guerre femme mythe ligne homme écriture pays littérature fils vie roman père https famille rire pp mère venue traduction terre sellier rfi pouvoir pdf nom guerre de troie enfant coup collège de france classiques contemporains auteur - "Ulysse à l’école des héros"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

La femme-eucalyptus

Si la femme-eucalyptus se transforme en arbre, le soir venu, est-ce pour écouter les rumeurs…

Lamartine critique de Chateaubriand dans le Cours familier de littérature

À propos du livre (4e de couverture) Les historiens contemporains des lettres françaises de Belgique tiennent avec raison que La Légende d'Ulenspiegel en est le livre fondateur. Toute fondée qu'elle soit, cette assertion a tardé à prendre forte d'évidence. Lorsque Charles De Coster fait paraître sont livre, en 1867, seuls quelques lecteurs perspicaces y prêtent attention sans parvenir à lui assurer une quelconque reconnaissance. Et c'est aussi pauvre qu'inconnu que l'écrivain meurt en 1879. Il est vrai que «La Jeune Belgique», quinze ans plus tard, reconnaît son rôle, mais le statut de son livre n'en est en rien changé : il a peu de lecteurs, il n'est pas pris au sérieux. Tel n'est pas le cas du jeune Joseph Hanse dont l'Académie royale de langue et de littérature françaises s'empresse, dès 1928, de publier la thèse de doctorat consacrée à Charles De Coster et dont Raymond Trousson écrit aujourd'hui dans sa préface : «Ce coup d'essai était un coup de maître. Soixante-deux ans après sa publication, ce livre demeure fondamental, indispensable à quiconque entreprend d'aborder l'œuvre magistrale qu'il mettait en pleine lumière.» Devenu introuvable, enfin réédité aujourd'hui, le Charles De Coster de Joseph Hanse, qui a ouvert la voie à toutes les études ultérieures et internationales sur le sujet, fera figure, pour beaucoup, d'une découverte et d'une…

Le pays gris

Une histoire de tendre amitié où un éléphant qui voulait voir du pays comprendra vite que la…