Le festin des morts


RÉSUMÉ

Une recette de cuisine en forme de conte noir, un banquet de complices, la solitude de leur proie : telle est la trame de ce poème qui allie l’ingénuité à la gravité. Qui sont ces morts ? La victime ? Les convives ? Et que mange-t-on, exactement ? Caroline Lamarche révèle et masque un crime qui, pour être particulier, n’en est pas moins universel. Une inquiétante et douce étrangeté qui a inspiré à Aurélie William Levaux une somptueuse réponse graphique.

Caroline Lamarche, Aurélie William Levaux, deux rêveuses éveillées pour un secret bien gardé : celui de l’alchimie d’une création qui adosse à la maîtrise de l’outil – écriture, dessin – un imaginaire intensément féminin.


À PROPOS DE L'AUTEUR
Caroline Lamarche
Auteur de Le festin des morts
Née à Liège en 1955, licenciée en Philologie romane de l’Ulg, titulaire du Prix Robert Goffin 1990 pour ses premiers poèmes, Caroline Lamarche entre en littérature par un recueil de nouvelles J’ai cent ans, réédité au Serpent à plumes en 1999. Mais c’est avec Le Jour du chien, publié aux éditions de Minuit en 1996, qu’elle obtient le prix Rossel et la reconnaissance de la critique et du public. Ce roman qui se présente comme une suite de variations sur le thème du chien errant le long d’une autoroute, campe d’emblée l’univers de l’auteur : Nous évoluions sur un fond si noir que la vie ne nous laissait que le choix des couleurs. Dans ses premiers livres, l’écriture est le signe d’un conflit intérieur et d’un attrait pour un érotisme violent, ainsi dans  La nuit l’après-midi (Minuit 1998) et Carnets d’une soumise de province (Gallimard 2004). L’oeuvre, qui comprend des nouvelles, des poèmes, des romans, des chroniques, des pièces radiophoniques, des textes pour la scène et pour l’art, est riche d’un éclectisme fécond. Elle comprend plusieurs romans publiés chez Gallimard, dont L’OursLettres du pays froidKarl et LolaLa Chienne de Naha (salué par la une du Monde des Livres), ou La Mémoire de l’air, monologue guidé par l’étrange beauté d’un rêve. Aux Impressions nouvelles, Mira est un recueil de trois nouvelles onirico-érotiques, finaliste du prix Sade. Dans la maison un grand cerf (Gallimard 2018) a obtenu le prix Europe de l’ADELF et le Prix triennal de la Fédération Wallonnie-Bruxelles. Nous sommes à la lisière a été distingué par le Goncourt de la Nouvelle 2019.  La fin des abeilles (Gallimard 2022), hommage rendu à une mère très âgée disparue en temps de pandémie, fait écho, sur le plan intime, à la saga familiale déployée dans L’Asturienne (Les Impressions Nouvelles, 2021) consacrée à ses ancêtres pionniers de la métallurgie du zinc en Espagne. Plusieurs de ces livres ont été traduits, en espagnol, néerlandais, anglais, ukrainien, italien, etc. Quant à la littérature jeunesse, elle a accueilli Le Phoque (Le Rouergue), La poupée de Monsieur Silence (Fremok), Tetti, la sauterelle de Vincent (Pastel/L’Ecole des Loisirs) et Mille arbres (Cotcotcot éditions). Familière par ailleurs des travaux en collaboration, Caroline Lamarche s’associe régulièrement au travail de photographes sur des terrains sensibles, dernièrement avec Cédric Gerbehaye pour Zoonose (2022) et avec Françoise Deprez pour Toujours l’eau - juillet 2021 qui fait mémoire des terribles inondations de juillet 2021 dans les vallées de l’Ourthe et de la Vesdre.
Aurélie William Levaux
Illustrateur de Le festin des morts
Aurélie William Levaux, auteure liégeoise découverte par le collectif Mycose puis publiée par La Cinquième Couche, travaille aux franges de la poésie et de l’onirisme. Elle a pourtant choisi sa propre vie pour matériau. Elle explore sa grossesse dans Menses ante rosam, puis s’intéresse à la question de la maternité et du sexe dans Les Yeux du seigneur, son deuxième livre à La Cinquième Couche. Aurélie William Levaux travaille sur des broderies rehaussées de couleurs. Une technique qui privilégie le trait tout en le renouvelant et dans laquelle les masses sont plutôt celles du blanc, du vide, que celles de la couleur.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Le festin des morts"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9955 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Opérations biohardcores

