Hygiène de l’assassin


RÉSUMÉ
Prétextat Tach, prix Nobel de littérature, atteint d'un cancer, vit reclus dans son appartement depuis des années. Des journalistes du monde entier sollicitent des interviews de cet écrivain obèse, cynique et misanthrope : quatre seulement pourront l'approcher. Tirage limité.

À PROPOS DE L'AUTEUR
Amélie Nothomb
Auteur de Hygiène de l’assassin
Comme on dit communément : faut-il encore présenter Amélie Nothomb ? Romancière plébiscitée par un vaste public qui va du plus jeune âge à ces âges dont Hellens estimaient qu’ils n’étaient grands que de réputation, elle est l’une des plumes de langue française les plus traduites dans le monde. Voilà un quart de siècle qu’elle alimente avec une régularité de métronome une oeuvre dont l’originalité autant que la cohérence sont indéniables. Le plus étrange est qu’elle l’édifie imperturbablement, indifférente aux recettes habituelles, en parfaite  symbiose avec une audience dont la fidélité est à toute épreuve. Il y a plusieurs veines dans la « manière Nothomb » : un fil autobiographique où il est difficile de démêler fiction et réalité ; un fil satirique à la férocité subtilement tempérée ; un fil fantasmatique aussi, qui la situe dans le sillage d’un surréalisme « à la belge » dont elle est l’une des représentantes les plus populaires. On pourrait, évidemment, à son propos,  aligner des chiffres, ceux de ses tirages en langue originale et en traductions, qui sont exorbitants, insister sur sa présence intercontinentale (être née à Kobé la prédestinait bien sûr à un rayonnement sans frontière), admettre qu’elle a parfaitement résolu les défis médiatiques d’aujourd’hui en se créant un personnage aussi aisément reconnaissable qu’un schtroumpf ou un marsupilami. Mais ce serait négliger le noyau dur d’un engagement artistique authentique qui la rend digne de celui auquel elle pourrait succéder, qu’elle a au demeurant connu, qu’elle a d’ailleurs situé dans l’un de ses livres, et avec qui elle partage, sans son expertise bien sûr, une réelle familiarité avec la Chine.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Hygiène de l’assassin"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9149 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Quand j'étais mort

Depuis L’œil de la mouche (1983), André-Joseph Dubois prend…

Le sillage des peupliers

Nous avions préféré les peupliers. Construits de mâts vivants, chantant dans…

Au fil des pages

L'héritage de Lily à son grand ami Loïc se limite à sa bibliothèque ; héritage très ordinaire…