Lettres à Jacques Ferrand (1946 - 1994)


RÉSUMÉ

Édition présentée, établie et annotée par Francis Willems

Durant près d’un demi-siècle, de 1946 à 1994, Paul Willems a correspondu très intimement avec Jacques Ferrand, un ami lettré qui était aussi dessinateur. Cet artiste parisien avait fait la connaissance de Willems alors que, peu après la guerre, il avait illustré La Comtesse des digues, un roman de Marie Gevers qui était la mère de Paul et à qui il succéda à l’Académie. Ils sympathisèrent d’emblée et ne cessèrent…


DOCUMENT(S) ASSOCIÉ(S)
Le 19 août 1946 Quand viendrez-vous à Missembourg? Tout et tout le monde vous attend. Nous avons spécialement commandé le plus bel automne qui puisse se trouver. Il sera ici à votre disposition entre le premier et le quinze septembre. Le seize ou le dix-sept, ma mère et moi parons pour la Hollande, mais il faut que vous soyez ici le quatorze et que vous assistiez à la pièce de théâtre qui sera donnée par le Théâtre de verdure de Missembourg; nous vous attendons dès le sept ou le huit pour que vous passiez toute la semaine ici. Je relis ce que je viens d'écrire et je vous félicite si vous comprenez quelque chose à toutes ces dates. Les chiffres embrouillent toujours tout; ce que je voulais vous dire est bien simple : venez au moins pour toute une semaine et si possible faites coïncider votre séjour avec la date où l'on donnera la pièce de théâtre. Je vous montrerai Anvers, l'Escaut; une charmante ville (Lillo), la plus petite de Belgique sur le bas Escaut; nous irons voir la maison de Rubens qu'on vient de reconstituer, le musée Plantin, et vous aurez le temps de rêver dans le jardin où autrefois se promenait Madame Orpha. Ici à l'abri de nos haies nous vivons hors du temps. Six albums de vieilles photos sont là dans l'armoire qui attendent votre main pour les ouvrir, il y a l'armoire aux trésors, et toutes sortes de livres curieux remplis d'images de couleurs. Il n'y a malheureusement pas de décalcomanies mais j'espère que cette infidélité au rêve ne vous empêchera pas de venir. J'oubliais le stéréoscope, le feu ouvert, et notre vieux chien Kim. Répondez vite que vous venez, avec toute mon amitié Paul W. P.S. – Elza et moi parlons souvent de la délicieuse journée passée avec vous à Paris.
Table des matières Paul Willems et Jacques Ferrand, par Francis Willems Remerciements Lettres à Jacques Ferrand 1/ Le 19 août 1946 2/ Le 5 février 1950 3/ - 4/ Le 4 octobre 1952 5/ - 6/ Le 17 avril 1953 7/ - 8/ Toussaint 9/ 13.1.55 10/ Missembourg, le 11 août 1955 11/ Le 7.1.55 12/ Missembourg, le 22.9.55 13/ - 14/ Le 16.8.56 15/ Missembourg, le 11 octobre 1957 16/ 16.9.57 17/ Missembourg, le 21.11.57 18/ 13.10.1960 19/ 13.10.60 20/ 21.3.61 21/ le 5 novembre 1961 22/ 25.7.61 23/ 28.9.62 24/ 16.2.63 25/ Tokyo 5.3.63 26/ Missembourg, 6.7.63 27/ Vienne, 16.9.63 28/ 21.9.64 29/ 10.4.65 30/ 27.7.65 31/ Dans mon lit à Missembourg, le 16.1.66 32/ Moscou, le 2.2.66 33/ Dimanche 34/ Jeudi 28 [1967] 35/ 1.3.67 36/ Moscou, le 4.4.67 37/ Pathmos, le 18 août 1967 38/ Pathmos, le 20 août 1967 39/ 28.11.67 40/ 16.6.68 41/ Missembourg, le 12 juillet 68 42/ Missembourg, le 30 septembre 1968 43/ 15.2.69 44/ Missembourg, le 15 juin 69 45/ Missembourg, le 11 novembre 69 46/ - 47/ Samedi 21 novembre 1970 48/ 21.1.71 49/ Le 9 avril 1971 50/ Le 5 mars 1972 51/ Chapel Hill, le 17 mars 1973 52/ Missembourg, le 27 novembre 73 53/ Missembourg, le 6 mars 1974 54/ Samedi 55/ Missembourg, le 17 novembre 56/ 15 décembre 1974 57/ Missembourg, le 16 mars 1975 58/ Missembourg, le 19 octobre 1975 59/ Le 1er novembre 1975 60/ Rabat, le 16 novembre 1977 61/ 25 juin 1978 62/ Missembourg, le 12 septembre 1979 63/ Missembourg, le 10.12.80 64/ 14 mars 1987 65/ Missembourg, le 7 septembre 1988 66/ 11 avril 1990 67/ 1er septembre 1991 68/ Missembourg, le 24 décembre 1992 69/ 10 septembre 1993 70/ Missembourg, le 23 janvier 1994 71/ Missembourg, le 16 février 1994 72/ Missembourg, le 16 avril 1994

