Le conservateur des ombres




PRIX
  Prix Rossel, 1985

À PROPOS DE L'AUTEUR
Thierry Haumont
Auteur de Le conservateur des ombres
Dans les prières d'insérer qui accompagnent les livres de Thierry Haumont, le regard du lecteur se porte immédiatement vers les parenthèses : celles qui contiennent le lieu des origines : la Wallonie. Derrière le mot, il y a toute une réalité qui s'est construite au fil des années dans l'esprit de notre écrivain et qui détermine tant ses engagements que sa pensée, essentiellement indépendantistes. Pour plus de précisions, signalons qu'il est né à Auvelais en 1949. Depuis, il n'a presque pas quitté sa région et vit depuis plusieurs années à Ham-sur-Heure.On ne naît pas qu'une fois : dans les années ultérieures, une double naissance permet de mieux cerner le personnage public nommé Haumont : politique d'abord, littéraire ensuite. En effet, les grandes grèves de l'hiver 60 éveillent en lui une première conscience wallonne, alors qu'étudiant, il fréquente les syndicalistes et les ouvriers, ainsi qu'il l'explique lui-même : J'ai écrit un jour que la Belgique n'avait pas existé dans mon enfance; c'était un sentiment partagé autour de moi... Si on en parlait, au mieux, c'était pour s'en moquer S calembours d'écoliers sur la famille royale, travestissements de la Brabançonne... J'habitais Auvelais, mes parents m'avaient mis au collège à Namur. L'année où j'y suis entré, la grève de 60 a éclaté. Les trains ne circulaient plus. On a proposé aux externes, dont j'étais, de venir loger à l'internat pour pouvoir suivre les cours! Ça, jamais! Alors, je faisais de l'auto-stop avec un aîné. Il y avait peu de voitures sur les routes : des médecins, par exemple; puis des délégués syndicaux allant à l'usine pour soutenir les grévistes. On avançait de quelques kilomètres à la fois; mais quelles rencontres! Ces deux élèves d'un collège catholique, les délégués syndicaux les prenaient avec une générosité amusée. Et nous fraternisions. Il s'est révélé alors à moi ceci : ces hommes-là, eux, appartenaient à un vrai peuple. Au contraire de mes professeurs qui n'étaient de nulle part, ce qui ne veut pas dire qu'ils étaient de partout. J'ai su que mon pays existait et qu'il s'appelait Wallonie.Cette chaleur de la solidarité ouvrière, il la retrouve plus tard, exprimée dans le film Hiver 60 de Thierry Michel. Peu après, une autre découverte se prépare : celle de l'écriture. En 1961, après avoir exploré, comme le petit Sartre dans Les mots, la bibliothèque de ses grands-parents, il écrit son premier poème. Écrire devient aussi vital que se nourrir. En 1967, il publie une plaquette de poèmes et crée un lever de rideau, Le roi Hugon, joué par une troupe d'amateurs d'Auvelais.Un autre rendez-vous avec l'histoire attend Thierry Haumont : en 1967-1968, il s'inscrit comme étudiant en philologie romane à l'Université Catholique de Leuven. Il assiste au déferlement de la haine flamingante, le Walen Buiten, qui l'éloignera de la philologie romane pour le ramener plus directement encore aux livres. L'année suivante, il commence des études de bibliothécaire à Bruxelles et, à partir de 1970, il s'engage politiquement et milite activement dans les mouvements wallons.Un mot discret sur la vie privée de Thierry Haumont : en 1972, il se marie avec Ingrid, dont la mère est d'origine suédoise. Il découvre la Suède la même année; on en retrouvera des traces dans son premier roman, Les petits prophètes du Nord, qui nous entraîne dans de grandes plaines enneigées à la suite de Hrafnkel, le personnage qui me ressemble le plus. Thierry et son épouse auront deux filles : Pierrette et Pauline.Depuis 1974, Thierry Haumont travaille à la bibliothèque communale de Charleroi, après avoir été vendeur dans une librairie anglaise. Ses orientations se précisent : en 1983, il signe le Manifeste pour la culture wallonne. En 1985, c'est la reconnaissance littéraire : il reçoit le prix Rossel pour Le conservateur des ombres, ce qui lui permet de publier une retentissante «Carte blanche» dans Le Soir où il dénonce le repli belge, signe de l'abandon d'une région par l'état central. Dans le même mouvement, il devient, en 1987, membre du comité directeur de la revue Toudi, publiée par le Centre d'Études wallonnes, où il signe l'éditorial du premier numéro et dont le titre est tout un programme : Être supérieur au présent. Signalons pour être complet qu'en 1986, le Théâtre de l'Ancre de Charleroi crée Charles rock, une pièce fondée sur des témoignages qui relatent le vécu de jeunes saisis du mal de vivre dans une ville post-industrielle.Actuellement, Thierry Haumont est toujours bibliothécaire à Charleroi et continue à écrire, inlassablement.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Le conservateur des ombres"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Soren disparu

