Dames de volupté


RÉSUMÉ

Camille Lemonnier (1844-1913) est le premier écrivain professionnel belge qui ait réussi, à force de volonté, à faire de sa plume un métier honorable et relativement rémunérateur. Il laisse 70 volumes de romans, contes, nouvelles, récits autobiographiques, essais sur l’art et la Belgique, adaptations théâtrales et musicales et de très nombreux articles, discours et préfaces disséminés dans la presse périodique. Dans cet immense massif, les récits courts occupent une place considérable.…



À PROPOS DE L'AUTEUR
Camille Lemonnier
Auteur de Dames de volupté
L'ampleur de son œuvre (plus de 70 volumes) et son inlassable activité de critique d'art (L'École belge de peinture, 1906), font assurément de Camille Lemonnier une des figures-clés de l'histoire culturelle belge. Tour à tour conspué et admiré (Rodenbach lui décerna le titre de «Maréchal des lettres belges»), il s'imposa comme la personnalité dominante du naturalisme en Belgique. Le réalisme de ses romans (qui lui vaudra plusieurs procès pour pornographie) est souvent contrebalancé par un lyrisme qui, tout en n'échappant pas toujours à l'enflure, témoigne d'une imagination prompte à se saisir de grandes figures mythiques. Son écriture puissante et baroque confine souvent au style artiste par son goût des tours recherchés et des termes rares ou patoisants. Rurale au départ (Un mâle, 1881), son inspiration le portera plus tard vers des thèmes sociaux (Happe-Chair, 1886; La Fin des bourgeois, 1892). À l'instar de Zola, ses derniers livres affectionnent le ton prophétique et l'allégorie grandiloquente pour annoncer le salut de l'humanité dans la réconciliation avec la nature.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Dames de volupté"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 10367 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Emplacement réservé

Construit au départ de chroniques, voici un roman inspiré de l’expérience de l’auteur qui…

Histoires assassines

C’est un Quiriny sacrément en forme qui revient à la nouvelle, le format qui l’a…