Libertinage des Lumières et guerre des sexes



À PROPOS DE L'AUTEUR
Michel Brix
Auteur de Libertinage des Lumières et guerre des sexes
Michel Brix est l’auteur d’une thèse très remarquée sur « Nerval journaliste », soutenue à Louvain en 1986 : ses recherches et les déductions qu’il a faites à partir de pseudonymes lui ont permis de mettre au jour des textes inconnus de Nerval, qui figurent désormais dans les Œuvres complètes de la Pléiade. Il fut d’ailleurs l’un des principaux contributeurs de ces Œuvres complètes, placées sous la direction de Jean Guillaume, dont il a été l’élève, et de Claude Pichois. Il a signé, avec le même Claude Pichois, la biographie de référence de Nerval (Fayard, 1995) et un Dictionnaire Nerval (Du Lérot, 2006, rééd. 2017). Il a consacré de nombreux articles à l’auteur des Chimères, et plusieurs essais. L’un de ces essais, Les Déesses absentesVérité et simulacre dans l’œuvre de Nerval (Klincksieck, 1997), a reçu en 1998 le prix Vossaert, décerné par notre Académie. Michel Brix est un remarquable éditeur, de Nerval bien sûr (Contes et facéties, La Chasse au snark, 2000 ; Le Chariot d’enfant, La Chasse au snark, 2002 ; Pandora, Presses universitaires de Namur, 2005 ; Les Faux Saulniers, Éditions du Sandre, 2009, etc.), mais aussi d’écrivains de l’époque romantique qu’il a su choisir et valoriser. Tous ceux qui s’intéressent à cette période féconde de notre littérature connaissent et utilisent ses éditions des Œuvres poétiques complètes de Théophile Gautier (Bartillat, 2004, rééd. 2013), des Portraits contemporains de Sainte-Beuve (Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2008), du Voyage en Russie d’Alexandre Dumas (Bartillat, 2015) et des Œuvres poétiques et romanesques de Pétrus Borel (Éditions du Sandre, 2017). Le point de vue de Michel Brix est celui d’un historien de la littérature et d’un spécialiste du romantisme. Il est du reste l’auteur d’un récent et excellent Manuel de la littérature française, destiné aux étudiants et au grand public cultivé, et conçu, ainsi que le sous-titre le précise, comme un Voyage guidé dans les lettres, du XIe au XXe siècle (De Boeck, 2014). Comme c’était le cas de Claudine Gothot-Mersch, Michel Brix n’a jamais souhaité quitter la petite université où il enseigne. Depuis la mort du Père Guillaume en 2001, il dirige, à l’Université de Namur, le Centre de recherches Gérard de Nerval, la « Bibliothèque nervalienne » (Champion) et les « Études nervaliennes et romantiques » (Presses de l’Université de Namur).

NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Maître de recherches à l’université de Namur, membre de l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique, spécialiste de la littérature française des XVIIIe et XIXe siècles, Michel Brix livre dans Libertinage des Lumières et guerre des sexes une étude décisive sur la littérature libertine du XVIIIe siècle. Traversant un vaste corpus de textes où, à côté des plus célèbres (les récits de Crébillon fils, Laclos, Sade…) figurent des perles que la postérité a négligées, il prend à rebrousse-poil la doxa dominante qui pose l’équation entre exercice du libertinage et émancipation du corset des règles religieuses et sociales. La cause semble entendue de nos jours : lié à la philosophie des Lumières, à sa « réhabilitation…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:libertinage femme libertins siècle - "Libertinage des Lumières et guerre des sexes"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9174 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Félix Vallotton, intimité (s)… et le regard de Jean-Philippe Toussaint

Dans cette magnifique édition de gravures de Félix Vallotton, Jean-Philippe Toussaint part sur les traces du graveur, illustrateur, peintre et romancier né à Lausanne  en 1865,  mort à Paris en 1925. Présenté par Katia Poletti, édité par Martin de Halleux (qui a publié l’œuvre de Masereel), le recueil reproduit magistralement la série Intimités ainsi que Les instruments de musique ou encore La paresse, L’assassinat, La nuit. Célèbre par ses gravures sur bois et ses illustrations en noir et blanc, Vallotton réinventa la xylographie, joua sur les contrastes des noirs et des blancs, sans passer par le dégradé. Illustrateur pour La revue blanche , il publia en 1898 une série de dix gravures intitulées Intimités dans un tirage limité à 30 exemplaires. Dans un court texte intitulé Barbe noire , Jean-Philippe Toussaint décrypte l’univers énigmatique, l’atmosphère étrange au fil d’une flânerie onirique qui tient à la fois de l’enquête criminelle et d’une revisitation du conte de Perrault. Le secret des choses ne se révèle qu’à ceux et celles qui transgressent tout en ayant en leur possession le sésame.Chacune des femmes de Barbe bleue outrepassait l’interdit relatif à la dernière porte, payant de sa mort sa curiosité. Seule la dernière triomphe de la mort, vient à bout de l’ogre, découvre dans l’unique chambre qui ne peut être ouverte les cadavres des anciennes femmes que le maître des lieux a assassinées pour avoir franchi le seuil tabou. Comme dans Barbe bleue, c’est ici l’ultime pièce qui délivre la vérité. Empruntant la voie des rêves, Jean-Philippe Toussaint transgresse l’interdiction qui lui a été faite de pénétrer en ce lieu. La dernière porte révèle le secret des décors, des intérieurs bourgeois qui cachent la scène d’un crime. Pénétrant dans un univers parallèle, imaginaire, Toussaint fait main basse sur un «  double maléfique  ». Les signes sont inversés, le blanc passe au noir, une atmosphère paisible livre des indices d’un empoisonnement, d’un crime dont l’arme est le burin, le poinçon du graveur. Fin limier, rêveur visionnaire, l’auteur nous délivre le fruit de son voyage psychique : Barbe noire règne sur le royaume de Vallotton. Une révélation dont la puissance éclate quand on sait que l’artiste écrivit La vie meurtrière et créa des lithographies Crimes et châtiments pour L’assiette au beurre. Suivant la logique du rêve, passant derrière la surface du miroir, poussant la porte grâce à la clé FV qui mène à un monde parallèle, l’œil nocturne de Jean-Philippe Toussaint met à jour l’envers du décor, l’évidence de l’assassinat. Dans ses pérégrinations mentales, il traverse les portes de la nuit, de l’inconscient, s’enfonce dans cette «  vie figée  », ce « décor de théâtre où des acteurs hiératiques jouaient des scènes énigmatiques  ». Jouant sur le battement entre manifeste et latent, l’écriture agit comme un révélateur (au sens photographique du terme) qui lit les narrations passées sous silence, le diamant noir du crime dissimulé sous des saynètes de la vie quotidienne.  Félix Vallotton se joignit au groupe des peintres nabis (Paul Sérusier, Pierre Bonnard, Edouard Vuillard…), une dénomination qui renvoie à «  nabi  » en arabe, «  nebiim  » en hébreu, signifiant «  annonciateur  », «  appelé…