La colonie de vacances


RÉSUMÉ

Une semaine de colonie de vacances, racontée à travers les regards croisés de cinq enfants aux âges et aux tempéraments différents : Louise, Marco, Jeanne, Nina et Ali. Des préparatifs à l’anxiété du voyage en bus, des premières rencontres aux joies de la vie collective, Fanny Dreyer évoque le cheminement vers l’autonomie et l’épanouissement, ainsi que la capacité enfantine à se recréer un équilibre en dehors des repères familiaux. En réinscrivant chaque individualité au sein du groupe, l’autrice-illustratrice pose un regard à la fois attentif et enchanté sur ces petites sociétés qui s’inventent le temps des vacances. C’est également la relation des enfants à la nature, au coeur des événements de la colonie, que Fanny Dreyer célèbre en autant de tableaux qui exhalent une douceur et une grâce magnétiques.




AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "La colonie de vacances"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 16280 ) [domains] => Array ( [0] => 16306 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

À quoi rêvent les crayons le soir, au fond des cartables ?

« Tous les enfants rêvent de devenir grands. Tous les crayons rêvent de devenir petits. » Le soir, dans le fond des cartables, les crayons rêvent. Mais à quoi ? Ils songent et écrivent des mots, des mots inventés ou des mots croisés. Ils s’imaginent en train de composer les couleurs de l’arc-en-ciel ou de rétrécir tant ils sont utilisés. Car finalement, c’est leur but ultime : laisser une trace et devenir des souvenirs. Cet album accessible est une véritable invitation à laisser voyager son imagination. Chaque page est bien dosée par le texte poétique de Zidrou et subtilement illustrée grâce au crayonné de David Merveille mélangé aux photographies de Françoise Robert. Ces trois artistes ont combiné avec talent les sonorités, les rythmes, les mots, les images, les sensations et les émotions. L’alchimie donne vie aux différents crayons représentés et à leurs aspirations. Tout naturellement, le lecteur prend le chemin des mots et les relit plusieurs fois, dans le but de s’imprégner encore plus. Il en demande, encore et encore ! À son…

Ma famille verte

Gugule Guduk vient du Birnam, de la planète terre. Comme elle n’avait plus de parents,…

Le caillou de Tim

Tim le crapaud est d'humeur bougonne. Rien ne trouve grâce à ses yeux:…