Le Dossier Hubert Nyssen



À PROPOS DE L'AUTEUR
André Goosse
Auteur de Le Dossier Hubert Nyssen


Né à Liège le 16 avril 1926, André Goosse passe son enfance à Houffalize, dans les Ardennes, où l'a conduit la carrière de son père, fonctionnaire de l'État. Il accomplit ses humanités, section gréco-latine, à l'Institut Saint-Remacle, à Stavelot. Vers ses dix-sept ans, Goosse découvre la série des Corrigeons-nous du Père Deharveng. Une vocation, sinon de linguiste, du moins de curieux des faits du langage s'éveille en lui à la lecture de ces Récréations philologiques et grammaticales. La bibliothèque paternelle est riche aussi en ouvrages d'auteurs wallons qui le passionnent. L'évidence est là : le jeune homme est fait pour des études littéraires. Les événements retardent l'entrée à l'université. La fin de la guerre est cruelle pour l'est du pays. La maison est détruite et les parents, tous deux, meurent peu après. Recueilli par des amis de la famille, André Goosse entame, en 1945, des études de philologie romane à l'Université catholique de Louvain. Parmi ses condisciples, on trouve Marie-Thérèse Grevisse, fille de l'illustre grammairien. Leurs études prennent fin en 1949. Ils se marient l'année suivante.

À l'université, Omer Jodogne, éminent médiéviste, et Joseph Hanse ont remarqué l'étudiant. Engagé dans un travail d'édition de texte, Goosse poursuit ses recherches sur l'œuvre d'un polygraphe liégeois du XIVe siècle, Jean d'Outremeuse. Ces travaux, menés sous la direction d'Omer Jodogne, débouchent sur une thèse défendue en 1959 et publiée en 1965.

De Jean d'Outremeuse (1338-1400) on a trois œuvres : une sorte de lapidaire (inédit) et deux chroniques. La Geste de Liège est en vers; Ly Myreur des histors (miroir des histoires) est en prose. Au siècle passé, deux érudits avaient publié ce qui était conservé des deux chroniques. Pour une partie du second livre du Myreur, l'éditeur n'avait disposé que d'un texte condensé et très altéré. Le manuscrit contenant la version complète du second livre étant, depuis lors, entré dans les collections de la Bibliothèque royale, André Goosse décide d'éditer ce long fragment inédit. Dans une copieuse introduction de près de 250 pages, l'éditeur examine les sources de son auteur et se livre à une étude approfondie de la langue et du style de Jean d'Outremeuse. Suivent 384 pages de texte, notes, glossaire et index des noms propres.

Pendant qu'il travaille à sa thèse, Goosse passe deux années au Fonds national de la recherche scientifique, suivies de trois années dans l'enseignement secondaire. En 1956, son université le rappelle. Nommé chargé de cours en 1961, il est promu professeur ordinaire en 1967. Goosse est appelé à devenir, très jeune, membre de la Commission royale de toponymie et de dialectologie, puis de la Société de langue et de littérature wallonnes et de la Commission royale d'histoire. L'Académie s'ouvre à lui le 9 octobre 1976.

En 1966, Goosse succède à son beau-père, Maurice Grevisse, dans sa tribune de La Libre Belgique, où il publie régulièrement une chronique de langage. Un choix de ces textes forme le volume Façons de parler, paru en 1971. Membre du Conseil international de la langue française dès sa fondation, en 1967, il se trouve chargé par l'institution d'étudier les néologismes contemporains. L'essai, intitulé La néologie française aujourd'hui (1975) fait le tour des procédés permettant de créer des mots nouveaux (suffixation, composition, emprunt, abrègement, détournement de sens). Les ressources sont nombreuses; les résultats, plus ou moins réussis. Goosse dénonce les causes de beaucoup d'échecs : le manque de naturel, la lourdeur, l'obscurité.

