Entre Lesse et Lomme, la nature et les hommes


RÉSUMÉ

Le postulat de base est fort simple : d’abord, il y a la Nature; ensuite, il y ace que les Hommes en font. D’un côté, les paramètres physico-chimiques du milieu concerné : la nature des roches, les conditions climatiques, la sculpture du relief, la formation des sols, l’ensemble des options naturelles favorisant la colonisation des plantes et des bêtes… Et, le temps qui passe! De l’autre, les Hommes : leur origine, leur histoire, leurs choix de société – les bons…

  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois

À PROPOS DE L'AUTEUR
Bruno Marée
Auteur de Entre Lesse et Lomme, la nature et les hommes
Né le 22 avril 1955 à Kinshasa (RDC) Sans ordre d'importance ni de préférence: marcheur au long cours, apiculteur passionné, enseignant retraité, naturaliste éclectique, amateur et défenseur du patrimoine naturel, archéologique et historique, fervent gestionnaire de son petit potager, adepte inconditionnel de l'amitié, de la liberté et de la tolérance (sans négliger la pratique assidue de l'esprit critique), membre de la Compagnie d'écriture de Rochefort et de l'association des «Amis de l'Ermite de Resteigne», amoureux de la langue française et des mots qu'il tente d'organiser pour en faire des phrases et des histoires, auteur de quelques romans et recueils de contes et de nouvelles...

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Entre Lesse et Lomme, la nature et les hommes"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9174 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Pour une internationale du genre humain

En renouant avec la tradition du manifeste,…

Une revue catholique au tournant du siècle : Durendal 1894-1919

À propos du livre (texte de l'Introduction) Lorsqu'on parcourt une histoire de la littérature belge de langue française, le chapitre consacré à cette époque particulièrement florissante, qui va de 1880 à la première guerre mondiale, frappe par l'éclosion soudaine de revues littéraires qui suivirent l'exemple de la Jeune Belgique. Dans la liste de ces revues plus ou moins éphémères, l'attention est attirée par la longévité surprenante de l'une d'elles, Durendal, revue catholique d'art et de littérature . Ce mensuel catholique parut pendant vingt ans, de 1894 à 1914, alors que la Jeune Belgique ne sortit de presse que durant seize années et que la Wallonie disparut au bout de sept ans. Quelle recette a donc permis à Durendal de garder si long-temps ses lecteurs? Et une seconde question vient à l'esprit : à quoi pouvait bien s'intéresser une revue littéraire catholique à un moment où la littérature catholique semble inexistante? Qui a fondé Durendal ? Quels étaient ses objectifs? Autant de questions sur lesquelles bien peu de critiques ou d'historiens littéraires se sont penchés. En faut-il davantage pour désirer examiner avec un peu d'attention cette revue et la sortir de l'oubli, comme ce fut fait autrefois pour la Jeune Belgique et la Wallonie ? C'est ce que nous allons essayer de faire : rechercher les origines de la revue, découvrir son but, analyser la manière dont elle l'atteignit et les raisons qui la maintinrent en vie au-delà de la durée moyenne d'existence des revues littéraires belges. Ce travail ne se veut pas exhaustif: beaucoup d'aspects devront malheureusement rester ignorés, principalement certains problèmes plus particulièrement artistiques qui sortent de nos compétences par leur caractère trop technique. Nous ne proposerons pas non plus, dans chaque chapitre, un relevé détaillé de tous les articles parus dans Durendal et traitant du sujet mais seulement les extraits les plus significatifs. La présentation typographique de la revue, son illustration de plus en plus abondante et le sommaire de chaque numéro ne nous paraissent pas mériter de longs développements. Il suffit de savoir qu'en 1894 chaque numéro comptait vingt pages, tandis que ce nombre…

Le Voyage au bout de la nuit de Céline : roman de la subversion et subversion du roman

À propos du livre À travers les différents niveaux de sens que le texte romanesque du Voyage au bout de la nuit superpose, cet ouvrage serre de près le processus d'instauration du langage célinien, de la surface des mots à la totalité de la création. Transposant la rhétorique de l'argot en un formidable discours subversif, ce langage fonde l'identité symbolique de Bardamu, le héros-narrateur, mais aussi celle de Céline dans cette Nuit de l'écriture où, entre vécu et imaginaire, durée et Histoire, désir et néant, l'écrivain triomphe des discours sociaux de son temps par l'affirmation souveraine d'un style. Mythe romanesque du voyageur de la Nuit, hallucinant de vérité désespérée et de révolte ; mythe littéraire de l'écrivainargotier dont le propos embrasse dans sa revanche verbale toute la honte, toute la souffrance du Mal contemporain : deux niveaux de cette «écriture de la parole» qui entretiennent un subtil trompe-l'oeil entre le sens et la représentation. C'est dans ce travail que résident la modernité de Céline, son art réel d'écrivain comme sa compromission authentique de sujet face à la société et à l'Histoire. Cette étude est le fruit d'une technique magistrale et…