L’invention du marollien littéraire


L'apparition de l'argot dans la littérature constitue de longue date une irruption provocante du parler populaire. Les linguistes désignent comme des variations diastratiques les niveaux de langue se référant aux différents statuts (économique, social, culturel) des locuteurs et au contexte (social, référentiel, instrumental) de l'énonciation. Dès le Moyen Âge, des écrivains en font usage, comme Villon dans Le jargon et jobellin dudit Villon (1489), ou la littérature dite poissarde du XVIIIe siècle, censée imiter le parler des lavandières. Au XIXe siècle, c'est le vocabulaire des « classes dangereuses » qui fait irruption dans le roman-feuilleton, avec les Mystères de Paris d'Eugène Sue. Au XXe siècle, le langage des prisons, des truands, les argots des métiers, du sexe ou du jeu sont abondamment transposés, en particulier dans les genres littéraires visant un large public XX . Nombre de dictionnaires spécialisés ont recueilli ces termes et ces tournures.…
  lire la suite sur  REVUES.BE

À PROPOS DE L'AUTEUR
Paul Aron
Auteur de L’invention du marollien littéraire
Paul Aron est enseignant-chercheur de littérature belge et française. Docteur en philosophie et lettres de l'Université libre de Bruxelles, il est directeur de recherche au Fonds national de la recherche scientifique (FNRS) et professeur de littérature et théorie littéraire à l'Université Libre de Bruxelles. Il s'intéresse à l'histoire de la vie littéraire, principalement des XIXe et XXe siècles, aux relations entre les arts et entre la presse et la littérature.


FIRST:marollien auteur écrivain siècle bruxellois théâtre revue personnage rue littérature succès sorte scène langage usage public pseudonyme pièce pays flamand directeur argot ami acteur - "L’invention du marollien littéraire"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Les mines de fer du pays gaumais

Né de neuf années de recherches sur le…

Lettres de Liège. Littérature wallonne, histoire et politique (1630-1870)

Genre : Essais littéraires Editeur : en coédition avec Le Cri Format : 16 X 24 cm Nombre de pages : 253 p. Date de publication : 2012 ISBN : 978-2-8710-6593-7 Prix : 21,00 € À propos du livre L’ouvrage entend saisir une image des lettres dialectales, en région liégeoise, à trois moments privilégiés de leur histoire. Des Dialogues de paysans offrent un tableau des misères de la guerre au XVIIe siècle. Inscrits dans le cadre de conflits internationaux, ils se lisent également sur la toile de fond de la politique communale, où s’affrontent Chiroux et Grignoux. Le « Théâtre liégeois » du XVIIIe siècle renvoie à la guerre de Sept Ans et au choc culturel, notamment linguistique, que représente le contact avec les troupes françaises. Enfin, on met en évidence combien le « renouveau dialectal » du milieu du XIXe siècle, illustré par la création de la Société liégeoise de Littérature wallonne en 1856, est préparé par une importante production politique opposant catholiques et libéraux francs-maçons. Cette littérature militante comporte une évocation de la ville mosane et des bouleversements urbanistiques contemporains à laquelle l’amateur pourra trouver le charme des photographies d’autrefois. La « poésie ouvrière » y promène le lecteur des alentours du vieux pont-des-Arches, avec la « nouvelle » tour de Saint-Pholien, vers l’ancien Collège communal, le Jardin Botanique, le marché aux fromages de la place…

Le bon usage

Le bon usage, c'est la grammaire de l'usage à travers l'observation constante d'un français vivant.…