Gendre de Grevisse, Goosse se trouve vite associé aux travaux de celui-ci avant d'être désigné comme son successeur. On sait l'extraordinaire carrière du Bon usage. L'ouvrage était solide et sérieux. En plus de quoi la personnalité de son auteur lui avait donné une touche particulière de clarté, de mesure et de bonhomie. Au fil des rééditions, Grevisse avait complété et enrichi son œuvre. Sur un plan demeuré quasi inchangé, les matériaux s'accumulaient sous la forme de remarques et de nota bene. C'est que Grevisse ne voulait rien omettre d'une réalité mouvante et complexe. Le volume s'empâtait, c'était évident. Grevisse disparu, il devenait nécessaire de remanier et d'actualiser Le bon usage. Le laisser tel qu'il était dans la onzième édition, c'était amener son vieillissement rapide… interrompre et contredire l'effort que, d'une édition à l'autre, de 1936 à 1980, Grevisse (avait) mené pour que sa grammaire soit de plus en plus complète, pour qu'elle suive de près l'évolution de l'usage, pour qu'elle s'adapte, parallèlement, mais avec prudence, à l'évolution de la science linguistique. Goosse s'est attaché à introduire plus de rigueur dans les définitions, à moderniser les exemples, à tenir compte de la langue parlée et des faits régionaux. Les remaniements sont profonds. Le Précis de grammaire française de Grevisse (1939) et le volume d'exercices ont bénéficié des mêmes soins.

Plus récemment, André Goosse s'est investi dans le débat portant sur la nouvelle orthographe. Le Conseil supérieur de la langue française (dont il est membre depuis 1989) avait préparé un rapport, non pas sur une réforme de l'orthographe, mais sur des aménagements destinés à remédier au désordre et à l'arbitraire. C'était peu de choses, mais il en est résulté une grande agitation des esprits. Dans La nouvelle orthographe (1991), André Goosse défend avec flamme la réforme de 1990.

André Goosse écrit sur le langage avec une délectation évidente, et il sait communiquer ce plaisir à ses lecteurs. Les quatre cents pages des Mélanges de grammaire et de lexicologie françaises (1991), publiées à l'occasion de son accession à l'éméritat, sont riches en études savoureuses.

André Goosse a été secrétaire perpétuel de l'Académie de Langue et de Littérature françaises de 1996 à 2001. Il est mort le 4 août 2019.


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Le Dossier Hubert Nyssen"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9512 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Études de syntaxe descriptive. Tome II : La syntaxe de l'interrogation

À propos du livre (texte de l'Avant-propos) Au public qui a bien voulu prendre intérêt à notre première série de recherches dans le domaine de la syntaxe descriptive , nous présentons aujourd'hui de nouvelles observations portant, cette fois, sur la syntaxe de l'interrogation. Nous ne réitérerons pas ici notre conviction, exprimée déjà dans l'avant-propos de notre précédent volume, quant à la nécessité d'un perpétuel remodelage des grandes synthèses de linguistique française au moyen de monographies consacrées à des problèmes particuliers. Certes, on ne saurait prétendre que la doctrine soit muette sur la syntaxe de l'interrogation : bien au contraire, commentaires et remarques fourmillent, mais en ordre dispersé et il faut aller les découvrir sous les rubriques les plus diverses, et cheminer péniblement du pronom interrogatif aux principes de la phonétique syntactique, pour revenir à l'adverbe interrogatif après un crochet par la morphologie du verbe, sans oublier, bien entendu, une halte prolongée au chapitre de l'ordre des mots. Nous avons pris occasion d'un article de Léopold Gautier qui se posait et posait à ses confrères la question de savoir ce qu'il fallait penser de l'insertion de la périphrase interrogative dans les subordonnées d'interrogation indirecte. De fil en aiguille, nous sommes ainsi remonté à travers les innombrables ramifications du problème de l'expression de l'interrogation en français. Aidé de la doctrine, nous appuyant sur des textes, nous avons tenté d'ordonner la matière dans un cadre commode, de fournir des points de repère, de délimiter les questions, de suggérer des solutions. Sans doute les vues originales paraîtront-elles singulièrement clairsemées dans les pages qui suivent et dont le seul mérite est d'ouvrir çà et là une perspective nouvelle. Nous avons eu — les spécialistes le savent — un prédécesseur illustre. Il y a quarante ans, Lucien Foulet consacrait une centaine de pages de la Romania au sujet qui a fourni la matière du présent volume. Refaire le travail de Foulet serait une entre-prise téméraire. Révoquer en doute, sauf sur de très rares points de détail, la pertinence de ses analyses toujours fines et pénétrantes serait une tentative vouée à l'échec et au ridicule. En fait, nous n'avons nullement visé à remplacer une oeuvre qui garde à nos yeux sa pleine valeur. Beaucoup plus simplement, nous avons pensé qu'il importait de faire déboucher sur la langue actuelle une étude qui avait été menée essentiellement d'un point de vue diachronique et fortement centrée sur les états anciens de la langue. Et si, finalement, notre travail a quelque mérite, ce ne pourra être que grâce à celui…