Par des sentiers d’intime profondeur


RÉSUMÉ
Colette Nys-Mazure a toujours marché : depuis son enfance, la marche a accompagné les quatre saisons de sa vie, en pays proches ou lointains. Depuis qu’elle s’est installée à Froyennes (Tournai), elle arpente chaque jour des terres familières mais qui révèlent sans cesse de l’inconnu, de l’imprévu, sous un regard renouvelé. En marchant ainsi passionnément, elle a découvert les ressources de ce déplacement élémentaire et gratuit vers les champs, les bois, les collines, les rives de l’Escaut, mais aussi entre deux gares, à travers une ville ou dans des lieux culturels (musées, expositions, maisons d’écrivains). Une voie spirituelle ancrée dans la réalité charnelle, en toute modestie et audace, que cette poète de l’itinérance tente d’inscrire dans le sillage de l’Homme qui marche à jamais sous le ciel de Palestine, par le monde, aujourd’hui. Préface d’Alexis Jenni Chemins partagés par Michel Cool, Christophe Henning et Anne Prouteau

À PROPOS DE L'AUTEUR
Colette Nys-Mazure
Auteur de Par des sentiers d’intime profondeur
J’ai conscience d’avoir été une enfant désirée, aimée et cela m’a sans doute aidée à traverser le désastre de la mort de mes parents quand j’avais sept ans. Les mots ont surgi très vite: ceux que je lisais, ceux que j’écrivais aussi je ne distingue pas ces trois verbes ‘vivrelireécrire’. Mes textes étant publiés dans la revue de l’école, la publication officielle n’a pas été un événement. La poésie m’a ouvert un premier cercle qui s’est élargi vers la prose de l’essai, de la nouvelle, puis du théâtre. Les genres littéraires ont des frontières incertaines. J’écris et je module la forme en fonction de la nécessité interne, de la commande parfois. J’ai eu la chance de recevoir un bon accueil et des prix qui m’ont ouvert des portes depuis le Froissart «La vie à foison», le Plisnier «Pénétrance», Le grand prix de Poésie pour la jeunesse «Haute enfance», le Max-Pol Fouchet «Le for intérieur», etc. J’aime le partage par l’écriture, par l’enseignement, l’animation, tous les modes de passage d’une flamme, d’un enthousiasme. J’ai choisi d’enseigner et j’ai aimé ce métier que je poursuis à travers les rencontres d’élèves et d’étudiants de tous âges ; le plaisir de lire et d’écrire se veut contagieux à travers des ateliers ponctuels qui tendent à rendre à d’autres cette jouissance oubliée ou jamais expérimentée. Je distingue nettement le plaisir de l’atelier de l’ascèse du travail de l’écrivain. J'écris chaque matin et je remets sans cesse l'ouvrage sur le métier. Je suis heureuse d’assurer des lectures et des exposés pas seulement autour de mon travail mais de celui de tant d’autres écrivains que j’admire, notamment de Belgique. Je viens d'écrire un essai qui replace la poésie au cœur du quotidien, s'efforçant de démontrer que "Parler désarme", que l'"Hommage au quotidien" nous rend «la chair du poème». L’écriture en correspondances demeure un pôle de mon travail. Ecrire en échos de peintres, musiciens, graveurs, sculpteurs, chorégraphes ; écrire à plusieurs mains des livres qui se relancent la balle, tant au théâtre qu’en poésie ou en nouvelles. Parallèlement au creusement solitaire de ma voix nue. Outre la persistance de l’enfance en chacun, une question m’intéresse sans m’angoisser : celle de l’écriture lorsqu’on est une femme : si l’écrivain a un sexe, l’écriture n’en a pas, mais les conditions de vie des femmes leur rendent difficiles la concentration et le suivi indispensables à l’élaboration d’une œuvre; ce n’est pas pour rien que j’ai écrit «Singulières et plurielles» et «Dix minutes pour écrire». Il me semble que l'écriture comme toute démarche artistique est un ferment d'espérance et de beauté dans un univers de violence; c'est un acte de foi en l'homme, modeste mais irremplaçable.


