Les larmes du tigre


RÉSUMÉ
Dans la région nord-ouest du Canada, au 2e siècle de notre ère, un chaman solitaire reçoit la visite d’une jeune indienne, “Petite-Pisse-Partout”. Chassée de sa tribu pour avoir perdu son ombre, elle est venue demander l’aide de “Parle avec le Feu”. Grâce à sa médecine, ce dernier pourra donner des explications à “Celle qui a perdu son Ombre”. Puis il l’entraînera dans un voyage initiatique, au cours duquel ils rencontreront le nain voleur d’ombres qui sera innocenté et les mettra sur la voie de la vérité. “Petite-Pisse-Partout” et ”Parle avec le Feu” trouveront la clé à la source des légendes de leur peuple. Délivrés des malédictions, la jeune fille ayant retrouvé son ombre, les deux héros resteront ensembles dans les montagnes et transmettront sans doute à leur descendance la véritable histoire du Tigre des Neiges…

À PROPOS DE L'AUTEUR
Didier Comès
Auteur et illustrateur de Les larmes du tigre
Dieter Hermann Comès est né en 1942, à Sourbrodt, en Belgique, à cinq kilomètres de la frontière allemande, dans les «Cantons de l'Est», territoires qui étaient, à l'époque, intégrés au troisième Reich. En 1945, après la Libération, il recouvre la nationalité belge et porte le prénom de Didier.Grâce à cette origine géographique particulière, à la pratique du bilinguisme familial, à la combinaison de deux cultures si antithétiques, on peut comprendre la richesse paradoxale et le déchirement latent de l'oeuvre. Ainsi, la guerre est plutôt vue du côté allemand dans L'Ombre ducorbeau; Silence, le bâtard muet, est le fils du gitan, l'étranger exécré; Pierre, l'adolescent autiste de La Belette, refoule la trop grande différence et la mésentente de ses parents et Hermann Koch, l'ancien S.S. racheté par son amitié avec Théophile, souffre d'un entourage hostile, pour lequel il demeure «le Boche»; Yva est l'androgyne fusionnel monstrueux et merveilleux, auquel rêvent les jumeaux d'Eva, aux accents rauques de Lili Marlène; la journaliste de L'Arbre-Coeur défend, par la violence guerrière et létale, son conte de petite fille; Cybèle, l'orpheline de La Maison où rêvent les arbres s'efface comme un trait de gomme, dans un univers magique régi par la vengeance des arbres sur la folie des hommes; finalement, grâce à l'intuition de Petite pisse partout, le chaman solitaire, rejeté par les siens, retrouve son identité et la force vitale du paradis perdu, dans Les Larmes du tigre. Au sortir de l'école, Didier Comès, dix-sept ans et un diplôme de dessinateur industriel en poche, ne se lance cependant pas dans la bande dessinée, mais travaille dans une usine textile à Verviers, de 1959 à 1969. A cette même époque, tout en ressentant une forte passion pour le jazz, qu'il pratique en semi-professionnel, il réalise quelques bandes dessinées en amateur, et cherche sa voie. Ainsi, en 1969, il s'exerce dans Le Soir Jeunesse, Spirou, avec Paul Deliege, ou Pilote (édition belge).Pour ce dernier périodique, il entreprend, en 1973, sa première grande série, Ergün l'Errant, réunissant les ingrédients du Space opera, récit de science-fiction qui traite d'exploration spatiale et de guerres galactiques. Après un premier récit intitulé Le Dieu Vivant, Dargaud ayant égaré les vingt premières planches du second épisode, il faudra attendre 1980 avant de connaître la suite, Le Maître des ténèbres.De 1976 à 1977, la formule belge de l'hebdomadaire Tintin accueille L'Ombre du corbeau, qui désoriente les jeunes lecteurs. Lorsque l'album sort en 1981, aux Éd. du Lombard, il est tout de même préfacé par J.-B. Baronian, spécialiste du fantastique .Cependant, de grands bouleversements vont modifier complètement la demande et le genre de la B.D. En effet, lorsque la revue A suivre est lancée, elle contacte Didier Comès et le succès ne se fait plus attendre. C'est ainsi que Silence obtient de belles récompenses.Pour l'an 2000, Didier Comès nous offre une méditation sur l'essentiel, dans un Canada intemporel, où le silence du dessin supplée l'économie du texte, sur les traces du Peuple Tigre, dont les larmes nous émeuvent.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:ombre - "Les larmes du tigre"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Au cœur de la montagne

