La littérature du Congo (belge). L’éternelle oubliée


Si, depuis la réouverture du musée royal de l’Afrique centrale à Tervuren en 2018, la question est régulièrement posée de savoir si les objets qui y sont conservés et exposés devraient être rendus aux pays dans lesquels ils ont été créés, réalisés, achetés ou pris (et notre rôle n’est pas ici de trancher – ce questionnement, légitime et important, nécessitant une réflexion et l’instauration d’un dialogue entre les instances compétentes dans les domaines de l’art des pays concernés) XX , il est un domaine qui est systématiquement passé sous silence – à tout le moins en Belgique – quand les arts africains sont mentionnés: les lettres. Nous proposons, dès lors, de mettre en lumière cet aspect peu connu. Le courant de la négritude XX Les amateurs de littérature connaissent probablement le courant de la négritude, créé et popularisé par Léopold Sédar Senghor, Léon-Gontran Damas et Aimé Césaire dans les années 1930 à Paris…
  lire la suite sur  REVUES.BE


FIRST:négritude courant discours histoire - "La littérature du Congo (belge). L’éternelle oubliée"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Georges Simenon et Pierre Assouline

Le vrai critique serait un personnage qui se promènerait…

Noé par Noé. (Musique)

Avant toute chose, c’est avant la vie et avant ce qui viendra, maintenant. Entretien avec Noé, auteur-compositeur-interprète…

Pense aux pierres sous tes pas

Non, Antoine Wauters n’est pas un auteur ordinaire. D’abord,…