Contes et récits d'aventures (volume 4)


RÉSUMÉ

Ce recueil rassemble un roman et six nouvelles, ainsi qu’une aventure inédite de Bob Morane.

 


À PROPOS DE L'AUTEUR
Henri Vernes (Charles Dewisme)
Auteur de Contes et récits d'aventures (volume 4)
Bob Morane, le vrai héros de tous les temps... rarement chanson populaire aura visé plus juste! Rarement aussi un auteur aura été plus lié à un seul personnage emblématique. Il est vrai qu'à en juger au travers de sa production pléthorique, Henri Vernes se confond pour ainsi dire avec sa création.Que ses quelque deux cents romans accumulés en cinquante ans relèvent de la littérature populaire, personne n'en disconviendra. Il n'en reste pas moins que, pour la jeunesse à laquelle elle s'adresse en priorité, cette littérature constitue une marche importante vers des œuvres plus classiques. Auteur belge le plus lu après Georges Simenon et Hergé, Henri Vernes, longtemps « interdit de séjour » dans les classes de l'enseignement secondaire, tint pourtant admirablement le rôle de catalyseur de la découverte du monde de l'écriture chez deux ou trois générations d'adolescents. Eh ! Par les temps qui courent, avoir joué les enchanteurs, ce n'est déjà pas si mal. Répondant en 1981 à une enquête du Journal de Tintin, Henri Vernes déclarait que s'il n'avait pas été écrivain, il se serait bien vu dans la peau d'un clochard : voilà qui situe peut-être déjà le profil d'un auteur qui, quoique constamment en marge de la vie littéraire officielle, n'en reste pas moins l'un des auteurs belges les plus lus et les plus connus. Charles-Henri Dewisme est né à Ath, le 16 octobre 1918, dans une famille d'origine tournaisienne. C'est d'ailleurs à Tournai que le jeune garçon passe son enfance avant de poursuivre ses études secondaires à l'athénée de Mons. Dès cette époque, il se découvre une passion pour les romans d'aventure (Louis Boussenard, Gaston Leroux, Jean Ray...), ainsi que pour le cinéma. À 19 ans, le futur écrivain fait une fugue qui le mène six mois en Chine. Pendant la guerre 1940-45, il est agent du Service de Renseignements allié, puis, après le conflit, correspondant de presse pour une agence américaine, Overseas News. Il donne également des articles à Nord Matin et Nord Soir et, sous le pseudonyme de Jacques Seyr, il écrit quelques récits destinés à la jeunesse pour Le journal de Tintin et pour d'autres périodiques. Il publie aussi ses premiers ouvrages, dont un roman psychologique, La porte ouverte (La Renaissance du Livre, 1944). En 1953, Jean-Jacques Schellens, directeur littéraire des éditions Marabout (Verviers), cherchait un auteur capable de créer un héros pour la jeunesse. Bernard Heuvelmans lui présenta alors Charles Dewisme. C'est ainsi que, sous le pseudonyme d'Henri Vernes, ce dernier va créer le personnage récurrent de Bob Morane à qui il fera vivre une première aventure intitulée La vallée infernale. Avoir été découvert par un spécialiste des animaux rares avec lequel on partage une passion pour le jazz, voilà qui n'est pas banal ! Au reste, la «trouvaille» s'avéra pour le moins productive : six romans par an de 1954 à 1977. Souvent présenté comme l'un des rares rivaux de Tintin dans l'imaginaire fictionnel de la jeunesse, Bob Morane sera le héros de près de deux cents aventures supplémentaires. Henri Vernes utilisa ses propres voyages pour camper les exploits de son héros : Amazonie, Chine, Antilles, États-Unis... Après 1977, Henri Vernes quitte les éditions Marabout, mais continue à écrire les aventures de Bob Morane qui seront éditées par d'autres maisons : La Librairie des Champs-Élysées de 1978 à 1982, puis la Bibliothèque Verte chez Hachette de 1982 à 1988, ensuite Fleuve Noir de 1988 à 1992, enfin Claude Lefrancq (avec une réédition intégrale dans la collection «Omnibus») après 1992. Aujourd'hui, les aventures de Bob Morane paraissent aux Éditions Ananké. Outre la série des Bob Morane, Henri Vernes a écrit, parfois sous divers pseudonymes, d'autres romans pour la jeunesse, ainsi que quelques romans policiers, notamment la série Don, sous le nom de Jacques Colombo. Les aventures de son héros principal ont aussi connu un prolongement original dans la bande dessinée, puisque des aventures de Bob Morane ont été mises en planches dès 1959 par Dino Attanasio. Depuis, d'autres dessinateurs (Forton, William Vance, Coria) ont repris le personnage pour un total actuel d'une cinquantaine d'albums. Henri Vernes est décédé en 2021.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Contes et récits d'aventures (volume 4)"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Journal d’un crime

