Sing my Life



À PROPOS DE L'AUTEUR
Cathy Min Jung
Auteur de Sing my Life
Cathy Min Jung est comédienne, metteur en scène et réalisatrice. Elle est née Séoul, a grandi dans dans la campagne Wallobbe, étudié à Londres et à Bruxelles, ville où elle réside actuellement.

NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Brigitte, Caroline, Danièle, Étienne, Marko, Sonia sont ce qu’on appelle communément des « petites gens ». La plupart d’entre eux sont ouvriers et travaillent dans une usine sidérurgique. Polir des pièces toute la journée, s’occuper des enfants le soir en rentrant du boulot – du moins pour les femmes – fatigue, douleur, salaire de misère et fin de mois difficile, leur quotidien est loin d’être rose, leur avenir reste terne. Pourtant, voici venu le temps des rêves. Caroline et Étienne se sont saignés toute leur vie. Avec l’aide de leurs proches, ils envisagent d’accomplir un grand voyage, celui qu’ils attendent depuis tant d’années : visiter la Chine. Sonia, quant à elle, a une voix de cristal. Danièle, la tenancière du bistrot où ils se retrouvent tous…

FIRST:xfirstword - "Sing my Life"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9212 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Bruxelles, printemps noir suivi de Scandaleuses suivi de 1953

Conçues à des moments et dans des contextes bien différents, les trois pièces ici rassemblées témoignent du parcours théâtral de Jean-Marie Piemme, de son évolution et de la diversité de son travail. Créée par Philippe Sireuil au Théâtre des Martyrs, Bruxelles, printemps noir prend pour thème les attentats de Bruxelles du 22 mars 2016. Jean-Marie Piemme avait conçu une fiction sur le thème des attentats avant que n’aient lieu ceux de Bruxelles et il a réécrit son texte en tenant compte de cette nouvelle réalité traumatique et des multiples réactions qu’elle a engendrées. Scandaleuses (1994), sa cinquième pièce, gravite autour du personnage d’Anna, actrice passionnée d’elle-même autant que de son art, qui vit au rythme de ses caprices, mais aussi de son profond désir d’absolu. Jean-Marie Piemme entraîne ici le spectateur dans une méditation sur la théâtralité inhérente à toute existence humaine. Dans 1953, écrite quatre ans plus tard, la réflexion sur le théâtre passe à l’arrière-plan, au profit d’une interrogation sur l’histoire de l’après-guerre en Belgique et sur la complexité des « chemins…

Théâtre

Une œuvre ne se laisse pas réduire à l’effet immédiat qu’elle a produit lors de sa première apparition : ni dans l’espace…

Le Mariage de Mlle Beulemans

Le jeune parisien Albert Delpierre aime Suzanne, la fille d’un brasseur…