À PROPOS DE L'AUTEUR
Paul Willems
Auteur de Lettres à Jacques Ferrand (1946 - 1994)
Né le 4 avril 1912, Paul Willems passe son enfance dans la propriété familiale de Missembourg, à Edegem, près d'Anvers, où les automnes et les hivers merveilleusement solitaires, les journées et les mythes, la nature et les légendes mis en mots par sa mère, la romancière Marie Gevers, l'éveillent à la magie d'un lieu isolé et d'une langue qui n'est pas celle des alentours. La vie lui fait parcourir, autour du domaine enchanté, des cercles de plus en plus larges; toujours, cependant, il revient à Missembourg et à l'Escaut qui coule vers le grand large, le fascine et l'appelle. Après ses études secondaires à Anvers et un périple de deux mois dans l'Atlantique, il entreprend le droit à l'Université libre de Bruxelles et lit Joyce, Hamsun et Lawrence. Il se spécialise en droit maritime, puis il voyage en France où il rend visite à Giono, et séjourne en Bavière où il découvre le romantisme allemand qui, par le biais de la peinture — il est fasciné par l'œuvre de Caspar David Friedrich — et de l'écriture — il lit avec passion Novalis, Kleist et Brentano s'attache au mystère des choses. Revenu en Belgique après cet apprentissage majeur, il devient avocat stagiaire au barreau d'Anvers, puis il entre, pendant les années de guerre, au service du ravitaillement, et épouse Elza De Groodt. Le roman qu'il a commencé à son retour d'Allemagne est publié en 1941 : Tout est réel ici. Dans ce texte frémissant d'images, de subtiles analogies font peu à peu disparaître la frontière entre le prosaïque et le merveilleux, le quotidien et le rêve. Une même dimension féerique marque L'Herbe qui tremble (1942), une sorte de journal intime mêlé de récits, et La Chronique du cygne (1949). On la retrouve également dans le premier théâtre de Paul Willems. Devenu secrétaire général du Palais des Beaux-Arts, il rencontre Claude Étienne qui lui commande une pièce pour le Rideau de Bruxelles, Le Bon Vin de Monsieur Nuche, accompagné d'une musique d'André Souris. Il donne ensuite, de 1951 à 1962, Peau d'ours, Off et la lune, La Plage aux anguilles et Il pleut dans ma maison (sa pièce la plus célèbre, créée d'abord en langue allemande à Vienne et à Cologne, jouée à Bruxelles avant de l'être à Moscou, à Omaha et à Belfast…), autant de moments où la fantaisie le dispute à la poésie. Une inquiétude, cependant, s'y fait jour: il n'est pas de magie ou d'enchantement qui ne laisse apparaître, çà et là, une brisure ou un arrachement. «Il y a certes dans mes pièces des moments de ravissement, dit l'auteur, mais cela ne change rien à mon pessimisme fondamental.» Une noirceur s'installe, qui avait marqué de façon assez foudroyante Blessures, un roman d'une grande densité tragique mûri pendant la guerre et publié en 1945. Le rêve, petit à petit, semble ne plus être qu'un refuge en face de la vie mutilante. Désormais, et pendant plus de vingt-cinq ans, le théâtre de Paul Willems, qui ne méconnaît ni l'âpreté, ni la cruauté ni les dérives langagières, donne à voir les vertiges intérieurs et la débâcle des sentiments, dans un monde plein d'ombres menaçantes, où le temps se fige, où la mémoire est lacunaire et les mots ambigus. Warna ou le Poids de la neige, La Ville à voile (qui obtient le prix Marzotto de même que le Prix