«  Quand le timbre de la porte d’entrée retentit ce matin à sept heures, je sus qu’Elio…

L’Afrique pour se perdre

Milou quitte la Belgique pendant l’été 1970 avec ses trois enfants pour s’assurer que son mari ne les emmènera pas aux USA avec lui, suite à leur séparation. D’un tempérament impulsif et fougueux, elle choisit l’Afrique pour se perdre , atterrit à Kinshasa dans le jeune Zaïre de Mobutu et se rend pour enseigner deux ans à Luluabourg (aujourd’hui Kananga), puis un an à Bukavu. À la porte de l’avion, une gifle d’air brûlant. Coup de javelot dans les rétines. Je vois le jour, enfin. Cette lumière… mais quelles montagnes avons-nous gravies pour être à ce point proches du soleil ? Liz, la narratrice, découvre tout au présent et ses périls : elle a à peine 6 ans à l’atterrissage et en aura 9 ans à son retour en Belgique. Elle sait dès ce moment qu’elle rédigera un jour son immense aventure. Trouver le journal intime de sa mère des décennies plus tard lance la rédaction de ce récit déguisé en roman. Je me sens mal dans cette école. J’ai peut-être la peau blanche, mais j’en suis certaine, mon cœur, lui, est devenu noir ! Avec Milou en mère excessive et libre, Alix grande sœur plus responsable, la petite Liz est aussi la cadette de John, un frère dangereux se prenant pour un bandit et aussi l’homme de la maison, du haut de ses douze ans qui en paraissent seize. De plus, la famille s’agrandit du voisinage, des camarades de classes et des débordements du cœur du Congo.Liz, pénétrée du continent, entre peu à peu en osmose avec le pays. Le spectacle de sa vie intérieure, en fusion toujours plus forte avec la terre, la grande nature, le climat et le ciel, dépasse en le sublimant, son entendement de petite fille absolument offerte à l’existence. Je me fiche qu’on me regarde, je suis la petite Blanche qui entre en transe parce qu’elle brûle de vie et qu’il faut que ça sorte. Je ne vois plus personne, je suis ailleurs. Une dimension parallèle où seule la musique parle, cogne, tape sur les tambours et impose ses lois. Elle m’a prise dans ses longs bras d’ébène et sculpte mon corps à sa guise. Des chanteurs scandent chacun de mes gestes et subliment ma danse. Des larmes soudain inondent mon cou. Brutalité des contrastes : la petite famille embarquée dans la grande histoire du pays va subir les frasques de l’idéologie mobutiste jusque dans le bureau de tel ministre et l’impasse de la jungle débordante. Nous aurions pu finir découpés à coups de machette. Mes frères zaïrois auraient pu me faire ça, à moi et à ma famille. Ça me pétrifie. J’ai l’œil rivé à ma frêle main blanche sur le bras chocolat du général. Je serai toujours une mzungu . Quels que soient mes sentiments, mes tentatives pour me rapprocher d’eux, je n’ai pas l’honneur d’être née zaïroise. L’Afrique est toute Aventure. Ce roman le raconte à foison et se lit avec plaisir, curiosité, envie, inquiétude aussi. Une fois dépassée la mise en place fragile d’une petite fille de moins de dix ans en narratrice comprenant et s’exprimant…

Poisson d’avril

Louis et Augustin vont faire une blague à leurs parents. Ils vont inventer qu'ils sont partis au Canada…