Épissures


RÉSUMÉ

Sensible aux mille senteurs du quotidien, Francesco Pittau s’attache ici à nous montrer, avec un détache- ment et une légèreté qui n’appartiennent qu’à lui, que chaque instant est incomparable et porteur d’une fraîcheur lumineuse ; ainsi, à travers une succession de textes aussi drôles que déconcertants, il nous fait retrouver l’intensité d’un étonnement propre à l’enfance, nous ouvre à la beauté multiple des choses et en définitive, nous rend heureux d’être en vie. Sans nul doute, Épissures est le fait d’un poète qui nous veut du bien, cultive le goût des autres et parvient, par la seule magie de ses mots, à transmuter le quelconque en pure lumière.

Pierre Schroven




PRIX
  •   Grand prix de Poésie de l'Académie royale de langue et de littérature française de Belgique, 2021
  •   Prix Charles Plisnier, 2021


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Francesco Pittau ne va pas chercher ses matériaux poétiques dans des sphères éthérées. Lui suffisent la simple maison, le jardin et la cuisine, une voiture conduite sur la route, quelques recoins du paysage urbain, les courses au magasin. Lui suffisent tout autant : telle piécette au fond d’une poche, la chaleur estivale, une vieille lettre bonne à jeter, des souvenirs anecdotiques, toutes choses proches de l’insignifiant ou du dérisoire. Ce qui accroche l’attention, c’est la manière dont, chaque fois, le poème parvient à leur donner sinon un sens explicite, du moins un relief ou un intérêt – dont la raison exacte reste certes discrète, mais qui s’impose néanmoins avec un effet d’évidence. Multiples, on l’a entrevu, sont les notations relatives…


Karoo

Karoo revient, un peu tardivement, sur le recueil Épissures de Francesco Pittau publié par l’Arbre à paroles en 2020. Une somme poétique sans prétention et néanmoins bouleversante.


Francesco Pittau est connu, d’abord, pour ses si nombreuses œuvres tournées vers la jeunesse. Il y a quelques années, j’avais eu l’occasion de parler de lui, avec déjà beaucoup d’admiration, pour son récit-roman, Tête-dure publié aux Carnets du Dessert de Lune. Mais l’écrivain, formé à la peinture et à la gravure, est aussi illustrateur, éditeur… et poète. Un poète du quotidien, comme en témoigne le riche recueil sorti en septembre 2020 à l’Arbre à Parole, Épissures.

Plus qu’un recueil, on devrait dire un journal…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:recueil mot - "Épissures"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9176 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Le trou de ver

La disposition typographique de la page participe-t-elle à la poésie ? Depuis Apollinaire, la question a trouvé réponse. Le trou de ver , dernier recueil de Patrick Devaux , se décline dans l’alignement vertical de vers courts (un mot, une préposition de deux lettres parfois). Il entraîne la lecture dans une verticalité vertigineuse. On ne peut éviter de s’interroger à nouveau ici, au gré des pages dont plusieurs s’ouvrent sur ce qu’on sait des choses . Les rituels poétiques de Devaux, mêlent le banal d’un voyage en voiture à travers la nuit ( la buée sur les vitres (…) les deux phares de la voiture (…) un rétroviseur) au surgissement de l’étrange ( soudain / une louve / aux yeux jaunes ). Le poète fait alors de l’entrelacement du réel et du magique, du quotidien et du rêve, une source à laquelle il vient puiser le questionnement du poème ( je n’entendais rien d’autre qu’un poème récité sans danger précis ), la langueur allègre de sa graphie ( un crayon / doux / gribouillait un poème) et la nécessité d’écrire ( de profil / l’écorce / d’un grand saule / traduisait / la puissance / des secondes / en/ langage ). Un insecte brisé survient que rien ne ressuscitera, même pas le poème. La mort s’immisce alors dans la vibration poétique : mort de l’insecte, d’une feuille de saule ; mais aussi l’écriture qui survient, comme une improvisation de jazz, écriture rapide, presque instantanée, instituant une anarchie que seule contient la rareté des mots et leur disposition dans le poème vertical, au bord d’un précipice.Dans son éclairante préface, Jean-Michel Aubevert propose une lecture sensible, ce mot utilisé  au temps de l’argentique pour qualifier le papier où naissent les images captées du réel. Il nous dit sa perception de la verticalité de la disposition des mots, du rythme hachuré de celui qui fait l’aveu : J’ai tant écrit / après / avoir / si peu / su/ dire. Est-ce dans ce qui est absent de la page qu’il faudrait alors chercher ce qui est la quête poétique ? «  Ce qui fut éphémère dans l’instant s’avère durable au cœur. Le poème en recueille le battement  », écrit Aubevert qui semble avoir fait sienne cette vision du poème de Devaux : «  L’écrit pour parole ultime au rebond de l’intime  ».Ce sont ainsi deux scintillements poétiques qui nous sont donnés, celui du préfacier, celui du poète. Catherine Berael, qui accompagna déjà l’un et l’autre à plusieurs reprises, ajoute en couverture et à la fin de l’ouvrage deux dessins : un visage au regard anxieux ou effrayé ; un couple dont une femme vêtue de rouge se précipite dans les bras d’un homme dont le mouvement et la silhouette se confondent avec le tronc noir de l’arbre dont il semble issu. La verticalité de l’arbre contrastant avec le mouvement des personnages répond-t-elle à l’interrogation initiale de cette recension concernant la poésie du dispositif typographique ?Le blanc oppressant de la page ne serait pas absence de mots mais effet du temps : Avec le temps / le trou / de / ver / n’a pas / pris / une ride. / Il a broyé / les mots non-dits / jusqu’au vide/ et / je n’ai plus su / ce qu’on sait / des choses. Jean Jauniaux Plus d’information Un beau recueil, tournoyant, scintillant, contrasté, où l’auteur, pudique, témoigne une fois de plus d’une sensibilité riche de ses épreuves, à mots comptés au feutre des métaphores. Gardez-vous du poème. Le verbe sait où il vous mène. partage d’hésitations quand l’ombre est folle parfois à lisser d’un trait noir…

La paume plus grande que toi

Nour a dix mille visages et change à chaque seconde…