Un jour, Nella est traversée d’un sentiment impérieux : Nonna va bientôt s’éteindre, ses pulsations cardiaques s’affaiblissent, ses respirations sont comptées. Faisant fi des obligations scolaires et de l’autorisation parentale, elle décide alors de se rendre sur la Montagne. Cet endroit où elle a passé une partie de son enfance avant d’être emmenée dans la Vallée ; ce lieu ardu et mystérieux que sa grand-mère, elle, n’a jamais quitté. Le chemin est malaisé, d’autant que le froid et les flocons s’abattent sur l’adolescente, le paysage… et certaines pages de l’album (dans un incroyable rendu graphique !). Nella se réfugie, le temps d’une halte sèche, à l’intérieur de la chapelle du village. Dans une pénombre chargée de prières, de statues, d’incantations, de bougies et de totems, elle aperçoit, accroché à un mur, un ex-voto intriguant l’œil : «  Nella Salvat Torrent  ». Étrange… L’adolescente poursuit sa route à travers une nuit violette, ses foulées rythmées par une comptine sibylline qui commence ainsi : « Une main, deux bottes / trois fourches, quatre pattes / cinq noix dans une poche / coule, coule torrent de roche…  » Rompue, elle parvient enfin dans la demeure de l’aïeule… Trop tard ?«  Pleure, Moineau, pleure / Pleure puis. Tu iras au torrent / Au torrent ? / Tu es sa petite. Tu vas devoir faire ça pour elle  » Quelle est donc la mission dont est chargée Nella ? Et, surtout, quel est le lien puissant qui la ramène sans cesse aux flots impétueux du cours d’eau ? Par le truchement de montagnards (un pêcheur de truites aux jambes d’échassier, le terrible guérisseur chamanique Barbagallo, le chasseur Celestino à la fourrure odorante et d’autres encore), puissantes incarnations des traditions ancrées et du passé vibrant, elle va remonter peu à peu le courant des souvenirs et se rapprocher de la source oubliée…L’univers graphique de Sarah Masson et Michel Squarci impose le respect par une composition très dense et travaillée, ne s’offrant pas de prime abord. Dès lors, une simple lecture se transforme en une expérience délicieusement exigeante, immensément gratifiante. Les yeux se plissent pour percevoir les infinies subtilités illustrées et les caractères blancs du texte. Ils fouillent et détaillent les planches, trouvaille colorée par trouvaille collée. Ils se perdent, se posent, s’écartent, se fixent ; cherchent le fil délicat tissant des images de toute beauté. C’est un voyage initiatique, troublant et nécessaire, tant pour Nella que pour le lecteur qui lui emboîte le pas avec une curiosité déterminée, au cœur…

L’homme-armée

Il est des œuvres qui nous désarçonnent, décillent nos yeux blasés, plantent en nous…

Cowboy Henk et le gang des offreurs de chevaux

En 2014, la série de bandes dessinées Cowboy Henk recevait le Prix du Patrimoine au prestigieux festival d’Angoulême. Était-ce rendre trop d’honneur à Kamagurka, dont l’encyclopédie Wikipédia va jusqu’à affirmer que son trait est «  extrêmement simpliste, paraissant presque bâclé  » ? Quoi que l’on pense de son anti-œuvre, et sans s’aventurer à gloser trop avant le nonsense permanent qui la caractérise, il faut cependant admettre que le dessinateur flamand, passé par Hara-Kiri et Charlie Hebdo , est bel et bien l’héritier d’une tradition bédéistique dont il se joue et détourne les codes à l’envi.  Le gang des offreurs de chevaux ne déroge pas à cette irrégularité foncière. L’intrépide Henk va y affronter une bande de généreux donateurs d’équidés, animés par les pires bonnes intentions et un désintéressement éminemment suspect, mais aussi des Peaux-Rouges stricto sensu , soit uniformément cramoisis, de pied en cap. On le verra aussi massacrer une mémère à coups de poing afin de gagner le droit de boire un verre au bistrot de la baston obligatoire, attraper une mouche (mais… la bête !) au lasso, tomber dans les bras de son vieil ami le capitaine Muray, qui reste cantonné dans son fort où il est interdit de fumer vu qu’il est tout construit d’allumettes. Le constat est limpide : au contraire des sympathiques dadas qui font l’objet d’un mystérieux troc à sens unique, l’intrigue n’a ni queue ni tête. Le lecteur, dès la première page, est parti pour le rodéo le plus désarçonnant qui soit… Alors, tout perdu dans cet univers de métamorphoses et de confusion, il tentera de convoquer ses références pour se donner l’illusion qu’il comprend un semblant de cette parodie toujours recommencée. L’ombre de Tintin en Amérique plane dès la vignette liminaire et le respect indéfectible de la ligne claire, toute mâtinée de pointillisme pop art soit-elle, est un immense clin d’œil à Hergé. Puis surgit ici une silhouette qui rappelle l’allure des Pieds Nickelés, là une onomatopée digne des classiques de l’Heroïc Fantasy, ailleurs un assemblage tout surréaliste quand, dans le cadre d’une vignette, est inséré rien moins qu’un Mondrian. Ça fait plaisir de pouvoir se raccrocher à quelque chose, quand le sens fait naufrage, fût-ce une voyelle démesurée en carton-pâte. À coups de citations, de détournements des perspectives, de dérapages vers le saugrenu, Kamagurka réussit le tour de force de mettre en scène en BD l’improbabilité. Et on rit de n’arriver nulle part, de s’être fait passer de si bon gré pour la mule de la farce dans cette histoire de pur-sang. On clame, foi de cowboy, qu’on ne s’y laissera plus prendre. Et on attend impatiemment la suite, car Kamagurka, passé maître dans la technique du cliffhanger , installe un suspense haletant dans l’ultime case, et ce n’est pas faire injure que de spoiler un tel traquenard, mais justice… : Henk recevra-t-il jamais la facture promise par le tenancier du saloon « Au cheval ivre » ?  Frédéric…