Mârîye, èl Flamindje


(walon d’ Mont’gnî – Montigny-le-Tilleul)

Èle a stî al’véye o baston. Ès´ moman n’asteut nin àl donéye. Lès doudoûces, èç Flamindje la n’ lès conch’neut nin. Èle n’aveut pont d’ tins a brichôdér pour wastér sès-èfants. Èl tins, c’est dès liârds èt dès liârds, i dè fôt tous lès djoûs pou noûri l’pèkéye !
Ça fét què Mârîye n’a jamés yeû l’crédit dè djouwér a l’èfant. Toute djon.ne al bèsogne su l’ damâdje, èle n’a nin yeû l’ tins dè dalér a scole. Avè l’s-anéyes, lès gamines, ça d’vint co râde dès feumes èt Mârîye come toutes èls-ôtes a yeû dèdins s’ tièsse dès pinséyes parèyes a dès rèves : gangnî s’ crousse, awè s’ pètit mwin.nâdje, èyèt p’t-ète bin al’ vér dès-èfants !
Dins l’ ralâdje plin dèl fosse, i-gn-a dès r’gârds qu’i s’pièd’neut èyèt d’s-ôtes qui s’ trouv’neut èt s’èmacrâl’neut. Lès bleûs-îs du djon.ne Dofe…

  lire la suite sur  

À PROPOS DE L'AUTEUR
Danielle Trempont
Auteur de Mârîye, èl Flamindje
Danielle Trempont vient de nous quitter et sa disparition a frappé tous ceux qui s’intéressent à la littérature en langue wallonne dans la région de Charleroi. Née en 1943 à Mont-sur-Marchienne, toute jeune, elle a émigré avec sa famille au Congo – Congo belge à l’époque – où elle a passé son enfance et son adolescence. Danielle Bury est revenue en Wallonie et elle a épousé Jacques Trempont (1935-2020); le couple s’est installé alors à Montigny-le-Tilleul. Mère de deux filles, femmes au foyer mais fort attirée par tout ce qui touchait à la culture, elle a redécouvert la langue que ses parents utilisaient occasionnellement – le wallon – qui était aussi celle qu’elle entendait chez ses grands-parents à l’occasion de l’un ou l’autre « congé en métropole ». Cet intérêt devint vite une passion qui la mena non seulement à écrire cette langue patrimoniale mais aussi à la promouvoir en organisant des ateliers d’écriture, des récitals, des concours littéraires, … Danielle Trempont était intransigeante sur la qualité de son wallon évoquant des thèmes spécifiquement féminin mais aussi des sujets « universels » – l’injustice sociale, la peur de la mort, la nostalgie d’une enfance heureuse, les difficultés de la vie de tous les jours – , elle se fit connaître et reconnaître comme un des auteurs qui comptent. Elle était avant tout poète mais elle s’était vite débarrassée du « carcan métrique » pour user d’une remarquable prose poétique. Elle a publié bon nombre de ses textes dans « èl bourdon », le mensuel de l’Association littéraire wallonne de Charleroi. La Société de Langue et de Littérature Wallonnes, dont elle était membre titulaire, fit paraître son recueil « D’ombe èt d’ soya » et par la suite, c’est aux soins des éditions de « èl bourdon » que parut « Ene mîye di mi », son second opus. Elle a aussi participé, tant que sa santé le lui a permis, aux travaux du Centre hainuyer d’animation du wallon à l’école, sensible qu’elle était à la transmission de cette langue par le biais de son enseignement. Elle a collaboré à la rédaction de plusieurs livrets édités par cette association et a aussi rédigé, pour l’occasion, bon nombre de poèmes à destination des enfants. Auteure de talent, militante sincère et intransigeante, elle laissera une trace indélébile dans notre littérature en langue wallonne…


FIRST:èle - "Mârîye, èl Flamindje"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 10141 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Cantilène de sainte-Eulalie

Premier monument de la littérature française, la Cantilène de sainte Eulalie,…

Dire et rdire li mot « walon »

