Le monde de Jonathan, ou le cercle infernal


RÉSUMÉ

Jonathan est plongé dans la lecture de son quotidien du vendredi, jour de relâche. Il est un peu moins de dix-huit heures quand il est interpellé par un enfant au coeur tendre et aux cheveux couleur paille. Nathan se tient debout devant lui, l’air narquois.- Papy Jonathan, me dis-tu, je lirai ou j’écouterai – si je ne sais plus lire parce que je suis trop vieux -, ton histoire, ou plutôt les histoires de grandes personnes. Lorsque je me sentirai seul. Oui, seul avec mes pensées.…


À PROPOS DE L'AUTEUR
Jacques Degeye
Auteur de Le monde de Jonathan, ou le cercle infernal
Jacques Degeye est né le 7 juin 1948 en Province de Luxembourg (Resteigne).Carrière professionnelle :
  • De la fin 1970 au début de 1983 : Professeur dans l'enseignement secondaire.

  • 1983 - 2008 (inclus) : Secrétaire communal de la Ville de Rochefort.

  • Retraité.

Etudes :
  • Licencié-agrégé en histoire moderne (philosophie et lettres).

  • Diplôme des cours de droit administratif.

  • Brevet d'aptitude à tenir une bibliothèque publique.

  • Formations en management, informatique, droit...


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Le monde de Jonathan, ou le cercle infernal"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Les sept visages de l'eau

" Je sens ses bras autour de ma taille. Il me serre si fort. Je n'ose ouvrir les yeux. La chaleur de sa langue sur la mienne, que c'est doux, que c'est bon. Je profite de ce baiser qui n'en finit pas, de ses mains qui crient tendresse, de ses jambes qui disent caresses, de ce corps qui surgit de l'arbre en chantant l'Amour !". Les sept visages de l'eau, un mariage d'amour et de haine où le passé imprègne le présent et détermine l'amour. FranMi nous emmène à travers une recherche d'identité, d'un rôle social dans une communauté villageoise qui, à l'instar de Saint-Léger, son village d'adoption, présente plein de contradictions. Comment vivre, comment demeurer dans un environnement où les traditions et habitudes anciennes se frottent à la consommation et la vitesse…

Casse-tête à Cointe

Voici donc le cinquième opus que Francis Groff consacre aux enquêtes de Stanislas Barberian dans la collection « Noir corbeau ». Les éditions Weyrich avaient imaginé cette collection en 2019 et donné consigne à leurs auteurs (outre Groff, ils sont cinq jusqu’à présent : Christian Libens , le tandem Dupuis-Dumont , Christian Joosten et Ziska Larouge ) de proposer aux lecteurs des romans policiers ayant pour décor la Belgique. La collection est placée sous l’expertise technique d’un commissaire divisionnaire en retraite, François Périlleux, ancien chef de la Crim’  à Liège…Dès le premier volume signé Groff, Morts sur la Sambre , le lecteur assistait à la naissance d’un personnage appelé à devenir, si son auteur en avait le souffle, récurrent comme les Holmes (et son comparse narrateur Watson), Maigret, Adam Dalgliesh, Monsieur Wens , Hercule Poirot (et ses «  petites cellules grises  »), Miss Marple, Cordelia Gray, Mary Lester, Kay Scarpetta : ils appartiennent à nos souvenirs addictifs de lecteurs passionnés par ces crimes dont d’habiles machineries littéraires dévoilent les énigmes. De tels personnages, au fil des volumes, prennent corps, évoluent, se complexifient comme un bon vin, devenant plus humains, moins schématiques, eux-mêmes dépositaires de secrets que les romanciers/ières vont débusquer avec gourmandise.Nous avons observé cette évolution avec les deux protagonistes récurrents des livres de Groff : le bouquiniste « carolo-parisien »  (Stanislas Barberian) qui a ouvert la librairie La malle aux livres à Montparnasse et sa « fiancée » Martine, elle aussi bouquiniste, installée au Sablon à Bruxelles. Tracés à grands traits dans le premier volume, le couple a développé au fil des pages ce qui le rendra de plus en plus attachant, comme le démontre le lectorat fidèle qui accueille avec enthousiasme chaque nouveau titre.Journaliste, scénariste et romancier, Francis Groff a entrelacé pour la réalisation de ses cinq romans les compétences et les méthodes de travail de ces trois métiers, complémentaires. Le journaliste, se rend en repérage dans la ville ou la région qui lui servira de décor. Le scénariste met en place dans la structure narrative les éléments recueillis auprès de personnes ressources. Ainsi équipé, le romancier peut alors lancer ses protagonistes  dans la « nouvelle enquête » de Barberian. Casse-tête à Cointe se déroule à Liège. C’est au hasard d’une expédition de deux « urbexeurs », racontée avec brio dès le préambule du roman, qu’apparaîtra la victime – décapitée – d’un acte criminel dont l’enquête mènera Barberian dans l’univers des trafiquants d’archives historiques. Comme à son habitude, Stanislas se trouve sur les lieux du crime au prétexte de son activité de bouquiniste et se voit confronté, à son corps défendant, à une enquête policière. Habitué de ne pas être le bienvenu dans le déroulement des investigations, il finira une nouvelle fois par apporter une contribution inattendue et bienvenue au dénouement de cette affaire de meurtre avec décapitation et de commerce illicite d’archives. Comme pour tout bon roman policier à énigme, il faut éviter de trop en dire au risque de dévoiler ( divulgâcher ) le fin mot de cette histoire qui se lit d’une traite, à l’instar des autres romans de Groff. Le lecteur se laisse séduire, au fil des 250 pages du livre, par la vivacité du récit, la personnalité de plus en plus attachante du personnage de Stanislas Barberian, la découverte de lieux (comme l’observatoire de Cointe), d’anecdotes historiques, mais aussi de la pratique très réglée de l’Urbex.Le lecteur habitué des « Enquêtes de Stanislas Barberian » retrouvera avec bonheur cette jubilation de Groff à insérer dans son roman les anecdotes, informations et détails historiques  dont on devine le zèle avec lequel le documentariste les a réunis. L’usage de la guillotine, les expositions universelles d’Anvers (1930) ou Liège (1936), les écrivains belges proches de la Cité ardente (Lamarche, Libert, Libens, Delhasse, Curvers, Vernes…) sont autant d’évocations que le romancier a glissées dans son récit.Et puis, pour ajouter à la délectation du lecteur, Groff ne manque pas d’user de cet humour pince-sans-rire et débonnaire…

Le souffle d'Allah

Un hôpital qui s'écroule, un rapport d'expert qui se perd, une disparition inquiétante, des amours qui se nouent…