Sigur, ou presque


RÉSUMÉ

La publication de Sigur, ou presque, le dernier roman de Guy Vaes, est la continuation et l’accomplissement d’un geste insolite de l’écrivain anversois. Le samedi 24 septembre 2011, quatre mois avant son décès, l’écrivain confia à ses amis Bart Vonck et Adolfo Barberá del Rosal une copie de la première partie d’un diptyque dont il n’avait pu écrire le deuxième volet. Il leur dit à cette occasion : « Je ne trouve pas la fin et je ne veux pas inventer. »
Sigur, ou presque est le titre choisi pour ce dernier texte de Guy Vaes, resté inachevé et publié pour la première fois par les éditions de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, dont il fut membre de 1997 à 2012. Les personnages y marchent sur un tapis de « presque », et rencontrent leur destin lors d’une quête qui brouille une vision trop étroite et rationnelle de leur vie. Chez Guy Vaes, les mystères ne se révèlent guère, ils sont là, et ils soutiennent nos lectures. Tout en explorant les multiples mystères insondables dans lesquels nous sommes tissés, l’auteur d’Octobre long dimanche (1956) et de l’Envers (prix Rossel 1983) livre avec ce roman l’ultime étape de son aventure littéraire qui devait presque nécessairement se terminer par l’absence d’un point final.





NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Quelques mois avant sa mort en février 2012, Guy Vaes confia à deux proches, Adolfo Barbera del Rosal et Bart Vonck, le manuscrit de la première partie d’un diptyque dont le deuxième volet n’était pas encore écrit. « Je ne trouve pas la fin et je ne veux pas inventer », leur confia-t-il. Le roman est même deux fois inachevé, la première partie se concluant, volontairement, sur une phrase incomplète. En outre, le texte n’avait pas de titre ; les deux dépositaires du manuscrit lui en ont donné un, Sigur, ou presque, titre particulièrement judicieux tant le récit repose sur ce mot presque.On peut vraiment s’interroger sur ce qu’aurait pu être la suite de ce récit, d’autant plus après cette…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Sigur, ou presque"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9955 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

A Saint-Léger suis réfugié

Recueil de poèmes dans lesquels l'auteur évoque…

De profundis

Un an à peine après son remarqué Today we live , Emmanuelle Pirotte fait à nouveau…