L'île quimboiseuse


RÉSUMÉ

Dans le quartier prononcé « Patchéville »
Regardez où vous mettez les pieds
L’île n’a pas échappé à l’Homme
Pourquoi l’Homme échapperait-il à l’île ?

Ce livre contient une île. L’île quimboiseuse, maîtresse des connaissances et jeteuse de sorts. Une héroïne apatride y foule son sol rocailleux peuplé d’échoués hétéroclites et de lieux doués d’une volonté propre.
Un roman-poème initiatique qui va crescendo et vous emporte toujours plus loin, vers les profondeurs de l’île.
QUIMBOISEUR, EUSE : nom. Aux Antilles, sorcier, jeteur de sorts.


À PROPOS DE L'AUTEUR
Morgane Eeman
Auteur de L'île quimboiseuse
Morgane Eeman est née en 1989. Elle a vécu en Gaume toute son enfance et son adolescence et y a développé très tôt un goût prononcé pour le théâtre et la littérature. Après avoir subi des études à Bruxelles, elle part à Malte pour plusieurs mois. Elle en revient avec une histoire qu’elle écrira en 2017 : L’île quimboiseuse (roman poétique à paraître chez maelstrÖm reEvolution). Sa rencontre avec Marcel Moreau cette même année et le soutien indéfectible qu’il lui apporte depuis lors la stimule encore et toujours dans son écriture. En 2018, elle joue dans le spectacle BUVONZUNCOUP, création théâtrale de Stefan Thibeau autour de l’œuvre de Marcel Moreau. Ce spectacle devient le déclencheur d’un nouveau pan créatif : son amour des mots rejoint le plaisir de les dire au micro, avec toute l’intimité que cela peut apporter. En 2020, elle crée alors deux podcasts : Les sens & les sons, un podcast dédié à la poésie, dans lequel elle se propose de faire entendre des mots d’auteurs d’hier et d’aujourd’hui ; et Les sens, les sons & l’écriture, un journal de bord sonore, qui lui permet de partager tout ce qui jalonne son parcours d’écrivain. Son premier livre, Au fond un jardinet étouffé paraît en 2019 dans la collection « Bruxelles se conte » aux éditions maelstrÖm reEvolution. En 2021, elle publie le roman-poème L’île quimboiseuse chez le même éditeur et participe au recueil EssentiELLES (éditions Audace) aux côtés de plusieurs autrices belges.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:île - "L'île quimboiseuse"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Le ballet des retardataires : Tokyo, tambours et tremblements

En lisant le roman Le ballet des retardataires (Tokyo, tambours et tremblements) , nous marchons avec Maïa Aboueleze en plein cœur de Tokyo où l’autrice s’est immergée durant plusieurs mois pour perfectionner sa connaissance du taïko, une discipline qui la passionne et qui englobe à la fois la pratique du tambour, de la danse, des arts martiaux et de la méditation.Bien sûr, l’exil n’est pas toujours chose facile pour la protagoniste qui ne parle pas japonais et dont la maîtrise de l’anglais est superflue sur l’île.  Elle ne possède pas non plus les codes de la société dans laquelle elle évolue, même si elle sait que la dignité et la discipline y sont des valeurs importantes. Alors elle observe, elle imite. Et elle doit souvent serrer les dents, elle qui a si peur de la douleur. Mon épaule gauche brûle. Je me baisse un peu et regarde l’heure. Trois minutes. Ça ne fait que trois minutes. Il en reste 80. Je vois Takeshi m’observer du coin de l’œil. Je tape, je tape. Je respire, me concentre sur la peau du tambour. Mes yeux se rétrécissent. J’ai envie de pleurer. Quatre minutes. Je croise un nouveau regard du bourreau.  […]Je quitte l’école les jambes tremblantes. L’intérieur de mes mains est à vif. Les ampoules formées en jouant ont éclaté et la peau s’est soulevée, laissant apparaître une chair rouge et brillante. Je tâte le dernier bout de Xanax qu’il me reste de mon vol, coincé dans ma poche, et entre dans le métro. Ce cauchemar va-t-il continuer tous les jours, toutes les semaines, tous les mois ? Dans ce roman, le langage des corps signifie davantage que les mots prononcés, ces derniers ne permettant (presque) pas la communication. Maïa est donc attentive au regard de l’autre, ce regard qui prend dans l’intrigue une dimension fantastique et inquiétante.D’ailleurs…Quelle est cette présence derrière le rideau ? La maison de thé du parc Yoyogi existe-t-elle vraiment ? Y a-t-il un serpent dans le mur de l’école ? Est-ce le vent qu’on entend ?Le parcours halluciné de Maïa commence un peu comme le poème d’Apollinaire, par «  un rire qui s’était confondu avec un verre brisé  », et se poursuit derrière les talons roses de la logeuse Fumiko-San pour s’achever par «  des semaines aussi impalpables qu’un rêve  » et un demi-Xanax tombé à l’eau.Maïa Aboueleze a dû s’étonner en arrivant au Japon. Elle y a découvert, entre typhons et secousses sismiques, le monde exigeant du tambour traditionnel japonais où elle a pénétré grâce à l’obtention d’une bourse.Mais c’est parce qu’elle bascule dans la fiction que nous pouvons la suivre, que nous ressentons avec elle l’étrangeté de son expérience, le choc des cultures et l’isolement qu’elle a vécu durant plusieurs mois. Le ballet des retardataires , premier roman de l’autrice, est un récit de voyage qui présente de façon singulière un territoire inexploré du Japon : une école où est enseignée la pratique du taïko. Nous sommes au cœur d’un monde inconnu, et nous nous sentons privilégiés d’y accéder grâce à la narration fraîche, rythmée, et pleine d’humour de Maïa Aboueleze. Un coup de cœur. Violaine…

Tignasse étoile

Le dernier roman d’Evelyne Wilwerth s’apparente au journal intime d’une jeune…