... nén fok po dvizer des djins ki dmanèt avår ci, mins eto po pårler…

One pasquéye da Djan Biétrumé Picâr : li diâle èt l’ pourcia

[ Adaptation libre d’un extrait du chapitre VI de Victor Petitjean, « Jean Biétrumé Picar. Biographie du farceur namurois », 7e édition, Duculot, Gembloux, 1974. Ce texte servira de base à la réalisation, en novembre 2017, d’un court-métrage dans le cadre des "Classes du Patrimoine de la Province de Namur". Il doit beaucoup à l’imagination débordante des deux animatrices, Madeleine Delvaux et Stéphanie Daix. ]                                                                   * Nos-èstans à Nameur , i-gn-a d’ ça trwès cints-ans avou Djan Biétrumé Picâr, qu’è-st-one sâcréye ârsouye. Todi près´ à rîre èt à djouwer cinq lignes à one saquî. Si mononke, li, on l’ lome Mononke Quèquèt ! C’è-st-on rapia, i touwereûve on pû po-z-awè l’ pia ! Ci djoû-là, Mononke Quèquèt compte sès caurs : Quèquèt : Onk, deûs, trwès, quate, cinq, chîj, sèt´… sèt´ florins ! Avou ça, dji m’ va acheter on djon.ne couchèt au martchi ! Qu’è d’djoz, Matile ? Matile : Dji n’ vou pont d’ pourcia dins l’ maujone, mi ! Quèquèt : On pourcia, ça faît do laurd, èt avou l’ laurd, on faît dès caurs ! Matile : Dji n’è vou pont, vos di-dj’ ! Ça sint bin trop mwaîs ! Quèquèt : Véci, c’èst mi qu’èst maîsse ! Dji m’ va qwê l’couchèt ! Au martchi. ― Bê, bê, bê… ― Waîtîz mès bias bèdots, c’èst po rin ! ― Cot´ cot´codâk, cot´ cot´codâk. ― Waîtîz mès bèlès pouyes, èle ponenut trwès-ous tos lès djoûs Meû, meû, meû… ― Waîtîz mès bèlès vatches, èle donenut do lacia come dèl crinme ! Avou lès martchands d’ pourcias. ― Hron, hron, hron… Marchand 1 : Waîtîz mès bias pourcias ! Quèquèt : Combin l’ v’loz vinde vosse gros pourcia ? Marchand 1 : Cit’là, c’èst quinze florins ! Èt vos-è fioz onk di bia martchi ! Quèquèt : Quinze florins… c’èst branmint trop tchêr, voleûr qui v’s-èstoz ! ― Hron, hron, hron… Marchand 2 : Waîtîz mès bias pourcias ! Quèquèt : Combin l’ v’loz vinde vosse pourcia ? Marchand 1 : Cit’là, c’èst doze florins ! Èt vos-è fioz onk di bia martchi ! Quèquèt : Doze florins… c’èst branmint trop tchêr, voleûr qui v’s-èstoz ! ― Hron, hron, hron… Djan d’ Lonzéye : Waîtîz mès bias pourcias ! Quèquèt : Combin l’ v’loz vinde vosse pitit pourcia ? Djan d’ Lonzéeye : Cit’là, c’èst noûf florins ! Èt vos-è fioz onk di bia martchi ! Quèquèt : Noûf florins… c’èst branmint trop tchêr, voleûr, qui v’s-èstoz ! Mononke Quèquèt è r’va è s’ maujone : il èst tot disbautchi, il èst mwaîs ! Quèquèt : Quéne binde di voleûrs, dès côpeûs d’ boûsse, dès pate-à-grawes, i m’ volenut discaurer, mi raspèpî, mi r’niètî. Djè lès raurè ! Biétrumé : Vos-avoz l’aîr tot disbautchi, Mononke Quèquèt, one saqwè qui n’ va nin ? Quèquèt : Oyi, valèt, c’èst tortos dès voleûrs, cès martchands d’ pourcias-là ! Dji n’a nin dès caurs assez po-z-acheter minme li pus p’tit dès couchèts ! Binde di voleûrs ! Biétrumé : Ni vos-è fioz nin, Mononke, riv’noz avou mi, nos-alans arindji lès bidons ! Addé Djan d’ Lonzéye. ― Hron, hron, hron… Djan d’ Lonzéye : Waîtîz mès bias pourcias ! Quèquèt : Combin l’ v’loz vinde vosse gros pourcia ? Djan d’ Lonzéye : Cit’là, c’èst