Les sept couleurs du vent


RÉSUMÉ
Sylvain Chantournelle, compagnon charpentier, nourrit un rêve sans mesure : construire et promener de grandes orgues sur terre et sur mer, avec l'espoir secret que les traînées de musique qu'il répandrait de par le monde apaiseraient la folie meurtrière de son temps, la seconde moitié du seizième siècle.


À PROPOS DE L'AUTEUR
Bernard Tirtiaux
Auteur de Les sept couleurs du vent
Bernard Tirtiaux est né à Fleurus (Martinrou) le 11 avril 1951, marié, père de trois enfants (deux garçons musiciens et une fille peintre). Il décrit sa vie d’artiste selon trois parcours. Parcours verrier Dès ses dix-sept ans, Bernard Tirtiaux est attiré par la magie du vitrail. Son premier travail : la chapelle de Martinrou construite en 1938 par son grand-père. Après ses humanités gréco-latines, il étudie le Droit parallèlement à l'Académie des Beaux-Arts de Louvain où il suit des cours de dessin, de peinture et de gravure, puis il passe un an à l'Institut Supérieur Artistique de la Cambre, à Bruxelles. Mais l'atmosphère de cette école lui convient mal. Il préfère la pratique directe et part se former en France où il apprend son métier dans différents ateliers. Il s'arrête sept mois au Village médiéval de La Hume, près d'Arcachon, puis, à la demande des Monuments Historiques du Limousin, il réalise une grande verrière pour le château classé de Couzeix, près de Limoges. Ensuite, il exécute les vitraux de la synagogue de Livry-Gargan, près de Paris, et expose au Salon des Artisans d'Art à Paris. Revenu en Belgique en 1975, il installe son atelier à Fleurus, dans la ferme familiale de Martinrou. Il participe aux animations des Fêtes de Wallonie à Charleroi en 1979 et 1980, expose avec les verriers belges aux Métiers d'Art du Brabant à Bruxelles et à l'Abbaye de Dieleghem, monte un atelier dans les Jardins du Maïeur à l'occasion des fêtes de Mons passé-présent. En mai 1984, il est retenu pour le prix Jules-Marie Destrée au Musée du Verre de Charleroi, et obtient une importante commande de grands vitraux pour des bâtiments privés en Suisse. En novembre1984, il expose en solo au Musée du Verre de Charleroi. Rompu aux techniques anciennes, Bernard Tirtiaux développe aussi bien d'autres formes d'assemblage et d'utilisation du verre comme la maçonnerie, le collage, le sablage, le travail sur miroirs. En 1985, une de ses œuvres, alliant verre, miroir et inox participe à l'exposition “Art verrier en Wallonie de 1802 à nos jours”, qui se tiendra à Paris du 17 octobre au 24 novembre 1985 au Centre Wallonie-Bruxelles avant d'être présentée à Mons, Charleroi, Liège, Namur en 1987, ainsi qu'au Québec et en Finlande. Bernard Tirtiaux a dessiné et réalisé plus de 500 vitraux, tous originaux pour des maisons particulières, des édifices religieux, des bâtiments publics. Relevons plus particulièrement, (outre les vitraux du village médiéval de La Hume, la synagogue de Livry-Gargan et le château classé de Couzeix), les vitraux du Casino de Namur (une première série en 1986, sur le thème des cartes à jouer, puis, en 1994, une fresque de 60 mètres carrés représentant une course de chevaux), les vitraux réalisés pour l'église Saint-Rémy de Montignies-sur-Sambre, ceux de la communauté de La Poudrière à Bruxelles, ceux de la chapelle de la Clinique Notre-Dame de Gosselies (1987), ceux de la chapelle de la Colline de Penuel à Mont-Saint-Guibert (décembre 1992). En mai 1996, il implante une "cathédrale de lumière" de sept tonnes au Centre