Margot et Oscar Pluche : Sac à puces (tome 1)


RÉSUMÉ
Ils sont deux, une fille nommée Margot et son chien Oscar pluche. Entre eux, une grande complicité faite de tendresse et de cachoteries. Contre eux, un père houspilleur qui a dans son colimateur le toutou. Autour d'eux, une famille nombreuse et une bande de joyeux copains qui vivent tous dans le même quartier. Pour les 8-10 ans.  
  lire la suite sur  Littérature de jeunesse

À PROPOS DE L'AUTEUR
Falzar
Auteur de Margot et Oscar Pluche : Sac à puces (tome 1)
François d'Hont est éducateur de formation. Avec Zidrou, il a ouvert un atelier de scénaristes à Mons en Belgique. Il anime régulièrement quelques pages par semaine dans Spirou avec son compère Zidrou (alias d'Hont) et participe à la série Margot et Oscar Pluche chez Casterman dont le cinquième tome paraît en août 1996. Né 15 avril 1961 à Mons, Falzar a une double formation d'instituteur et de criminologue, mais il exerce deux professions assez éloignées de cette base. Leur point commun : soigner le mental de la population. Il est en effet à la fois animateur dans le cadre d'un hôpital psychiatrique et scénariste de bandes dessinées humoristiques. Lecteur passionné dès son enfance de livres et de bandes dessinées, il trouve plaisir à dessiner et, surtout, à composer des histoires. La rencontre en 1991 d'un voisin atteint du même mal, Zidrou, le conforte dans cette voie. A deux, ils se sentent assez forts pour affronter les éditeurs et fonder une sorte de studio de scénarios BD pour concrétiser leurs idées. Cela donne des pages d'animation dans SPIROU (dont les moindres ne sont pas celles relatant les exploits de "Johnny Têtard" pour le dessinateur Blatte) et dans les publications BONJOUR et DAUPHIN des éditions d'Averbode. Leur première grande série commune est lancée chez Casterman avec la dessinatrice De Brab : "Margot et Oscar Pluche" aligneront six albums dans cette maison d'éditions de 1992 à 1997, avant d'intégrer la grande équipe de personnages du journal de SPIROU et de poursuivre leur carrière en albums sous le titre de "Sac à Puces", en hommage au héros principal du récit, le chien de Margot, qui vit une existence quasi clandestine au foyer de la petite fille. Derrière le masque de l'humour, chaque volume de cette chronique familiale délivre un petit message. Falzar prend plaisir à améliorer la qualité de la vie de ses lecteurs et patients. Aux éditions Bilboquet d'Averbode, il a également conçu un chouette petit album de BD pour jeunes lecteurs ("Lou et Loulou"). Avec ou sans Zidrou, il participe toujours aussi activement à l'animation de l'hebdomadaire SPIROU, rédigeant de courts gags et histoires complètes pour de nombreux dessinateurs, parmi lesquels se dégageront certainement les collaborateurs de ses futures grandes séries.    
Zidrou (Benoît Drousie)
Auteur de Margot et Oscar Pluche : Sac à puces (tome 1)
Auteur jeunesse et scénariste de bande dessinée

Pseudonyme de Benoît Drousie Né le 12 avril 1962 à Anderlecht. Insituteur, Mons

Je m'assieds et j'écris ce que je suis sensé d'abord écrire en fonction de mon planning, de mes engagements, de mes seules envies aussi parfois. ça vient tout seul. C'en est même préoccupant. Mes thèmes ? MON thème : l'être humain.

 
Carine De Brabanter
Illustrateur de Margot et Oscar Pluche : Sac à puces (tome 1)

Carine de Brabanter, alias De Brab, collabore depuis plusieurs années au journal Spirou où elle publie de nombreuses histoires, gags, illustrations et pages de jeux.
Avec Zidrou et Falzar au scénario, elle raconte depuis 1992 les aventures de Margot et Oscar Pluche. Six albums paraissent chez Casterman. La série est reprise chez Dupuis sous le nouveau titre générique Sac à puces.
Dans sa nouvelle série Choco, conçue avec Zidrou, elle donne libre cours à sa fantaisie et développe un monde animalier haut en couleurs.
(Casterman.)

(Bibliographie actualisée novembre 2007.)


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Margot et Oscar Pluche : Sac à puces (tome 1)"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 9536 ) [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Au cœur de la montagne

Un jour, Nella est traversée d’un sentiment impérieux : Nonna va bientôt s’éteindre, ses pulsations cardiaques s’affaiblissent, ses respirations sont comptées. Faisant fi des obligations scolaires et de l’autorisation parentale, elle décide alors de se rendre sur la Montagne. Cet endroit où elle a passé une partie de son enfance avant d’être emmenée dans la Vallée ; ce lieu ardu et mystérieux que sa grand-mère, elle, n’a jamais quitté. Le chemin est malaisé, d’autant que le froid et les flocons s’abattent sur l’adolescente, le paysage… et certaines pages de l’album (dans un incroyable rendu graphique !). Nella se réfugie, le temps d’une halte sèche, à l’intérieur de la chapelle du village. Dans une pénombre chargée de prières, de statues, d’incantations, de bougies et de totems, elle aperçoit, accroché à un mur, un ex-voto intriguant l’œil : «  Nella Salvat Torrent  ». Étrange… L’adolescente poursuit sa route à travers une nuit violette, ses foulées rythmées par une comptine sibylline qui commence ainsi : « Une main, deux bottes / trois fourches, quatre pattes / cinq noix dans une poche / coule, coule torrent de roche…  » Rompue, elle parvient enfin dans la demeure de l’aïeule… Trop tard ?«  Pleure, Moineau, pleure / Pleure puis. Tu iras au torrent / Au torrent ? / Tu es sa petite. Tu vas devoir faire ça pour elle  » Quelle est donc la mission dont est chargée Nella ? Et, surtout, quel est le lien puissant qui la ramène sans cesse aux flots impétueux du cours d’eau ? Par le truchement de montagnards (un pêcheur de truites aux jambes d’échassier, le terrible guérisseur chamanique Barbagallo, le chasseur Celestino à la fourrure odorante et d’autres encore), puissantes incarnations des traditions ancrées et du passé vibrant, elle va remonter peu à peu le courant des souvenirs et se rapprocher de la source oubliée…L’univers graphique de Sarah Masson et Michel Squarci impose le respect par une composition très dense et travaillée, ne s’offrant pas de prime abord. Dès lors, une simple lecture se transforme en une expérience délicieusement exigeante, immensément gratifiante. Les yeux se plissent pour percevoir les infinies subtilités illustrées et les caractères blancs du texte. Ils fouillent et détaillent les planches, trouvaille colorée par trouvaille collée. Ils se perdent, se posent, s’écartent, se fixent ; cherchent le fil délicat tissant des images de toute beauté. C’est un voyage initiatique, troublant et nécessaire, tant pour Nella que pour le lecteur qui lui emboîte le pas avec une curiosité déterminée, au cœur…