Ène vènéye di Jacaranda / Une senteur de Jacaranda


Ène vènéye di Jacaranda XX
Quand dji ranchène dins mès ridants
al cache di mès souv’nis d’èfant,
mér´ seû ô mitan du dalâdje,
i-gn-a toudis m’ pètit visâdje
qui rit pa d’zous in tchapia blanc.
I-gn-a dès vîs papîs, dès sètchès fleûrs
qui dispôrd’nut pa t’t-avô m’ keûr,
ène vènéye qui vint d’ drola… ène vènéye di Jacaranda!
Quand dins mès mwins, drouvûwes ô lôdje,
dji chû t’t-ô di long d’ leûs royes
l’at’léye dès pwènes èt dès-ârnôjes,
dès jwès, dès bouneûrs qui sont-st-èvoye,
i-gn-a toudis yeune di mès-asdjambléyes
qui m’ lét tafèt’mint disbârtéye;
in-apas qui fét ridér d’ssus m’ pia
ène vènéye qui vint d’ drola… ène vènéye di Jacaranda!
Quand l’ vîye m’apice pal gâye,
qu’ mès pîds n’ touch’nut pus têre,
èvoye l’ plouve qui tchét a r’lâye
èvoye al seûwe tous mès-èspwêrs,
dji clâwe lès-uchs, sère lès fénièsses.
Dji cache…

  lire la suite sur  

DOCUMENT(S) ASSOCIÉ(S)

À PROPOS DE L'AUTEUR
Danielle Trempont
Auteur de Ène vènéye di Jacaranda / Une senteur de Jacaranda
Danielle Trempont vient de nous quitter et sa disparition a frappé tous ceux qui s’intéressent à la littérature en langue wallonne dans la région de Charleroi. Née en 1943 à Mont-sur-Marchienne, toute jeune, elle a émigré avec sa famille au Congo – Congo belge à l’époque – où elle a passé son enfance et son adolescence. Danielle Bury est revenue en Wallonie et elle a épousé Jacques Trempont (1935-2020); le couple s’est installé alors à Montigny-le-Tilleul. Mère de deux filles, femmes au foyer mais fort attirée par tout ce qui touchait à la culture, elle a redécouvert la langue que ses parents utilisaient occasionnellement – le wallon – qui était aussi celle qu’elle entendait chez ses grands-parents à l’occasion de l’un ou l’autre « congé en métropole ». Cet intérêt devint vite une passion qui la mena non seulement à écrire cette langue patrimoniale mais aussi à la promouvoir en organisant des ateliers d’écriture, des récitals, des concours littéraires, … Danielle Trempont était intransigeante sur la qualité de son wallon évoquant des thèmes spécifiquement féminin mais aussi des sujets « universels » – l’injustice sociale, la peur de la mort, la nostalgie d’une enfance heureuse, les difficultés de la vie de tous les jours – , elle se fit connaître et reconnaître comme un des auteurs qui comptent. Elle était avant tout poète mais elle s’était vite débarrassée du « carcan métrique » pour user d’une remarquable prose poétique. Elle a publié bon nombre de ses textes dans « èl bourdon », le mensuel de l’Association littéraire wallonne de Charleroi. La Société de Langue et de Littérature Wallonnes, dont elle était membre titulaire, fit paraître son recueil « D’ombe èt d’ soya » et par la suite, c’est aux soins des éditions de « èl bourdon » que parut « Ene mîye di mi », son second opus. Elle a aussi participé, tant que sa santé le lui a permis, aux travaux du Centre hainuyer d’animation du wallon à l’école, sensible qu’elle était à la transmission de cette langue par le biais de son enseignement. Elle a collaboré à la rédaction de plusieurs livrets édités par cette association et a aussi rédigé, pour l’occasion, bon nombre de poèmes à destination des enfants. Auteure de talent, militante sincère et intransigeante, elle laissera une trace indélébile dans notre littérature en langue wallonne…


FIRST:senteur ène vènéye jacaranda abondantes fleurs - "Ène vènéye di Jacaranda / Une senteur de Jacaranda"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

micRomania - n° 115 - 4 - 2020 - 4e trimestre 2020

Sommaire • Concours 2020 "Un auteur, une voix" par Annie Rak ,  Roland Thibeau • Le Retour des escargots par Gérard Platevoet…

