Je ne suis pas un cadeau


RÉSUMÉ

« La vie ne fait pas de cadeaux ; en revanche, l’homme peut en faire. C’est sa suprématie sur les choses, avec l’ivrognerie, le sourire en coin et la position du missionnaire. »C’est en tout cas ce qu’écrit Alain Bertrand.Oui, mais quel cadeau offrir ? Et à qui ?Questions cruciales auxquelles l’auteur s’est attelé dans ce petit livre à l’humour délicieusement décapant. Il nous offre ses trouvailles à travers une trentaine de textes courts,…

  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois

À PROPOS DE L'AUTEUR
Alain Bertrand
Auteur de Je ne suis pas un cadeau

Alain Bertrand (1958-2014) est né à Gand de parents ardennais installés à Bruxelles. Il a enseigné le français à Bastogne où il a vécu une trentaine d’années. Auteur de chroniques, d’essais (particulièrement sur Simenon) et de romans marqués par une écriture à la fois exigeante et ironique, il s’est plu à illustrer dans plusieurs de ses livres une (in)certaine belgitude (La Lumière des Polders, Arléa ; En province, Le Castor Astral ; Une si jolie fermette, Finitude).


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Je ne suis pas un cadeau"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9174 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Poil et plume

Cet ouvrage propose une quête lexicale dans le passé et dans le…

Les influences anglo-saxonnes sur les lettres françaises de 1850 à 1880

À propos du livre Cette étude voudrait retracer l'action générale des influences anglo-saxonnes sur nos Lettres françaises de Belgique, de 1850 à 1880. L'Angleterre victorienne resplendit alors; les États-Unis conquièrent leur rang, imposent leur génie ; notre littérature, elle, malgré Van Hasselt, de Coster, Pirmez, semble marquer à peine sur la carte du Réalisme international. Il semble même que des temps ingrats soient revenus pour l'art, après ces années de 1815 à 1850, dont M. Gustave Chartier, dans Le Mouvement romantique en Belgique, a entrepris de révéler tout l'intérêt, montrant le dynamisme des influences étrangères et, parmi elles, des anglo-saxonnes. C'est le destin de ces dernières que nous suivons au cours des trois décades qui nous séparent encore de la Jeune-Belgique. Nous tenterons de dire leur sens dans sa plénitude, tel que nous le démêlons de l'écheveau cosmopolite et comme nous l'a livré l'analyse d'une vie intellectuelle, où littérature, philosophie et politique…

Le livre des plaisirs

La jouissance implique la fin de toutes les formes de travail et de contraintes. La jouissance…