L’ordre du jour


RÉSUMÉ

En Belgique, dans un ministère qui construit des piscines, des stades, des autoroutes, des tunnels. Le narrateur ne cesse d’observer méticuleusement son milieu de bureaucrate. Il assiste au rituel quotidien de l’exercice du pouvoir. Il déchiffre les gestes et actes des personnages qui l’entourent. Il les traque dans leurs dialogues. Il les voit souffrir, s’amuser aussi, obtenir quelques bonheurs vite éteints. Au fond, il n’est pas vraiment malheureux. Avec une patience minutieuse doublée d’un humour décapant, l’auteur parvient à nous construire un univers qui tantôt nous fait éclater de rire et tantôt nous plonge dans un cruel désespoir.



À PROPOS DE L'AUTEUR
Jean-Luc Outers
Auteur de L’ordre du jour
L’auteur de L’Ordre du jour, titre de son premier roman, qui parut chez Gallimard en 1984, est une figure bien connue de nos lettres. C’est qu’il exerça, succédant à l’époque à Marc Quaghebeur, la fonction de conseiller littéraire au Ministère de la Communauté Française, et que, responsable à ce titre de la Promotion des Lettres, il s’y distingua par un grand dynamisme et un réel souci de la défense et illustration de notre littérature. Il s’activa à la mise en place du Collège des Traducteurs de Seneffe, perfectionna la formule du Carnet et les Instants, assura le secrétariat de la Commission des Lettres et déploya en général une grande énergie dans diverses activités liées à ses responsabilités. Il vient de faire valoir, à l’approche de la soixantaine, ses droits à la retraite et se consacre pleinement à son écriture, ce qu’il vient d’illustrer en publiant chez Actes Sud (où ont paru la plupart de ses livres) un nouveau roman, De jour comme de nuit, où il poursuit une chronique, discrètement autobiographique , des mœurs contemporaines, qu’il aborde en moraliste désenchanté, distillant un humour des plus fins dans l’observation de l’évolution des mentalités et des idéologies. Son œuvre est d’une grande unité de ton et de style, mise au service d’un regard acéré, témoignant d’une grande culture socio-politique, qui fait de lui l’un de nos romanciers les plus vigilants et les plus originaux à la fois.


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Premier roman de Jean-Luc Outers, paru en1987 aux éditions Gallimard, L’ordre du jour reparait dans la collection Espace Nord. Cette réédition est l’occasion de remettre sur les tables un récit dont le tranchant est loin d’avoir été émoussé par les années.

L’ordre du jour dont il est ici question prend la forme d’un cheminement en compagnie des névroses d’un narrateur anonyme, dans les méandres de l’administration du département des travaux publics de la ville de Bruxelles. Des névroses qui se cristallisent autour du passage du temps, de l’attente et du langage – ce qui vaut au récit d’être piqué de réflexions liant l’usage et la polysémie de mots et d’expressions à la fois banales et symptomatiques d’une certaine…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "L’ordre du jour"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9955 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Autres arpents

Des hauts de Meuse à la baie de Somme, de la Charente au vignoble du Cabardès…

Les vieux ne parlent plus

Que faire de nos aînés ? Alors que la population est de plus en plus vieillissante, que la crise fait rage, que les vieux semblent gêner car ils ne sont pas rentables, le gouvernement met en place un système aux apparences démocratiques : les Villages de Santé pour Aînés. Plus besoin de prendre en charge les finances et les fins de vie, parfois difficiles, de vos parents. On s’en occupe pour vous. Le gouvernement a ainsi créé, un peu partout dans le pays, des établissements à la pointe où l’on prend soin des seniors et de leur patrimoine. Maître Alexandre Geoffroy, avocat spécialisé dans la tutelle des personnes âgées, est l’un des concepteurs de ce programme. Il a développé un logiciel qu’il a vendu à l’État et qui permet d’avoir un pronostic vital du senior. Alexandre est même devenu le meilleur porte-parole de ces Villages. Il se rend partout pour en faire la promotion. Me Geoffroy est un personnage arrogant qui fréquente les hautes sphères. Il a ses privilèges qu’il entend bien garder. Il aime qu’on respecte son rang et qu’on le flatte. Ce célibataire apprécie la compagnie des femmes, notamment de Lise Charcot, une présentatrice de la principale chaîne télévisée du pays. Sa plus fidèle compagne reste toutefois sa mère. Il se ne passe pas une journée sans qu’il la voie.Il se rend dans l’émission de Lise, « Des hauts débats », pour faire la promotion des Villages de Santé pour Aînés. Face à lui, l’un des plus grands opposants à cette politique gériatrique, Pierre Rambaud, un militant des Droits de l’Homme, qui hurle au scandale : selon lui, c’est un meurtre de masse. Mais Me Geoffroy ne se laisse pas déstabiliser. Tout semble lui sourire. Pourtant, les choses commencent à se compliquer avec la mort suspecte de l’un de ses clients, Joseph Patty. Le fils de ce dernier, un député ambitieux, est persuadé que Me Geoffroy a assassiné son père et va tout faire pour le déstabiliser. Cette mort est embêtante, d’autant plus que son alibi vole en éclats. La santé de sa mère lui donne également du souci. La mémoire de la vieille dame commence à lui faire défaut. Alexandre imagine des plans pour partir avec elle dans un paradis perdu. Il ne faudrait pas qu’elle soit prise en charge par les Villages de Santé car il n’a aucune envie de leur confier sa propre mère. Pourquoi ? Le programme et le logiciel qu’il a mis sur pied peuvent-ils se retourner contre lui ? Ses propres affaires ne font-elles pas de l’ombre à celles du gouvernement ? Ne s’est-il pas jeté lui-même dans la gueule du loup ? Et que cachent réellement ces Villages de Santé : des établissements de soin ou des mouroirs ? Me Geoffroy n’a-t-il pas donné naissance à une arme puissante ? Les vieux ne parlent plus , qui relève du roman d’anticipation, est une dystopie mettant en scène une société sombre et individualiste. Les plus gros ont pris tous les pouvoirs, ont muselé les petits et se débarrassent des plus faibles. Proche d’un scénario et bercé d’ironie, le récit donne à voir un monde totalement replié sur lui-même, un véritable état policier, une dictature douce. Même si la société imaginée ici n’est que fiction, le roman s’ancre dans des problématiques contemporaines qui résonnent particulièrement en ces temps troublés par le coronavirus : crises économiques, pandémies – à noter toutefois que le roman a été écrit cinq ans avant la pandémie de Covid-19 –, population vieillissante, migration… La crise de la Covid-19 a mis en lumière certaines zones d’ombre de notre civilisation, notamment la manière dont nous avons traité nos aînés, totalement abandonnés à une mort certaine. Vincent Engel , grand humaniste impliqué dans le débat public, nous donne à voir un monde glaçant où toute notion de solidarité semble avoir disparu. Avec le titre du roman, l’auteur rend hommage à Jacques Brel et sa chanson Les vieux dans laquelle les personnes âgées sont vues comme des citoyens de seconde zone : Les vieux ne parlent plusOu alors seulement parfois du bout des yeux[…]On vit tous en province quand on vit trop longtemps.  Un roman qui, assurément, fait froid dans le dos.Auteur prolifique, Vincent Engel a déjà publié aux Éditions Ker plusieurs romans, recueils de nouvelles et…

Palettes

Présentation de l'auteur : 'Par petites touches au rythme des saisons, dire les bruits et les odeurs…