Ène vènéye di Jacaranda / Une senteur de Jacaranda

Ène vènéye di Jacaranda XX Quand dji ranchène dins mès ridants al cache di mès souv’nis d’èfant, mér´ seû ô mitan du dalâdje, i-gn-a toudis m’ pètit visâdje qui rit pa d’zous in tchapia blanc. I-gn-a dès vîs papîs, dès sètchès fleûrs qui dispôrd’nut pa t’t-avô m’ keûr, ène vènéye qui vint d’ drola... ène vènéye di Jacaranda! Quand dins mès mwins, drouvûwes ô lôdje, dji chû t’t-ô di long d’ leûs royes l’at’léye dès pwènes èt dès-ârnôjes, dès jwès, dès bouneûrs qui sont-st-èvoye, i-gn-a toudis yeune di mès-asdjambléyes qui m’ lét tafèt’mint disbârtéye; in-apas qui fét ridér d’ssus m’ pia ène vènéye qui vint d’ drola... ène vènéye di Jacaranda! Quand l’ vîye m’apice pal gâye, qu’ mès pîds n’ touch’nut pus têre, èvoye l’ plouve qui tchét a r’lâye èvoye al seûwe tous mès-èspwêrs, dji clâwe lès-uchs, sère lès fénièsses. Dji cache dins l’ fond dè m’ pôve tièsse après in cwin ayu ç’ qué dj’ s’ré mi minme èt sins rat’na, afuteûse d’ène vènéye d’ drola... ène vènéye di Jacaranda! Quand l’ nwâr brouyârd ô d’bout d’ mès-ans loy’ra in crèpe su mès-îs scrans, an pinsant a m’ rîyôd soçon, l’ powète qui m’a prèstè droci ène mîye di s’ tchanson, ô momint d’ fé m’ dérène bârtéle XX , èm vî pôrtrét d’ tchô èt d’ochas, mi, dji voûreu qu’on l’ rafardèle dins-in linçou... couleûr di Jacaranda!                           * Une senteur de Jacaranda XX Quand je fouille dans mes tiroirs à la recherche de mes souvenirs d’enfant, tout à fait seul au milieu du fatras, il y a toujours mon petit visage qui rit sous un chapeau blanc. Il y a des vieux papiers, des fleurs séchées, qui répandent à travers mon cœur, une senteur qui vient de là... une senteur de Jacaranda! Quand dans mes mains, largement ouvertes, je suis tout au long de leurs sillons, l’attelage des peines et des tracas, des joies, des bonheurs qui sont partis, il y a toujours une de mes enjambées qui me laisse tout à fait désemparée, un pas qui fait glisser sur ma peau une senteur qui vient de là... une senteur de Jacaranda! Quand la vie me saisit à la gorge, que mes pieds ne touchent plus terre, quand la pluie qui tombe en abondance envoie au filet d’eau tous mes espoirs, je cloue les portes, ferme les fenêtres. Je cherche dans le fond de ma pauvre tête un coin où je serai moi-même et sans contrainte, aux aguets d’une senteur de là... une senteur de Jacaranda! Quand le noir brouillard au bout de mes années liera un crèpe sur mes yeux fatigués en pensant à mon riant compagnon, le poète qui m’a prêté ici une parcelle de sa chanson, au moment de faire ma dernière escapade, mon vieux portrait de chair et d’os, moi, je voudrais qu’on l’enveloppe dans un linceul... couleur de Jacaranda!   © Danielle Trempont, revue èl Bourdon n° 731, décembre 2020 Notes 1. Jacaranda, arbre qui porte d’abondantes fleurs d’un bleu violet 2. om’ dénrène bârtéle: ma dernière école buissonnière ma dernière escapade   Jacaranda, arbre qui porte d’abondantes fleurs d’un bleu violet om’ dénrène bârtéle: ma dernière école buissonnière ma dernière escapade Jacaranda, arbre qui porte d’abondantes fleurs d’un bleu violet…