de l'Europe des Quinze, à Viroinval. En 1997, il expose à Viroinval, puis à Namur et à Bruxelles, des sculptures de verre. En 1999, il réalise des vitraux pour le Château du Val Saint-Lambert (parcours-spectacle sur l'art du verre et du cristal). En 2000, il crée des vitraux pour l'église romane d'Esquelmes. En 2001, il installe cinq sculptures de verre musicales (Orgues, harpe-carillon, fontaine, sphère géante, kaléidoscope) dans le parcours ludique du Val Saint-Lambert. Parcours littéraire Sa première expérience d'écriture remonte à l'année 1972 : «La profanation», une pièce coécrite avec son frère, François Emmanuel. Pendant près de vingt ans, Bernard Tirtiaux se cantonnera à la création de poèmes, de chansons (une soixantaine), de pièces de théâtre (une huitaine). Plusieurs disques verront le jour (chansons tirées de “La loge”, “Gris-vert, gris-bleu”, “Allumette”, “Entre le ciel et l'ombre”). Parmi les pièces montées à ce jour, il y a La loge (créée en 1981, reprise en 2001), «Westerbork 43» (créée en 1991), «Parole de pierre» (créée en 1996 à Tourinnes la Grosse et publiée aux Éditions Nauwelaerts), «Vol d'éternité» (créée en 2000 et publiée aux Éditions Ancrage). Son premier roman, «Le passeur de lumière», voit le jour en 1993. Sorti chez Denoël, il est consacré “Livre de l'été” à Metz en juin de la même année, Prix “Lire Élire”, Prix des Lycéens. «Les sept couleurs du vent» suit en février1995 (Prix littéraire du quartier latin, Prix “Relais H” du roman d'évasion, Prix des auditeurs de la RTBF, Prix de la Bibliothèque Centrale du Hainaut 1996). «Le puisatier des abîmes» sort en mai 1998. Publiés par Denoël, les trois romans sont également édités en livre de poche (Folio). Les deux premiers ont été traduits en allemand, «Le passeur de lumière» également en roumain et en croate. Un quatrième roman, «Aubertin d'Avalon», est paru en mars 2002 aux Éditions Jean-Claude Lattès. Parcours théâtral Bernard Tirtiaux est aussi fondateur de la Ferme de Martinrou, où il a bâti son propre espace théâtral (deux salles de 100 et 260 places, de vastes espaces pour recevoir, exposer, organiser des stages, un atelier polyvalent où furent construits de nombreux décors). Il y éprouve depuis vingt ans ses textes et ses musiques et, entouré d'une équipe enthousiaste et dynamique, y accueille chaque année une quinzaine de spectacles originaux choisis par son épouse, Pascale Hers. Son objectif : “Fidéliser un public et partager avec lui émotion et passion.” Pari tenu : Martinrou, lieu de création, de diffusion et de formation (une cinquantaine de stages créatifs y sont organisés chaque année) compte 1.200 abonnés et affiche aujourd'hui complet pour chacune de ses activités. Hors murs, Bernard Tirtiaux aura travaillé comme comédien avec J.C. Idee, H. Ronse, M. Dorsel, F. Emmanuel, P. Jaccaud, M. Tanner, D. Donies… Metteur en scène, il a monté «Tais-toi et chante», «Bas les masques…», «Sanguines», «Westerbork 43», «Scène de méninges» de et avec Bruno Coppens, «Tout nous sourit», «Vol d'éternité», «Hugo dans tous ses états»… Scénographe de ses propres spectacles, il a construit et imaginé plusieurs décors pour, entre autres, le Théâtre de la vie. © www.bon-a-tirer.com 2 ŒUVRES QUE JE SOUHAITE FAIRE CONNAÎTRE Fédor Dostoïevski, Les Frères Karamazov Antoine de Saint-Exupéry, Citadelle

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Les sept couleurs du vent"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Si tu passes la rivière