quinze florins ! Èt vos-è fioz onk di bia martchi ! (Biétrumé s’ va catchi padri l’ pus gros dès pourcias.) Quèquèt : C’èst branmint trop tchêr ! Djan d’ Lonzéye : Taîjoz-vos, c’èst po rin ! Quèquèt : C’èst trop tchêr ! Djan d’ Lonzéye : C’èst po rin ! Quèquèt : Trop tchêr ! Djan d’ Lonzéye : Po rin ! Li pourcia : Quèquèt, je t’en supplie, ne m’achète pas ! Djin 1 : Vos-avoz ètindu, c’èst l’ pourcia qui cause ! Djin 2 : Èt i cause è francès ! Djin 3 : Ci n’èst nin possibe ! Djin 4 : Sûr qui v’s-avoz mau ètindu ! Li pourcia : Quèquèt, je t’en supplie, ne m’achète pas, je suis possédé du diable ! Djin 5 : Li diâle, Mâria Dèyi, li diâle ! Djin 6 : Il a l’ diâle è s’ capotine, ci pourcia-là ! Djin 7 : Pètans èvôye, di peû d’yèsse atrapés ! Djin 8 : Dji m’ va qwê l’ curé avou s’ bènite aîwe ! Totes lès pratiques pètenut èvôye. Mononke Quèquèt èto. Biétrumé, li, i rît à skèter sès bot’nîres padri l’ pourcia. Adon, i s’ mèt à couru po ratraper s’ mononke. Biétrumé : N’eûchîz nin peû, Mononke Quèquèt, c’èst mi qu’a faît causer l’ pourcia ! Quèquèt : Vos ? Non.na c’èst l’ diâle, djè l’a ètindu ! Biétrumé : Taîjoz-vos ! C’èst mi, vos di-dj’, dji cause avou m’ vinte. C’èst mi qu’a faît causer l’ pourcia ! Quèquèt : Vos ? Maîs adon, vos nos-avoz djouwé cinq lignes ! Li pourcia, i n’a nin l’ diâle è s’ capotine ! Ârsouye qui v’s-èstoz ! Biétrumé : Vinoz avou mi, nos-è ralans addé Djan d’ Lonzéye ! Addé Djan d’ Lonzéye qui braît avou s’ feume, do timps qui l’ curé saye di dismacraler l’ pourcia avou dèl bènite aîwe. Li curé : Vade retro Satanas ! Djan d’ Lonzéye : Nosse pourcia a l’ diâle è s’ capotine… Si feume : Nos nè l’ pôrans jamaîs vinde ! Djan d’ Lonzéye : Nos-alans fé fayite ! Li curé : Vade retro Satanas ! Biétrumé : Combin l’ v’loz vinde vosse gros pourcia ? Li feume da Djan : I n’èst pus à vinde, dji vos l’ done ! Djan d’ Lonzéye : Maîs ça n’ va pus, Dolfine, bardouchîye qui v’s-èstoz, on pourcia di quinze florins ! Li feume da Djan : On pourcia qu’a l’ diâle è s’ capotine, ça n’ vaut pus rin ! (S’adressant à Biétrumé) : Purdoz-l’, Mossieû, il èst po rin audjoûrdu ! Li curé : Vade retro Satanas ! Biétrumé èt Mononke Quèquèt è r’vont avou l’ pourcia. Quèquèt : Vos-èstoz bin sûr qu’i n’a nin l’ diâle è s’ capotine, nosse pourcia ! Biétrumé : (i faît cor on côp causer l’ pourcia) : Quèquèt, je t’en supplie, arrête de croire que je suis possédé du diable ! Quèquèt : Ci côp-ci, dj’a bin vèyu qwè ! Quéne ârsouye qui v’s-èstoz ! Biétrumé : I n’ vos costéye nin fwârt tchêr, vosse pourcia ! Quèquèt : I n’ m’a rin costé, i va fé do laurd, dj’ènn’aurè dès caurs èt dj’è r’va co avou mès sèt´ florins dins m’ potche ! Biétrumé : Vos m’ è pôrîz d’ner onk di florin, qu’èst-ç’ qui vos chone ? Quèquèt : Qu’èst-ç’ qui vos d’djoz ? Vos d’ner on florin ? Vaurin qui v’s-èstoz, volêur, côpeû d’ boûsse, rapia, pate-à-grawes. Dji n’ vos vou pus jamaîs veûy ! Biétrumé è r’va è s’ maujone. I sorît co todi : i tûze : Vos, Mononke Quèquèt, dji m’ vos va djouwer cinq lignes onk di cès djoûs. Rin qu’ d’î sondji, dj’è rî d’djà à m’ disfaufiler m’ botroûle.   © Victor Petitjean, 1974. © Stéphanie Daix, Madeleine Delvaux, Joseph Dewez, 2017,…