Code Kanun


RÉSUMÉ

Une nuit agitée pour le juge d’instruction de service. Vers 2 heures du matin, la sonnerie de son téléphone le réveille. Le procureur, de service lui aussi, l’informe qu’un homme a été retrouvé en pleine rue, dans le centre de Bruxelles, douze balles dans le corps. Les policiers, alertés par les riverains, sont sur place depuis minuit. Les ont rapidement rejoints le labo et le légiste.

La victime porte à la cheville un bracelet électronique. L’homme est un prévenu d’origine albanaise. Tentait-il de s’enfuir ? Pas de chance pour les tueurs, au nombre de quatre, l’un d’entre eux, le guetteur est identifié grâce aux caméras de surveillance. L’album photos de la Police judiciaire crache son nom et son adresse. Le guetteur est aussitôt intercepté par les enquêteurs dans un café. Il ne dit pas un mot. La loi du silence.

Pourquoi la victime qui avait bénéficié d’une mesure de détention allégée a-t-elle choisi de s’enfuir et surtout pourquoi a-t-elle été assassinée ? D’autant que le guetteur est un de ses acolytes. Une autre enquête en cours a révélé un important trafic de cocaïne, au départ du port d’Anvers. Un trafic dans lequel le de cujus était impliqué, comme celui qui avait participé à son élimination. D’après les policiers en charge de l’affaire, ce meurtre n’a aucun sens. Sur base des écoutes, on sait que tous ces malfrats s’entendaient fort bien. De la vente jusqu’au blanchiment des fonds illicites vers l’Albanie. Cette enquête avait abouti à l’arrestation de celui retrouvé percé de douze trous. L’explication ? Une seule personne la connaît. Une femme. Anhila. Son métier ? Interprète auprès des services judiciaires. C’est elle qui a assisté les policiers lors des auditions de la future victime. Une proximité dangereuse ? Et si la raison de cet inexplicable assassinat était inscrite dans le code Kanun, le code d’honneur de la mafia albanaise ? S’agirait-il d’un plan machiavélique imaginé par une femme menacée ?


À PROPOS DE L'AUTEUR
Michel Claise
Auteur de Code Kanun
Michel Claise fut avocat durant vingt ans et il est aujourd'hui juge d'instruction, à Bruxelles, spécialisé dans la lutte contre la criminalité en col blanc. Il s’est notamment illustré dans les dossiers de la Belgolaise, de Georges Dumortier ou encore du délit d’initié dans l’affaire Fortis. Il a choisi de parler de son métier, et des difficultés de celui- ci, en passant par le roman. Il est entré en écriture avec un premier roman très remarqué, Salle des pas perdus (2006) qui parle de la Belgique durant la Seconde Guerre mondiale ; Les années paix (2010), qui continue l'histoire, narre la Belgique d'après-guerre et des années 50. L'histoire racontée dans Le forain (2008) dévoile plusieurs techniques de fraudes, et le quotidien d'une brigade financière, confrontée au manque de moyens. Son but est d'écrire l'importance et la facilité des mécanismes de criminalité financière qui gangrènent notre société. Mais aussi, le manque de prise de conscience général face aux conséquences dramatiques que ces comportements entraînent. Faux et usages de faux raconte comment un écrivain à succès, travaillant sur le roman sulfureux qu'attend son éditeur, reçoit la visite d'un personnage prétendant être le diable. Celui-ci se prop se de l'aider à l'écrire en lui suggérant de s'intéresser à des gens déviants à force de trop se conformer à un idéal de vertu.


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Au fil des années, Michel Claise a construit une œuvre romanesque en marge de son activité de juge d’instruction en charge de la criminalité financière, toujours animé du désir de nous donner des clés de compréhension de la société contemporaine. La fiction qu’il nous donne aujourd’hui prend d’emblée un point de vue qui lui est professionnellement familier, celui de Julie Pasteur, une jeune juge réveillée une nuit de décembre vers 2 heures du matin par le procureur qui l’informe de la découverte en pleine ville d’un corps criblé de balles.  Nous vivons avec elle et son équipe la journée initiale d’une enquête bien avant les premières lueurs de l’aube jusqu’à la nuit, suivant pas à pas les étapes obligées de la…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:enquête code activité - "Code Kanun"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Petit frère

L’on sait François Emmanuel fin observateur des relations humaines ; qu’il s’agisse…