La colère des Mac Gregor






NOS EXPERTS EN PARLENT...
ricochet

Dans le grenier de sa grand-mère, Nelson, un jeune écolier fort raisonnable, trouve de vieux objets abandonnés et entend soudain des voix dans sa tête. Ce sont celles de ses ancêtres paternels, les de Trieu, enfermés dans les objets à la suite d’une malédiction datant du 15ème siècle, infligée par un seigneur écossais, Roy Mac Gregor. Nelson passe beaucoup de temps à dialoguer avec sa…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "La colère des Mac Gregor"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 16311 ) [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Opération sauvetage (T.8). Le chant des baleines

Nouveau défi pour les Bionautes : sauver les baleines à bosse ! Les baleines à bosse sont des animaux protégés, pourtant un navire japonais, sous prétexte de les étudier, s’est posté au large de l’Antarctique. Son véritable objectif : les tuer et les vendre en boîtes de conserve ! Le capitaine Watson, un ami du professeur Groscerveau, est déjà en place pour tenter d’arrêter ce massacre et de dénoncer ce scandale. Mais les Bionautes, transformés eux-mêmes en baleines, peuvent lui être d’une grande aide. Voilà pourquoi…

Les quatre saisons de Rose

Lorsque Rascal se met à l’écriture. On connaissait les albums, il faudra désormais aussi compter sur les romans de Rascal. Voici un texte intimiste, sorte de journal ou de souvenirs au parfum d’autrefois. Au fil des saisons, en de courts chapitres le lecteur découvrir la vie quotidienne de Rose, une petite citadine. A chaque saison, elle revient à la campagne, chez ses grands-parents. Ici, comme des petites notes personnelles, elle y contient ses sentiments, ses secrets ou ses premiers amours. On sent le vent, l’odeur des feuilles en automne, la pluie sur les carreaux du train. Car ce texte est tout empli de nostalgie, du temps qui passe et qui, malgré les souvenirs, ne sera jamais retrouvé. On retiendra particulièrement les deux premières saisons : l’été, où Rose prépare, avec sa grand-mère complice, un bel anniversaire à son grand-père (il n’a jamais pris l’avion) ; l’automne avec cette étrange promenade en compagnie de son grand-père et cette photo dans une de ses poches (Rose pense que c’est la sienne). Ces passages sont d’une très belle tendresse. On est moins convaincu par les deux derniers chapitres : l’escapade hivernale durant la nuit, l’épisode du train et les premiers émois amoureux. Il n ‘empêche que ce premier roman reste d’une belle tenue, renforcée par de belles aquarelles couleur sépia de Nathalie Novi (où l’on croise pelle mêle, le facteur de Tati, un regard dans un rétroviseur, une nature morte sur une nappe aux carrés rouges).…

Objectif Gutta-Percha

Félix vit avec sa mère et le compagnon de celle-ci à la "Zinu", un squat occupé par des artistes. Ils sont brutalement expulsés et apprennent que c'est le père de Félix qui est à l'origine de leur expulsion. La suite du roman développe le thème de la vengeance paternelle: Félix est enlevé par son père, qui souhaite lui donner une éducation digne de ce nom, dans un jet privé à destination de Gutta-Percha. En compagnie d'amis artistes, sa mère est prête à tout pour le retrouver. Freddy Woets s'est librement inspiré des dieux de la mythologie grecque pour composer une galerie de personnages, un vieux directeur de cirque, par exemple, est associé à Jupiter, maître de la foudre. Un parti pris original…