Tu as 39 ans. Tu es auteurperformer, tu aimes ça, les mots à balancer sur la surface des choses, et à la face des gens, depuis quelques mois sur Facebook tu annonces des performances d’un genre hardcore, mais bio, c’est-à-dire vivant, dans la forêt, dans les étangs, dans les terrains vagues où tu nous convies à divaguer, ça a l’air fun, on ne sait pas très bien ce qui va avoir lieu, tu sors un livre intitulé Opérations biohardcores , on le lit, sur la couverture il y a ton nom: Antoine Boute, ok Antoine, on te lit et puis on se met à écrire comme toi à la deuxième personne du singulier, parce qu’en fait ton bouquin c’est un truc de chaman qui fait que le rythme reste dans la tête qui fait qu’on est porté par lui, genre contaminé, comme si en fait on allait se couvrir de feuilles rouges et jaunes en début de putréfaction dans une position qui offre le plus de contact possible avec la terre, ce qui n’est pas le plus pratique pour écrire un article qui parle de ton livre mais qui a le mérite de coller au propos, la tête pleine de ton verbe on commence donc par dire que tu t’appelles Antoine Boute et que tu viens de publier aux Petits matins à Paris un objet singulier comme toi qui es un peu un ovni et en même temps un type qui écrit. Lire aussi : Antoine, boute en train pornolettriste (…) en avant, déluge, destructurons les pensées et les actes, en avant pour l’évidence! Opérations biohardcores n’est pas ton premier livre, ta voix, on la reconnaît de loin, avec tes titres bizarres, genre S’enfonçant, spéculer , et c’est pareil dans ce livre-ci, tes noms de chapitres sont des mots qui n’ont rien à voir les uns avec les autres, si ce n’est qu’ils s’y trouvent quelque part, dans le chapitre, et que tu les as piochés comme ça, le tout rend la lecture intrigante, enfin c’est mon avis, t’es un peu barré, on se dit. Tout comme tes personnages qui sont des gens des animaux politiques d’un genre nouveau, anarcho-mégalo-organiques, ou en devenir de, comme ce type qui te ressemble qui se pète la gueule à vélo en forêt en pleine nuit puis se fait pote avec un cheval anarchiste, ou cette meuf qui fait exploser un fast food, ou ce banquier un politicien un chef d’une chaîne de télé qui plaquent tout autour d’un tournage d’un reality-show sur le biohardcore, qui restent là étalés au pied des arbres dans la forêt, ces cons, ces vrais illuminés décrochant de la vie post capitaliste, ces nouveaux révolutionnaires réfugiés amorphes dans la nature et animés du rien ou du tout qui fourmille en elle, et puis des tas de gosses dont peut-être tes mômes (qui signent d’ailleurs les derniers chapitres de ton livre), par grappes, par tribus féroces et surtout vivantes, ou bien cet élan femelle aux hormones débordantes excitée par les sons issus de la gorge d’un poète entrepreneur de pompes funèbres expérimentales. Tu as 43 ans tu es cheffe d’une entreprise offrant des services d’assistance écosexuelle aux personnes handicapées, tu es basée aux abords d’un lac suédois à eau rouge excitante, inquiétante et très utile pour arroser le gigantesque potager que tu gères de concert avec les employées, employés et clients. “Immersion sexuelle, affective et agricole dans le grand corps généreux de dame Nature”, voilà le principe de ta petite entreprise. Les assistantes et assistants sexuels qui travaillent avec toi partagent tes qualités en plus d’être drôles et diablement intelligents, c’est un plaisir que d’être client chez vous. Enfin bref un jour tu prends le soleil nue sur ta terrasse en bordure de forêt lorsque soudain tu te sens observée; d’un brusque regard vers l’arrière tu surprends une petite armée de têtes d’enfants en train de disparaître derrière un bosquet. “N’ayez pas peur, venez venez mes petits” leur dis-tu nue, mais ils préfèrent dégager. Comme tu t’es levée tu en profites pour faire un tour au potager, en chemin tu croises un client trisomique et une assistante main dans la main, hilares, il fait beau il fait chaud, l’été bat son plein les oiseaux chantent. Les tableaux d’ Opérations biohardcores sont foutraques, décalés, défoncés à l’imagination ivre, déconnante, vraiment pas débile. On n’en attendait pas moins du nouveau livre d’Antoine Boute – sauvagement, finement et de manière tout aussi barrée illustré par Chloé Schuiten. Ça se lit aux Petits matins – collection « Les grands soirs », et c’est rempli de blagues, d’audaces formelles et conceptuelles, anti-consensuelles – soyons fous, c’est ce que semble nous dire Antoine Boute, et on ne lâche pas sa proposition tant sa langue est farce, ses embardées rigolotes, ses visions démentes, et on se prend au jeu en se marrant jusqu’à la page 141 (la dernière, en fait). (…) il faut être disponibles, dans le don, dans le don prostitutionnel,…

Audrey H.,

Première Audrey du livre de Pascale Toussaint, Audrey H. : la narratrice, bibliothécaire, spécialiste…

Spirale à rebours & autres contes mythologiques

Un recueil de contes mythologiques, inspirés…