La malédiction de l'Abbé Choiron


RÉSUMÉ
Un village de l'Ardenne belge, dans les années cinquante. Un monde clos, avec son dialecte, ses traditions séculaires. Religion, famille le tiennent droit planté dans le terroir frugal.Arrive l'abbé Choiron, le nouveau curé, qui laisse échapper une malédiction. Un jeune homme s'effondre, mort, dans la campagne. Comment ? Pourquoi ? On s'interroge.Les croyances héritées du passé se fissurent. Quelques-uns se prennent à ricaner, comme Lambert, le jeune coq, qu a connu les casernes, la ville.…
  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois

À PROPOS DE L'AUTEUR
Armel Job
Auteur de La malédiction de l'Abbé Choiron
Armel Job est né le 24 juin 1948 à Heyd à 40 km au sud de Liège. Troisième garçon d’une famille de quatre enfants, il passe son enfance à la campagne où son père exerce le métier de matelassier puis de marchand de semences fourragères. Armel accompagne souvent son père dans les fermes de la région à cette époque où tout le monde parle le dialecte wallon. Mais il est interdit de le parler à la maison ! Sa prime jeunesse, A. Job la passera au Petit Séminaire de Bastogne, bastion de l’Eglise mais également école très réputée en Belgique où il poursuit de brillantes études classiques. En dehors des cours, la vie à l’internat comporte de nombreuses activités. Il y goûte au piano, au théâtre et à la lecture … le soir sous les couvertures à la lueur d’une torche électrique. Après quatre ans de philologie classique à l’Université de Liège, il est engagé comme professeur de latin et de grec au Séminaire de Bastogne où il enseigne pendant vingt-trois ans. Au cours de cette période, cette école connaît une métamorphose totale. L’ensemble du corps professoral devient laïque. Après une fusion de la vénérable institution réservée aux garçons et l’école catholique des filles de Bastogne, le lycée finit par compter 1 500 élèves. A. Job en est aujourd’hui le directeur. A. Job et son épouse ont trois filles. Il habite à la campagne à une dizaine de kilomètres de Bastogne. Encouragé par des amis à publier les récits qu’il gardait secrètement au fond de ses tiroirs, il se lance dans l’aventure. Grâce à Robert Laffont, vient la consécration avec "La femme manquée" qui reçoit trois prix et non des moindres. Fort de cette reconnaissance des professionnels et des lecteurs, A. JobB publiera ensuite "Baigneuse nue sur un rocher", "Helena Vannek" et "Le conseiller du roi" chez le prestigieux éditeur parisien. La machine est lancée.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "La malédiction de l'Abbé Choiron"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

L’ogre, c’est mon enfant

Dans l'espoir de cacher des blessures profondes qui saignent depuis des années,…

Les Petites voix

C'est le début de l'été et la ville se vide. Une traductrice, journaliste à ses…