Trinquons au lancement de TRINKHALL Museum!


Le Parc d’ Avroy , à Liège, s’en trouve tout réjoui. Son nouveau musée Le Trinkhall museum, anciennement MADmusée, a entrouvert ses portes depuis juin 2020, avec réservation obligatoire, et les ouvrira plus officiellement en septembre 2020. Prévu en mars 2020, l’événement a subi le Covid, et sa première exposition a dû attendre ses visiteurs impatients... Nous en étions, ce dimanche de début d’été, et nous en sommes sortis ravis. Situé au cœur du parc, non loin de la future ligne de tramway, il offre une surface d’exposition et de documentation de 600 m2 et un café-restaurant avec terrasse. Recouvert d’une résille opaline aux contours arrondis, il a de l’allure, de la légèreté et suscite immédiatement la curiosité du passant. On imagine à peine l’ancêtre du Trinkhall, construit au même endroit en 1880, et qui avait plutôt l’air d’un palais oriental avec ses deux tours mauresques. Les bourgeois…
  lire la suite sur  REVUES.BE

À PROPOS DE L'AUTEUR
Michel Ducobu
Auteur de Trinquons au lancement de TRINKHALL Museum!
Michel Ducobu est né à Bruxelles en 1942. Licencié en philologie romane de l'U.L.B. Professeur de français à Namur. Animateur du théâtre du Gibet. Fondé en 1969, ce théâtre estudiantin a monté, entre autres, Ghelderode (Les aveugles, La pie sur le Gibet,), Obaldia (Classe terminale), W. Allen (La Mort), Ionesco (La Leçon), Sternberg (Les Variations de Sternberg) et de nombreuses adaptations de légendes, de fabliaux et de farces du Moyen Age. Professeur, poète, chroniqueur (près d'une centaine d'articles sur la littérature, l'art régionaux, l'environnement), homme de théâtre, adaptateur et metteur en scène (Les Exclamations de sainte Thérèse d'Avila, interprétées par Éveline Legrand dans le cadre d'Europalia-Espagne), Michel Ducobu voue sa vie au travail et à la nature. Sa manière d'écrire et d'être au monde est la même et se fonde sur l'observation, le respect et la défense de la nature. Il a dirigé pendant plusieurs années le groupe d'action et de défense des sites de la vallée mosane. C'est dans cet esprit qu'il publie autour des années 80 trois recueils de poèmes : Quatre âtres de rigueur, Lavis de langue pâlie et Le bol et le bouleau. En 1985, il écrit une œuvre vouée à la beauté féminine, Stabat alba, qui représentera la Belgique francophone au Festival international de poésie-musique à Louvain, au cours de cette même année. Depuis lors, Michel Ducobu se consacre de plus en plus au théâtre : adaptation du Purgatoire de Dante pour le TNB (mise en scène de P. Laroche en 1992); écriture de pièces en un acte : Vesper, Nox (lectures scéniques aux Bateliers, à Namur, et au Botanique, à Bruxelles; mise en voix : J.-M. Evrard); Victor ou le Père pourrissier (diffusion sur RTBF3 en juin 1992, sous le titre L'heure du crapaud; mise en ondes, J.-L. Jacques).La poésie n'est pas délaissée pour autant. En 1991, il achève un recueil, L'arpenteur des heures, qui, par le thème abordé, celui de la vie et du temps qui passent, révèle une nouvelle orientation dans l'œuvre du poète. Depuis 2000, en plus de ses publications, il se consacre à des conférences (Jules Verne, entre autres) et aux Midis de la Poésie, de Bruxelles.


FIRST:xfirstword - "Trinquons au lancement de TRINKHALL Museum!"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Le jardin des désirs

Mickey Loverose fait le récit de ses conquêtes féminines.…

Les contes à réchauffer

Recueil de petits contes mettant en scène une galerie de personnages tels que : madame Dumonceau,…

Ni pardon, ni talion : la question de l'impunité dans les crimes contre l'humanité

Une analyse critique de la justice en matière de crime contre l'humanité. Selon l'auteur, à la fois nécessaires et insuffisantes, les institutions judiciaires ne peuvent être que le point de départ d'une lutte plus vaste contre la barbarie universelle, fondée sur un consensus sur le droit de l'être humain, une éducation…