Kosaburo, 1945


RÉSUMÉ

« J’avais ouvert le cockpit, l’air marin montait jusqu’à mes narines, je fermai les yeux. Je voyais les autres, mes compagnons, ceux qui étaient morts avant moi, ceux qui avaient quitté leurs hautes écoles, leurs universités pour ceindre leur front du bandeau du kamikaze. J’entendais leurs voix, leurs rires, et maintenant ce silence. Je les revoyais sur une photographie prise avant leur départ. Casques d’aviateur, lunettes ramenées sur le front, aucun d’eux ne souriait. Ils allaient mourir.…

  lire la suite sur  Bela

PRIX
  Prix de la première œuvre de la Fédération Wallonie-Bruxelles, 2012

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Kosaburo, 1945"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Le silence

Un texte posthume comme un ultime inventaire évoquant notamment la mort imminente et l'amour…

La croix des fiancés

Un lieu mythique des Ardennes belges est revisité dans ce roman.