La poésie francophone de Belgique (Tome IV) (1928-1962)


RÉSUMÉ

Par ce quatrième volume s’achève un travail qui nous a pris sept années de lectures, de relectures, de recherches et de réflexions. Les deux premiers tomes de cette entreprise ne furent pas difficiles à réaliser : nous étions sur un terrain défriché, que d’autres avaient largement couvert et commenté. Il nous a suffi de donner à cette matière poétique un regard en accord avec notre époque. Sans cesse, en poésie, certaines gloires du passé peuvent pâlir, et certaines prendre un relief…


DOCUMENT(S) ASSOCIÉ(S)
Avant-propos Fernand Imhauser Max Loreau François Jacqmin André Schmitz Madeleine Biefnot Roland Busselen André Doms Marianne Van Hirtum François Delcarte Jacques Izoard Jean-Louis Vanham Gaspard Hons Anne-Marie Derès Claude Bauwens Jean-Claude Pirotte Marc Rombaut Jacques Sojcher William Cliff Jacques Crickillon Christian Hubin Werner Lambersy Paul De troy Jean-Pierre Verheggen Marc Baronheid Geneviève d'Hoop Guy Goffette Marc Quaghebeur Henri Falaise Frans De Haes Françoise Lison-Leroy Yves Namur Philippe Lekeuche Francis Dannemark Eugène Savitzkaya Éric Brogniet Jacques Cels Lucien Noullez Carino Bucciarelli Carl Norac Karel Logist Bibliographie

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:poètes poésie - "La poésie francophone de Belgique (Tome IV) (1928-1962)"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9294 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Les poètes ont toujours raison

Dans ce recueil, Rascal fait le portrait des poètes qui ont marqué…

Edmond Vandercammen ou l'architecture du caché (essai d'analyse sémantique)

À propos du livre (texte de l'Avant-propos) Edmond Vandercammen a publié 22 recueils poétiques entre 1924 et 1977, et une quinzaine d'études critiques; il traduisait depuis les années trente les poètes de langue espagnole; il entretenait des contacts personnels et épistolaires avec de nombreuses personnalités du monde culturel et littéraire, était membre de l'Académie royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique. Plusieurs revues lui ont rendu hommage par un numéro spécial et la célèbre collection «Poètes d'aujourd'hui», aux éditions Pierre Seghers, lui a consacré le tome 124. D'autre part, ses œuvres, reçues lors de leur parution avec un enthousiasme sincère, comme la presse et sa correspondance en témoignent, n'ont guère trouvé de lecteurs hors du milieu proche de la vie littéraire et n'ont plus été réédités. Les enquêtes réalisées auprès des libraires de Bruxelles nous ont prouvé que ses livres, dans la mesure où ils se trouvent en librairie, n'ont plus d'acheteurs. S'agit-il simplement d'un phénomène général lié à la situation sociale de la poésie d'aujourd'hui, ou bien la poésie d'Edmond Vandercammen fait-elle objet d'un paradoxe, d'une contradiction qui demande une explication? Son œuvre, est-elle liée trop étroitement à son temps, et donc périssable, ou bien le dépasse-t-elle au point que seuls quelques initiés et ceux qui étaient proches de lui ont pu mesurer son importance? Jouissait-elle d'une conjoncture littéraire exceptionnelle des années trente ou des années cinquante, conjoncture dont a largement profité la génération née autour de 1900? Toutes ces questions nous ramènent à une constatation et à une réponse d'ordre général : surestimé ou sous-estimé en même temps, Edmond Vandercammen, s'il n'est pas méconnu, est certainement mal connu. Entouré d'amis, de poètes et d'admirateurs, vivant dans un monde paisible et apparemment hors des conflits et des difficultés que connaît notre société, il a pu s'affirmer, s'assurer une estime et une reconnaissance par-fois trop généreuses pour qu'elles puissent comporter aussi un jugement critique. Excepté quelques analyses approfondies. les articles qui lui sont consacrés témoignent avant tout d'une admiration sincère certes, mais qui n'aboutit pas toujours à une appréciation juste de l'œuvre. Si notre but est donc de rendre justice à ce poète mal connu. nous devons tenter un jugement objectif. Et ce n'est pas lui faire une faveur spéciale que de souligner avec lui que juge-ment objectif ne veut pas dire jugement froid, «raisonné», contre lequel, pris à la lettre. il s'est clairement prononcé. Cependant, il nous paraît essentiel de tenter ce jugement objectif à travers ses textes poétiques et de montrer ainsi les correspondances entre l'homme et son univers, entre le poète et son oeuvre, entre la poésie et…