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

« La marche est une parenthèse enchantée pour nombre de nos contemporains.  Dans le monde de la vitesse, du rendement, de la performance, c’et une échappée belle » nous dit David Le Breton, sociologue et anthropologue  l’université de Strasbourg (Le monde de la Bible, n°240).Dans son dernier livre, Colette Nys-Mazure partage son amour et sa pratique de la marche en chapitres courts et plus  ou moins thématiques : les promenades en solitaire, en compagnie, à travers la campagne, dans les rues de villes, à l’étranger ou près de chez elle, vers l’église paroissiale, au rythme des saisons, …La recette de Colette, – « Marcher commence derrière la maison » –, c’est de marcher chaque jour, de…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:marche - "Par des sentiers d’intime profondeur"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9174 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Au pays des Osmanthus

Le nouveau livre d’ Anne Rothschild relève d’un genre que, en notre époque…

Un art en expansion : Dix chefs-d’œuvre de la bande dessinée moderne

Le 9e art explore sans cesse de nouveaux territoires. Il apparaît en constante évolution, ou plutôt en expansion, selon le terme choisi par Thierry Groensteen, l’un des spécialistes les plus renommés de la bande dessinée. Ses potentialités graphiques et narratives semblent s’étendre à l’infini et il génère des ouvrages de plus en plus amples. Si l’album standard de 44 pages cartonné reste dominant sur le marché, on trouve en effet aujourd’hui des nombreuses œuvres qui tant au niveau de la forme que du sujet se démarquent des conventions. Publié aux Impressions Nouvelles, de même que quelques-uns des nombreux ouvrages de Groensteen, comme La Bande dessinée mode d’emploi (2008), Un art en expansion analyse dix albums phares, dix points de rupture, dix œuvres dont les auteurs ont pris des libertés avec les contraintes habituellement en vigueur dans la bande dessinée, avant de permettre à d’autres d’emprunter les nouvelles voies ainsi créées.Si le premier album traité, La ballade de la mer salée , ne paraît plus si audacieux aujourd’hui, il l’était incontestablement lors de sa parution dans les années soixante. Avec cet album en noir et blanc de 160 pages, premier véritable roman graphique, Hugo Pratt s’affranchit de bien des conventions. A contrario, Building Stories de Chris Ware ou Alpha… Directions et Beta… civilisations de Jens Harder, les albums les plus récents étudiés par Groensteen, semblent les plus novateurs et déroutent encore le lecteur.Les albums choisis appartiennent à la bande dessinée dite d’auteur, car Groensteen étudie le 9e art en tant que littérature graphique. Au fil de ses lectures captivantes, il passe d’une macro-lecture, inscrivant les albums dans l’histoire de la bande dessinée et tissant des liens entre les différents ouvrages, à une micro-lecture, analysant une planche, une case, un détail qu’il met en perspective avec un brio certain.Thierry Groensteen livre un ouvrage dense, foisonnant, dont le propos clair et précis convainc et ne donne qu’une envie : (re)lire les dix albums traités. Outre ceux cités plus haut, on y trouve  Le Garage hermétique de Jerry Cornelius de Moebius, Watchmen d’Alan Moore et Dave Gibbons, L’Ascension du Haut Mal de David B., Fun Home d’Alison Bechdel, Faire semblant c’est mentir de Dominique Goblet, Là où vont nos pères de Shaun Tan et Habibi de Craig Thompson. Il n’est pas nécessaire de les connaitre pour en comprendre les analyses. Toutefois il serait dommage de passer à côté de ces livres, essentiels selon Groensteen, et qui font désormais figure de classiques. Fanny DESCHAMPS ♦ Lire un  extrait de  Un art en expansion , proposé par les Impressions nouvelles Un Art en expansion  propose un retour sur un demi-siècle de création en bandes dessinées, une période qui a vu le « neuvième art » se diversifier considérablement, aborder de nouveaux domaines, inventer de nouvelles formes, se métisser avec d’autres arts et s’émanciper du format de l’album traditionnel. Dix œuvres-phares de la modernité sont passées au crible d’une relecture attentive qui en détaille les enjeux et en fait ressortir le caractère novateur. Dix jalons essentiels dans l’expansion d’un art qui a progressivement pris conscience de lui-même et de ses potentialités. Dans l’ordre chronologique de parution, ce sont  La Ballade de la mer salée  de Hugo Pratt,  Le Garage hermétique de Jerry Cornelius  de Moebius,  Watchmen  d’Alan Moore et Dave Gibbons,  L’Ascension du Haut Mal  de David B.,  Fun Home  d’Alison Bechdel,  Faire semblant c’est mentir  de Dominique Goblet,  Là où vont nos pères  de Shaun Tan,  Habibi  de Craig Thompson,  Building Stories  de Chris Ware,  Alpha… directions  et  Beta… civilisations  de Jens Harder. S’appuyant sur sa connaissance intime de la bande dessinée, Thierry Groensteen les décortique avec gourmandise, cueillant les détails significatifs et les mettant en réseau pour déployer tout l’éventail…

