Entre l’évangile et la révolution


RÉSUMÉ

Auteur belge d’expression française, il fut le premier non-Français à être couronné du prix Goncourt. Ce livre lui rend hommage et espère le faire connaître et reconnaître par un plus grand public.


À PROPOS DE L'AUTEUR
Charles Plisnier
Auteur de Entre l’évangile et la révolution
Né à Ghlin le 13 décembre 1896, Charles Plisnier passe son enfance et son adolescence à Mons, où ses parents se sont fixés avant la fin du siècle. La ville bien-aimée, qu'il évoquera à diverses reprises, notamment dans Figures détruites, L'Enfant aux stigmates et Mariages, est le lieu de ses premiers émois, mais aussi le poste d'où il observe les luttes politiques et les mouvements sociaux, aux côtés d'un père qui milite pour le socialisme. Bientôt, le spectacle des injustices le conduira à l'action. En attendant, il dévoile les troubles de son cœur d'adolescent dans deux recueils de poèmes, publiés à Mons en 1913 : L'Enfant qui fut déçu et Voix entendues. Il reçoit l'encouragement d'Émile Verhaeren. Quand la guerre éclate, il vient de terminer ses humanités à l'Athénée de Mons. Les universités ont fermé leurs portes; il se consacre à la lecture d'une masse d'ouvrages scientifiques et philosophiques, de son propre aveu la base de sa formation intellectuelle et morale. Au printemps de 1917, il tente de passer en Hollande pour rejoindre l'armée. Il est refoulé. Ayant quitté Mons, c'est à Bruxelles qu'il apprend, le 8 novembre 1918, la victoire de la révolution russe. Est-ce l'aube d'une ère nouvelle? Il le croit; il s'engage. Dès 1919, il collabore à des publications d'extrême-gauche. Inscrit à l'Université libre de Bruxelles, il anime l'Association des étudiants socialistes belges. En décembre 1919, délégué par elle au Congrès de Genève, il vote l'adhésion à la IIIe Internationale, malgré le mandat restrictif qu'il a reçu. Les jeux sont faits. Il entre au parti communiste belge dès sa fondation, en septembre 1921. Le 23 novembre de cette année, il épouse Alida Depriez, qui sera l'admirable compagne des bons et des mauvais jours. Diplômé docteur en droit en octobre 1922, il s'inscrit au barreau de Bruxelles et s'installe place Louis Morichar, à Saint-Gilles, dans cette maison d'allure provinciale où il réunit la société bigarrée de ses amis, éblouis par sa parole. Nommé en 1925 président de la section belge du Secours rouge international, chargé à ce titre de nombreuses missions à l'étranger, clandestines souvent, il se soumet à la loi du parti, qui lui interdit de publier toute œuvre littéraire. Pourtant, il continue d'écrire. «Guérit-on de la poésie? Le dimanche, enfermé dans ma maison, je libérais mon vieux démon. Et il me dictait ces proses infinies où, stupéfait, je voyais paraître, mêlés à mes cohortes rouges, des infantes, des anges et, déjà, le Christ.» Deux événements vont infléchir son existence et sa carrière. Rallié aux vues de Trotsky, il est exclu du parti communiste au début de l'année 1928. «Maintenant cette vie que je lui avais donnée, le Parti Communiste me l'a rendue», fait-il dire à l'agitateur de Faux Passeports. Après neuf ans de silence (Ève aux sept visages date de 1921), il publie, à intervalles très rapprochés, la quasi-totalité de son œuvre poétique : Prière aux mains coupées (1930), Histoire sainte (1931), L'Enfant aux stigmates (1933), Fertilité du désert (1933), Déluge (1933), Babel (1934), Odes pour retrouver les hommes (1935), Sel de la terre (1936), Périple (1936), Sacre (1938). Lorsque, en 1943, paraîtra Ave Genitrix, journal lyrique d'une conversion, on disposera de l'ensemble des textes qui correspondent à sa définition de la poésie toute écriture qui doit délivrer l'homme d'une obsession étrangère à sa conscience. Perdu au milieu des ouvrages que Plisnier offre aux lecteurs des poètes entre 1930 et 1936, un recueil de quatre nouvelles, Figures détruites (1932), annonce une bifurcation prochaine. Le projet de composer un roman de longue haleine commence à prendre forme. Ce sera l'autre événement crucial : Mariages (1936), coup d'essai, coup de maître. On salue un nouveau Balzac! Le refus de l'Académie Goncourt de couronner un auteur étranger, son repentir le 2 décembre 1937, lorsqu'elle décerne son prix conjointement à Mariages et à Faux Passeports ou les Mémoires d'un agitateur (terminé en mars 1937) contribuent à élargir l'audience du romancier Plisnier et à renforcer sa notoriété. Quelques jours après le prix Goncourt, le 11 décembre, il est élu membre de l'Académie, où il succède à Paul Spaak. Le succès l'a décidé à abandonner le barreau et à vivre de sa plume. Parti pour la France au début de 1937, il s'établit dans la Brie l'année suivante. Il travaille d'arrache-pied : Meurtres, tomes I et II (1939), tomes IIl et IV (1940). Réfugié dans le Berry, il achève le tome V (1941). Puis, il souffle un peu en écrivant un drame, Hospitalité (1943), et deux romans relativement courts, édités après la guerre, La Matriochka (1945), Héloise (1946). Depuis Mariages (remanié profondément en 1944), il est traduit dans de nombreuses langues. Ayant réintégré sa propriété briarde, saccagée par les Allemands, il poursuit son œuvre avec acharnement. Jointe à Mariages et à Meurtres, la trilogie Mères (publiée entre 1946 et 1949) complète la vaste fresque où, à travers l'histoire de quelques familles de la bourgeoisie provinciale, il a essayé d'atteindre l'essentiel des choses invisibles. Beauté des laides (1951) et Folies douces (1952) seront les derniers livres imprimés de son vivant. Comme Faux Passeports et Figures détruites (en 1945, édition revue et augmentée), le recueil Folies douces montre son changement de ton quand il passe du roman à la nouvelle, évocation dramatique, fiévreuse, d'existences insolites, d'individus déchirés. Le 17 juillet 1952, usé par le travail, consumé par la quête de l'absolu, il meurt dans une clinique bruxelloise, des suites d'une opération. Exhumant des textes inédits et des articles importants parus ici et là, sa veuve constitue trois volumes, L'Homme et les hommes (1953), Patrimoine (1953), Roman. Papiers d'un romancier (1954), où l'on découvre que Charles Plisnier, poète aux multiples registres, romancier visionnaire, nouvelliste original, était aussi un essayiste de premier ordre, un analyste lucide des problèmes de son époque et de son art.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Entre l’évangile et la révolution"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9955 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Technique de pointe. (Tirez à vue)