«  Il a réglé la course, est sorti en sifflotant et, sans se retourner, il a soulevé son chapeau en guise d’adieu  », telle est la dernière image qu’a laissée Soren. Nous sommes à Bordeaux, en novembre 2017, et ce musicien et producteur âgé de cinquante-huit ans a demandé au chauffeur de taxi de le déposer à l’entrée du Pont de pierre. Après, plus rien… plus de Soren. Qu’est-il advenu ? Le roman de Francis Dannemark et Véronique Biefnot s’ouvre sur cette disparition et met en récit plusieurs voix. Elles ont toutes connu Soren, de près ou de loin. Chacune d’elles plonge dans ses souvenirs, exhume des moments passés en sa compagnie, des instants de sa vie et, dans une polyphonie où les sonorités tantôt se répondent tantôt dissonent, elles livrent au lecteur une reconfiguration de ce mystérieux Soren, tentant de lui éclairer le mobile de son départ. Chacune y va de sa modulation. «  On dira Soren ceci, Soren cela.. on dit tant de choses, mais au fond, qu’est-ce qu’on sait ?  » Lire aussi : un extrait de  Soren disparu  La construction du roman joue sur un décalage entre temps de narration et temps de récit. Tandis que cette volatilisation du personnage principal orchestre les interventions des différents narrateurs – celui-là l’a appris par téléphone, l’autre en écoutant la radio, celui-ci l’annonce à son père, un autre encore y songe à partir d’une photo de chanteuse dans un magazine etc. –, les récits font appel à une mémoire narrative qui reconstruit, rend présente une antériorité qui parcourt la vie du disparu, de son enfance à cette nuit sur le pont. «  Un souvenir entraîne l’autre. Quand on commence, on n’en finirait plus…  »Cette temporalité se déploie dans une spatialité qui accroît le côté mémoriel des interventions. Le lecteur arpente un Bruxelles d’autrefois ; de l’auditoires de l’ULB au Monty, le piano-bar-cinéma d’Ixelles, près de Fernand Cocq, de la chaussée de Ninove au Mirano Continental, la capitale se fait le lieu de ce festival narratif. [L]es soirs où je glandais, on traînait ici ou là, au Styx, on attendait une heure du mat’, avant ça, rien de bien ne se passait nulle part. À pied la plupart du temps, on allait jusqu’à la Bourse, au Falstaff, à l’Archiduc…, on se faisait parfois refouler à l’entrée quand on était trop murgés ou trop nombreux, ou qu’un truc nous avait énervés, un film ou un bouquin, et que la discussion déraillait. On buvait du maitrank ou des half en half, ou rien, ça dépendait de qui payait la tournée, ensuite, on montait le nord, sous le viaduc, vers l’Ex, ou alors à la rue du Sel parfois.  Cent-douze récits rythment ce roman choral où la musique est omniprésente . Fitzgerald, Les Stranglers, Wire, Chet Baker, Branduardi, Kevin Ayers, Neil Young, … La compilation forme une constellation où luisent les traits saillants qui permettent d’appréhender, par fragments, le disparu, de retracer son parcours, avec, en fond, ces musiques qui résonnent et accompagnent la lecture.Le duo Biefnot-Dannemark, déjà connu pour La route des coquelicots (2015), Au tour de l’amour (2015), Kyrielle Blues (2016) et Place des ombres, après la brume (2017), offre un nouveau quatre mains avec Soren disparu . Un roman kaléidoscope où se font échos les témoins de la vie de Soren ; lesquels, dans l’exploration du pourquoi et du comment d’une perte, mettent en lumière le temps qui passe, la complexité de l’existence et sa fugacité.Une nuit, traversant un pont, Soren disparaît. Tour à tour producteur, musicien, organisateur de festivals, cet homme multiple n'a eu de cesse d'arpenter le monde de la musique. Pour percer le mystère de sa disparition, une centaine de témoins…

Fosse commune

New Valley, 2016. Immeubles en ruines. Fenêtres murées. Trafic des âmes et pneus en flammes au coin des rues.…

Poisson d’avril

Louis et Augustin vont faire une blague à leurs parents. Ils vont inventer qu'ils sont partis au Canada…