triennal du gouvernement belge), Les Miroirs d'Ostende, Nuit avec ombres et couleurs, Elle disait dormir pour mourir et La Vita breve sont des œuvres dramatiques qui mêlent, avec une éclatante maîtrise le sourire et la douleur, la platitude du réel et le rêve d'un ailleurs, l'inventivité verbale et les jeux de miroirs troublants. Elle sont publiées en plusieurs langues (notamment en anglais et en allemand) par les soins de traducteurs fidèles. Elles balisent durant ces années la vie d'un homme qui agit, se déplace et joue un rôle prépondérant dans la vie culturelle. Devenu directeur général du Palais des Beaux-Arts, il sillonne le monde à la recherche de réalisations artistiques qu'il invite le public belge à découvrir. Parmi ces voyages, ceux qui le mènent en Autriche, en Hongrie, en Tchécoslovaquie, en Russie et en Chine le marquent profondément; il découvre, dans ces deux derniers pays en particulier, des formes de poésie, de musique, de danse et de chant dont l'étrangeté et l'intensité l'éblouissent durablement, comme en porte témoignage toute une partie de son œuvre. En 1969, retrouvant une idée qu'il avait déjà eu l'occasion de mettre en œuvre lors de l'Exposition universelle de 1958, il crée avec Franz de Voghel le festival Europalia qui, tous les deux ans, définit un pays par la diversité de ses pratiques artistiques. Un tel miroitement culturel ne l'empêche à aucun moment de retourner au texte, où se joue l'essentiel. Élu à l'Académie le 13 décembre 1975 à la succession de sa mère, il reçoit cinq ans plus tard le Prix quinquennal de littérature pour l'ensemble de son œuvre puis se retire progressivement à Missembourg. Convaincu que l'écriture est un voyage, il convoque ses souvenirs et ses notes et revient, avec La Cathédrale de brume (1984), Le Pays noyé (1990) et Le Vase de Delft (1995) à la forme narrative de ses débuts. Dans ces récits de longueur variable — qui, tous, d'une manière ou d'une autre, appartiennent à ce que l'auteur appelle la mémoire profonde et éclairent l'ensemble de son œuvre —, il tente, en une démarche proche du cheminement initiatique, de cerner d'invisibles blessures et des bonheurs ineffables, de percevoir le dédoublement du monde, d'entrevoir l'envers des choses, de saisir un instant leur autre dimension. Sur tout cela, il s'interroge en autobiographe et en sourcier de l'imaginaire qui passe imperceptiblement de la vie à la littérature, du souvenir à sa transposition poétique dans Un arrière-pays. Rêveries sur la création littéraire (1989). Ce qui se donne à lire, dans ce commentaire qu'il adresse à ses jeunes lecteurs, au cours d'une série de conférences données à Louvain-la-Neuve, est une véritable poétique de la mémoire. Paul Willems est mort le 28 novembre 1997.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Lettres à Jacques Ferrand (1946 - 1994)"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9504 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Lettres du Goulag : Correspondance de détenus dans les lieux d’incarcération et d’internement du Goulag

Avec Lettres du Goulag , Jean-Louis Rouhart a fait paraître un ouvrage essentiel sur le monde du Goulag en Union soviétique.  Il y a quelques années, ce germaniste professeur émérite à la Haute École de la Ville de Liège avait réalisé une étude consacrée à la correspondance clandestine – déjà – dans les camps nazis, essai qui avait reçu le Prix de la Fondations Auschwitz – Jacques Rozenberg en 2011.  