Ric Hochet (tome 15) : Le monstre de Noireville



À PROPOS DE L'AUTEUR
André-Paul Duchâteau
Auteur de Ric Hochet (tome 15) : Le monstre de Noireville
André-Paul Duchâteau est né à Tournai en 1925. Il est principalement connu comme romancier, nouvelliste et scénariste de récits policiers. Il entame sa carrière d’écrivain à l’âge de 16 ans lorsque Stanislas-André Steeman édite son premier roman dans la collection « Le Jury ». À partir de 1947, il se consacre pleinement aux scénarios de bandes dessinées. Sa série la plus connue, Ric Hochet, compte 78 albums et est dessinée par Tibet. En 1974, il renoue activement avec le roman policier et publie De 5 à 7 avec la mort. Cette sortie est récompensée par le Grand prix de littérature policière. André-Paul Duchâteau est mort en 2020 à l’âge de 95 ans. Il laisse derrière lui une œuvre imposante constituée de plusieurs centaines de bandes dessinées, autant de nouvelles et une quinzaine de romans.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Ric Hochet (tome 15) : Le monstre de Noireville"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Sambre

Une malédiction, une histoire d'amour tragique et la révolution de 1848.…

CHAMPS DE BATAILLE

Éric Derkenne a fait du visage le théâtre de ses précises opérations.Jour après jour cerné de lignes ombrageuses, le siège du combat se disloque en de sombres cavités. Les yeux, les oreilles, les narines, la bouche sont autant de gouffres que l'artiste sonde inlassablement et qui emportent celui qui les scrute dans des tourbillons vertigineux. Les têtes prennent corps et dans ce bataillon de figures totémiques, chaque soldat se distingue grâce à une infinité de détails graphiques.Parti d'un bigbang de formes colorées et isolées dans l'espace, Éric Derkenne a mis en place au fil des ans une méthode précise et immuable, un réseau de circonvolutions de cercles et de serpentins qui envahit la feuille blanche, donnant naissance à d'énigmatiques portraits. Tel une « dentellière du stylo à bille », il s'est abîmé avec application dans ce lent ouvrage de tissage, d'entrelacement de lignes, ceignant sa propre image, par maints assauts répétés. À l'identité qui défaille, Éric Derkenne a répondu…