*Technique de pointe (tirez à vue)* est une pastorale ordurière…

Le bourgmestre de Bruxelles

Les capitales ont perdu une part de leur pouvoir d’attraction ces dernières…

Mémoires pour nuire à l’histoire artistique de mon temps

Davantage que simplement donner le ton, le titre résonne comme un manifeste esthétique. C’est dans l’espace littéraire du peintre, graveur, dessinateur et illustrateur Félicien Rops (1833-1898) que nous entrons. Le recueil Mémoires pour nuire à l’histoire artistique de mon temps se compose de textes sélectionnés par Hélène Védrine, souvent tirés de la correspondance de l’artiste, au fil desquels l’on découvre ses théories esthétiques, sa conception (mouvante, multifibrée) de la modernité, la centralité de l’érotisme, son invention d’une forme de dandysme inspirée par Baudelaire, forme qu’il appelle le druidisme. Ce qui frappe dans la pratique épistolaire mais aussi dans les articles de Félicien Rops, c’est son individualisme forcené qu’il érige en principe d’existence et de création. Un individualisme radical qui implique de se soustraire aux modes, aux goûts mais aussi aux sirènes du succès. Dès qu’une brochette de critiques de renom (Octave Mirbeau, Joséphin Péladan, Joris-Karl Huysmans, Edmond Picard…) loue ses œuvres, Rops répond par un pas de côté en direction de l’hermétisme, de l’élitisme. La modernité qu’affectionne Rops est teintée de décadentisme, d’une aura Fin-de-siècle qui lorgne vers l’occulte, l’asocialité et le refus de tout public comme de toute publicité. J’ai en horreur les expositions (…) En art, j’ai la haine de toutes les popularités et de toutes les démocratisations. Contrairement à tous ceux qui croient que l’on travaille à sauver la société en faisant un croquis ou un sonnet, je crois que l’art doit rester un DRUIDISME, ou se perdre.  Alors qu’au 21e siècle, nombreux sont les artistes à courtiser la gloire — syndrome Andy Warhol du quart d’heure de renommée pour tout un chacun —, Rops revendique l’hermétisme de celui qui se pose en «  éternel indompté  » dont l’art est à jamais non soluble dans la sphère officielle. Porteuses d’un parfum de scandale, ses œuvres, son art érotique ( Pornokratès ), ses attaques anticléricales ( La tentation de saint Antoine ) ont choqué le monde de l’art. Illustrateur de génie des œuvres de Charles De Coster, de Baudelaire, de Barbey d’Aurevilly, Rops donne libre cours à ce qu’il nomme ses «  ropsodies hongroises  », carnets de voyage qui retracent sa quête d’origines hongroises, son sentiment d’étrangeté par rapport à la Belgique.Le ton acerbe, la pratique de l’autodérision parcourent ces textes qui ne ménagent pas leurs attaques contre toutes les écoles, tous les mouvements artistiques. Résolument anti-grégaire, Rops en appelle à l’énergie érotique ( lato sensu ) comme combustion de la création : fureurs érotiques et fureurs créatrices sont sœurs l’une de l’autre. Lui qui sent vibrer en lui l’âme des Magyars, place le champ de l’art sous la lumière de la pulsion sexuelle, du cycle vital.Dans une lettre adressée à Octave Mirbeau en 1886, il affirme une fois de plus sa solitude, sa rupture avec l’ordre des artistes bourgeois : «  j’aime mieux les porchers et les porcs que ces êtres faussement artistes et véritablement imbéciles !  ».  Grand maître des eaux-fortes, Rops grogne, mord, persifle, débusque les artistes aseptisés, les moutons de Panurge, les arrivistes, sans jamais s’exempter des foudres qu’il réserve à ses confrères. Véronique Bergen Cet ouvrage vise à rendre compte des projets littéraires de Félicien Rops. Empruntant à l’artiste les titres qu’il avait lui-même suggérés, cette sélection propose moins une reconstitution précise du projet inachevé de Rops qu’une mise en lumière des aspects divers de son écriture. Sous le titre  Mémoires pour nuire à l’histoire artistique de mon temps  sont réunis les textes, sélectionnés par Hélène Védrine au sein de l’abondante correspondance de l’artiste, qui ont valeur de manifeste et de théorie artistiques. Ils ont été classés selon les principaux axiomes de son œuvre: l’eau-forte, la modernité, l’art érotique, le druidisme. Les rares articles publiés de son vivant y ont été ajoutés. Dans chacune de ces parties, les textes sont présentés chronologiquement, afin de saisir l’évolution d’une écriture et d’une pensée.…