Les longs couloirs



NOS EXPERTS EN PARLENT...
Karoo

Face à une société qui fait du romantisme un encombrement et de l'amour une mécanique du désir sexuel, déshumanisant ainsi ce qui nous rend peut-être le plus humain, le recueil de Sylvie Godefroid, Les Longs Couloirs, offre une bouffée d'oxygène, aère les cages de nos représentations en re-poétisant l'amour et le corps. 

Face à une société qui fait du romantisme un encombrement et de l'amour une mécanique du désir sexuel, déshumanisant ainsi ce qui nous rend peut-être le plus humain, le recueil de Sylvie Godefroid, Les Longs Couloirs, offre une bouffée d'oxygène, aère les cages de nos représentations en re-poétisant l'amour et le corps. 


Le Carnet et les Instants

Le paradoxe Sylvie Godefroid !Personnalité en vue du microcosme, elle se distingue par son écoute des autres (notamment des auteurs et autrices qu’elle couve au sein de la Sabam), son calme et son dynamisme à l’anglo-saxonne, initiant mille projets et rencontres.Je t’ai trouvé sous le caillouUn dimanche sans étincellesJe tricotais une dentelleDe solitude en satin doux. Comme autrice, elle ose la distorsion, l’air de ne pas y toucher. Elle ose ! Dans un roman, évoquer les arrière-pensées ou les pensées tout court, hostiles, nourries par une malade pour les bien-portants. Elle ose ! Évoquer sa vie, ses amours, ses combats (contre le cancer), ses interrogations.Tu es mon altéritéUn tapis de différenceL’autre son de mes…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:distorsion - "Les longs couloirs"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9176 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Immortel et périssable

Il porte un nom (pseudonyme) d’acteur américain, une gueule pareille ; il est à…