Toi, Cécile Kovalsky


RÉSUMÉ
une pension de vieillards, Cécile s'interroge sur son mal-être, ce qui la pousse à plonger dans le passé de ses parents et grands-parents, Juifs émigrés à Bruxelles. Elle tente ainsi de se libérer de ce qu'elle croyait être une belle légende familiale. Premier roman.
  lire la suite sur  Bela


PRIX
  Prix de la première œuvre 2006 de la Communauté française

À PROPOS DE L'AUTEUR
Marianne Sluszny
Auteur de Toi, Cécile Kovalsky

Marianne Sluszny vit à Bruxelles et travaille depuis près de trente ans à la RTBF (Radio Télévision de la Communauté française de Belgique) comme productrice d’émissions, de documentaires culturels et historiques. Elle est professeur de philosophie à l’Ecole nationale supérieure des arts visuels de la Cambre après avoir enseigné à L’Institut national supérieur des arts de la Scène (INSAS). Après « Toi, Cécile Kovalsky » paru aux Editions de La Différence en 2005, roman pour lequel elle a obtenu le prix de la première œuvre de la Communauté française de Belgique et le prix Lucien Malpertuis de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, « Le frère du pendu » est son deuxième roman.


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Toi, Cécile Kovalsky"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Barbe bleue

Saturnine Puissant répond à une offre de colocation. Sur place, elle apprend que le propriétaire multiplie…

Le chemin bleu

Angélica, une jeune infirmière en mal de vivre, quitte son amant et son pays pour fuir en Afrique,…

Les sept visages de l'eau

" Je sens ses bras autour de ma taille. Il me serre si fort. Je n'ose ouvrir les yeux. La chaleur de sa langue sur la mienne, que c'est doux, que c'est bon. Je profite de ce baiser qui n'en finit pas, de ses mains qui crient tendresse, de ses jambes qui disent caresses, de ce corps qui surgit de l'arbre en chantant l'Amour !". Les sept visages de l'eau, un mariage d'amour et de haine où le passé imprègne le présent et détermine l'amour. FranMi nous emmène à travers une recherche d'identité, d'un rôle social dans une communauté villageoise qui, à l'instar de Saint-Léger, son village d'adoption, présente plein de contradictions. Comment vivre, comment demeurer dans un environnement où les traditions et habitudes anciennes se frottent à la consommation et la vitesse…