Souv’nances d’in p’tit boutique


RÉSUMÉ

On peut aimer les vieilles pierres, les meubles anciens, les vieilles voitures. On peut aimer les vieux mots, les mots de notre enfance, ces mots wallons que quelques décennies de mépris auront marginalisés et quasiment bannis de nos conversations. Reste- comme l’a écrit Maurice Piron – que le wallon ne mourra pas, que sa littérature témoignera pour lui, dira ce qu’il a été dans le concert des langues romanes et transmettra aux générations futures un peu de l’âme des générations passées.

C’est dans notre belle langue régionale que je me suis efforcé de raconter quelques souvenirs de mon enfance passée à Beignée. Les anecdotes, les portraits et les récits romancés rassemblés dans la première partie de ce recueil ont en commun le cadre bienveillant de la petite place du village et de l’épicerie qu’y ont tenue mes parents pendant plus de vingt ans, à partir de 1952.

Dans la seconde partie de l’ouvrage – a môde dè rawète, s’apinse a lès djins d’après nos-ôtes – ont été réunies saquants fôves d’a ç’te eûre.


À PROPOS DE L'AUTEUR
Éric Monaux
Auteur de Souv’nances d’in p’tit boutique
Né en 1955 à Charleroi, Éric Monaux habite à Montigny-le-Tilleul. Depuis qu’il est retraité, il a à cœur de raconter dans sa langue régionale quelques souvenirs d’enfance liés le plus souvent au village de Beignée (un hameau de Ham-sur-Heure, dans la Thudinie) où il a grandi.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Souv’nances d’in p’tit boutique"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9139 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Li Rantoele - L° 85 - 2-2018 - Ervinowe do (bon) tins 2018

Sommaire • Beldjike beldjikinne: dire pardon ås Walons? par Lucien Mahin • Walonreye. Nosse comene dit « Oyi…

Douda d'Êwe d'Oûthe

Avril 1830. Toute la Belgique frémit du vent de la révolte qui va renvoyer chez lui l'occupant hollandais. Toute ? Non, car à Oppagne, la vie continue, simplement, entre rudes et braves fermiers.Les Dalrossette sont, eux, plus toûrsiveûs. Ils vont s'employer à dérober aux gentils Lometotoute un trésor dont ces derniers sont dépositaires sans le savoir. Le butin qui est distrait le matin sera de retour le soir même ; Colas et Germaine Lometotoute n'en sauront jamais rien. Il en a fait du chemin pourtant, ce trésor, tout au long de la journée, convoyé par Joseph Dalrossette : d'Oppagne, route de Biron, puis Barvaux, de là jusqu'à Bomal en bètchète, puis Izier. Destination : Grand-Bru, qu'il n'atteindra jamais. Parce que Douda, héros tranquille, malin, courageux, honnête, bon - un héros, quoi ! - va déjouer les projets du malintentionné Joseph.Pour connaître les tours et les détours de ce voyage, vous devrez ouvrir " Douda d' êwe d' Oûthe ". Dans une écriture très proche des pièces de théâtre qu'il a conçues, René Brialmont nous offre un conte, un petit bijou, au propre comme au figuré : 60 pages d'aventures campagnardes,…