Il s’attaque maintenant à la même problématique dans le monde soviétique. Il s’agit d’un ouvrage scientifique, fort d’une rigueur absolue dans l’approche et le traitement systématique du sujet et pourvu d’un important appareil de notes et d’un grand nombre d’annexes (glossaires, schéma, dates-clés,…) de nature à introduire et à guider le lecteur dans la mécanique du complexe concentrationnaire soviétique vu sous l’angle révélateur de la correspondance entre les détenus et leurs familles.  Ô combien révélateur en effet, puisque «  Dix ans sans droit à la correspondance » était la dénomination officielle de la sentence telle qu’elle était transmise aux familles des déportés, alors qu’en réalité il s’agissait d’une condamnation à mort le plus souvent déjà exécutée au moment de la notification officielle.  Il faudra attendre la Perestroïka et un arrêté du KGB, le 30 septembre 1989, pour que l’indication exacte des dates et des raisons de la mort soit officiellement reconnue.  À ce seul instant, on réalisa enfin pourquoi aucun des condamnés à ‘Dix ans de camp de redressement par le travail avec privation du droit à la correspondance et aux colis’ n’avait jamais donné signe de vie Les lettres des détenus constituent donc le cœur de l’ouvrage mais l’accent est mis sur le contexte historique, sur les différentes catégories de détenus et de centre de rétention (camps, prisons, …).  Cet ouvrage ne mise pas sur l’émotion, même si leur lecture et le décodage historique et contextuel qui en est donné sont poignants quant au sort des prisonniers et terrifiants quant au cynisme et à la cruauté du système concentrationnaire.Il ne manque pas d’exemples où la littérature de fiction fait entrer le lecteur dans une vérité historique. Il n’est que de lire, pour prendre un exemple récent, Mahmoud ou la montée des eaux , d’Antoine Wauters.  Par contre, il est des contextes – politiques, généralement – qui exigent une recherche précise qui identifie les rouages d’une situation de manière à prouver la réalité de l’entreprise décrite.  Ce contexte – de négationnisme, de reconstruction de l’histoire, de reformatage politique, nous y sommes.  Dans son introduction, l’auteur déclare, à propos de son essai, que «  le mérite revient à l’ONG russe de défense des droits de l’homme, la société du Mémorial de Moscou, d’avoir contacté les anciennes victimes du Goulag et leurs descendants afin qu’ils déposent aux archives de la société leurs témoignages oraux et écrits sur les internements et remettent la correspondance qui avait été échangée à ce moment entre les membres de la famille. »  L’un des glossaires nous apprend que cette société du Mémorial a été fondée en 1988 par Andreï Sakharov à Moscou dans le but de rassembler les témoignages oraux et écrits des anciens prisonniers et dissidents.  Mais depuis 2008, l’association est victime de persécutions policières – confiscation de l’ensemble des archives numériques sur le Goulag –, de procès politiques qui donnent lieu à d’importantes amendes, …La parution de cette étude à un moment où l’histoire soviétique est revisitée par le pouvoir russe [1] nous ramène à une époque où un roman comme Vie et Destin de Vassili Grossman, achevé en 1962 et aussitôt confisqué par le KGB, ne fut finalement édité qu’en 1980 par les éditions L’Âge d’Homme en Suisse.  Il est urgent de s’informer et de connaître la vérité historique.  Au livre, citoyen-ne !!  Marguerite Roman [1] Voir notamment « En Russie, l’historien du goulag Iouri Dmitriev condamné à treize ans de camp à régime sévère » , Le monde , 30 septembre 2020 ; « En Russie, l’État s’octroie un monopole sur l’histoire » , La libre Belgique , 10 juin 2021 ; « La persécution de Iouri Dmitriev, ‘un symbole de la politique de l’État russe à l’encontre des historiens indépendants' »…