RÉSUMÉ

Le récit qu’on va lire, L’Autre, évoque une communion diabolique qui se fait par le bas. Julien Green a parfois approché de ce monde infernal et plus encore, l’auteur de La Confession d’un pécheur justifié, James Hogg. Dans cette œuvre, comme dans Le Mont des oliviers, Marie-Thérèse Bodart s’efforce de faire sentir l’étroite solidarité qui lie l’homme à l’homme. « Aucun homme n’est une île », a-t-on dit. Nous portons, dans le bien et le mal, sur nos épaules, le destin de tous. Déjà, dans Les Roseaux noirs (Samsa, Bruxelles, 2014), le personnage central, Hubert de Chatelroux, constatait : « J’ai tout perverti autour de moi parce que je suis impur. » Tout l’effort de Marie-Thérèse Bodart tend à rendre à notre monde malade d’irresponsabilité un sens qu’il a perdu : celui de l’importance de chacun de nos actes, de chacune de nos pensées. Si Les Roseaux noirs est une œuvre sauvage, forte et fascinante, elle reste encore marquée par une écriture romanesque « à la française » qui n’est sans doute plus celle de notre temps. Par contre, avec L’Autre et Les Meubles, on détecte un écrivain foncièrement insatisfait, toujours à la recherche du plus vrai et qui va, peu à peu, sans violence mais sans regret, déliter l’intrigue traditionnelle, afin que l’Étrange, le cauchemar, l’exploration des labyrinthes intérieurs prennent le pas sur tout le reste, qui ne sera plus que prétexte. Comme si, à la jeune femme de 1938, héritière du roman psychologique, se substituait un être dont la maturité créatrice se rapproche de l’univers kafkaïen.





AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "L’Autre"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Guldentop

L’évocation de la figure de Guldentop, fantôme qui hantait le domaine familial de Missembourg, permet à Marie Gevers…

La complainte d’Isabeau

Aurore a entamé des études de lettres à la Sorbonne. Elle ambitionne…

Ce que le fleuve doit à la plaine

Alain LALLEMAND , Ce que le fleuve doit à la plaine…