François Sorrente est un jeune homme de dix-sept ans, le dernier d’une…

Soren disparu

«  Il a réglé la course, est sorti en sifflotant et, sans se retourner, il a soulevé son chapeau en guise d’adieu  », telle est la dernière image qu’a laissée Soren. Nous sommes à Bordeaux, en novembre 2017, et ce musicien et producteur âgé de cinquante-huit ans a demandé au chauffeur de taxi de le déposer à l’entrée du Pont de pierre. Après, plus rien… plus de Soren. Qu’est-il advenu ? Le roman de Francis Dannemark et Véronique Biefnot s’ouvre sur cette disparition et met en récit plusieurs voix. Elles ont toutes connu Soren, de près ou de loin. Chacune d’elles plonge dans ses souvenirs, exhume des moments passés en sa compagnie, des instants de sa vie et, dans une polyphonie où les sonorités tantôt se répondent tantôt dissonent, elles livrent au lecteur une reconfiguration de ce mystérieux Soren, tentant de lui éclairer le mobile de son départ. Chacune y va de sa modulation. «  On dira Soren ceci, Soren cela.. on dit tant de choses, mais au fond, qu’est-ce qu’on sait ?  » Lire aussi : un extrait de  Soren disparu  La construction du roman joue sur un décalage entre temps de narration et temps de récit. Tandis que cette volatilisation du personnage principal orchestre les interventions des différents narrateurs – celui-là l’a appris par téléphone, l’autre en écoutant la radio, celui-ci l’annonce à son père, un autre encore y songe à partir d’une photo de chanteuse dans un magazine etc. –, les récits font appel à une mémoire narrative qui reconstruit, rend présente une antériorité qui parcourt la vie du disparu, de son enfance à cette nuit sur le pont. «  Un souvenir entraîne l’autre. Quand on commence, on n’en finirait plus…  »Cette temporalité se déploie dans une spatialité qui accroît le côté mémoriel des interventions. Le lecteur arpente un Bruxelles d’autrefois ; de l’auditoires de l’ULB au Monty, le piano-bar-cinéma d’Ixelles, près de Fernand Cocq, de la chaussée de Ninove au Mirano Continental, la capitale se fait le lieu de ce festival narratif. [L]es soirs où je glandais, on traînait ici ou là, au Styx, on attendait une heure du mat’, avant ça, rien de bien ne se passait nulle part. À pied la plupart du temps, on allait jusqu’à la Bourse, au Falstaff, à l’Archiduc…, on se faisait parfois refouler à l’entrée quand on était trop murgés ou trop nombreux, ou qu’un truc nous avait énervés, un film ou un bouquin, et que la discussion déraillait. On buvait du maitrank ou des half en half, ou rien, ça dépendait de qui payait la tournée, ensuite, on montait le nord, sous le viaduc, vers l’Ex, ou alors à la rue du Sel parfois.  Cent-douze récits rythment ce roman choral où la musique est omniprésente . Fitzgerald, Les Stranglers, Wire, Chet Baker, Branduardi, Kevin Ayers, Neil Young, … La compilation forme une constellation où luisent les traits saillants qui permettent d’appréhender, par fragments, le disparu, de retracer son parcours, avec, en fond, ces musiques qui résonnent et accompagnent la lecture.Le duo Biefnot-Dannemark, déjà connu pour La route des coquelicots (2015), Au tour de l’amour (2015), Kyrielle Blues (2016) et Place des ombres, après la brume (2017), offre un nouveau quatre mains avec Soren disparu . Un roman kaléidoscope où se font échos les témoins de la vie de Soren ; lesquels, dans l’exploration du pourquoi et du comment d’une perte, mettent en lumière le temps qui passe, la complexité de l’existence et sa fugacité.Une nuit, traversant un pont, Soren disparaît. Tour à tour producteur, musicien, organisateur de festivals, cet homme multiple n'a eu de cesse d'arpenter le monde de la musique. Pour percer le mystère de sa disparition, une centaine de témoins…

Je sais pas

abel Barbara Abel s’est fait un nom dans le monde très prisé des auteurs de polars où elle poursuit son chemin depuis…