La vie anecdotique. Carnets d’un blogueur épisodique

De nos jours, l’écrit pullule, du moins sous les formes que génère le net. La question est moins celle d’une lettre qui arriverait tant bien que mal à sa destination que celle de l’écriture comme rencontre, comme incise dans le tissu du symbolique. Psychanalyste, membre de l’École de la Cause freudienne, enseignant à la Section clinique de l’Institut du Champ freudien de Bruxelles, auteur d’essais (entre autres Une analyse avec Dieu, Un musée imaginaire lacanien parus à La Lettre volée) et de nombreuses contributions sur la clinique analytique, Yves Depelsenaire place l’écriture de ses chroniques sous l’angle d’une rencontre avec le réel. Au travers d’une critique et clinique (au sens de Deleuze), d’une psychopathologie de la vie quotidienne, de ses scènes intime et mondaine, il accueille ce qui déroute, ce qui fascine ou plonge dans l’effroi, les points de décrochage, de jouissance où le régime de l’être s’excède. Un siècle après Apollinaire et la chronique qu’il tint de 1911 à 1918 sous le titre de La vie anecdotique , Yves Depelsenaire nous livre la richesse de ses questionnements, de ses analyses, de ses billets d’humeur. On aura deviné que c’est dans ce que l’on range communément sous le nom d’anecdote que fulgure l’essentiel. L’anecdote comme symptôme d’une vérité qui se travestit… On croisera des réflexions sur les événements politiques, le cinéma, la littérature, la philosophie, la psychanalyse, sur des artistes plasticiens, sur la musique classique, le théâtre, de Woody Allen à Marcel Berlanger, de Juan d’Oultremont à Le Clézio, Musil, de Lacan à Foucault, de Joachim Lafosse à Alain geronneZ, de Rembrandt à Donizetti. Pour jouer sur le titre de Georges Perec, il n’y a pas ici de vie, mode d’emploi mais une écoute de ce qui cogne aux portes du XXIe siècle, aux portes de nos psychismes. Interrogeant les liens entre la voix comme pulsion, objet perdu et la jouissance, partageant sa passion pour le jeu d’échecs ou les tournois de tennis, Yves Depelsenaire prête l’oreille à l’inconscient collectif, à ses mutations, aux visages politiques, sociaux des années 2012-2017.Dénonçant les dérives autoritaires des pouvoirs, La vie anecdotique s’insurge contre les mesures édictées à l’encontre de la psychanalyse par un gouvernement aligné sur l’axiome « surveiller et punir ». Ingérence dans les pratiques psychothérapeutiques et volonté de contrôler, de s’attaquer à la psychanalyse laïque marchent main dans la main. L’inflation de lois (arbitraires, ubuesques) dans l’enceinte de la vie privée et de la scène publique se manifeste comme le signe princeps d’une pathologie du législatif. Trop de lois tue le droit et la justice. Trop de lois appelle à la désobéissance civile.La polémique autour de l’autisme marque l’un des moments de cette guerre menée par les adversaires de la psychanalyse : le « tout génétique » fondant la vision behavioriste entend étouffer l’approche analytique. Deux positions se font face écrit Yves Depelsenaire : «  ceux pour qui il doit y avoir réponse à tout (…) pour qui il faut nécessairement avoir raison de tout symptôme  » et «  ceux pour qui (…) il y a de l’impossible et il faut lui ménager un accueil  ».       Derrière l’atteinte portée à la diversité des approches thérapeutiques, derrière la loi De Block qui plonge dans son collimateur liberticide les psychothérapeutes et autres professionnels de la santé se trouve un choix politique, une volonté de gérer la santé publique sous la guise d’un ordre autoritaire, d’une reconnaissance exclusive des dispositifs «  thérapeutiques  » orientés par «  le cognitivo-comportementalisme  ».Contre  cette «  standardisation des pratiques  » au service d’une médecine productiviste censée garantir la fabrication de travailleurs performants («marche ou crève »), contre cette destruction des formes de vie, du bien-être sacrifiés sur l’autel du marché, contre la montée des populismes, contre la fermeture de la section « Art moderne et contemporain » des Musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles, contre tout ce qui nous asphyxie, Yves Depelsenaire appelle à une salutaire contre-offensive. Le « non » se double d’un « oui » à ce qui exhausse les puissances de penser, de sentir, de vivre. La vie anecdotique ou comment subvertir le démon de l’ordre et les tenants d’un régime coercitif de l’exister. Véronique…