Atlas sonore de la quarantaine


Le confinement ne se prête guère à la linguistique de terrain. Pour des langues minorisées comme le wallon, dont les locuteurs sont le plus souvent pensionnés, seules quelques enquêtes ont été rendues possibles par la fin de la quarantaine de 2020: elles sont en ligne à l’adresse

voir web   https://atlas.limsi.fr/?tab=be
Aussi avons-nous entrepris de recueillir, via Internet, une quarantaine de traductions de la fable d’Ésope « La bise et le soleil » , dans des langues/dialectes minoritaires d’Europe, dont des langues sans territoire compact comme l’aroumain.

Ces langues, objets de stigmatisation à l’instar du rromani, soulèvent des questions non moins intéressantes que le wallon ou le francique. L’hétérogénéité de ces langues, presque consubstantielle à leur état minoritaire, va ainsi alimenter un discours commun, puriste, fixiste et essentialiste : « on ne dit pas ça comme ça » ou, entre deux variétés de ces langues, « ils [les autres]…

  lire la suite sur  REVUES.BE


FIRST:langues - "Atlas sonore de la quarantaine"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Écrire sans faute. Dictées lues, commentées et corrigées

Écrire sans faute. Un recueil de trente-trois dictées choisies principalement parmi celles proposées par les Championnats d’orthographe entre 1992 et 2016, auxquelles Michèle Lenoble-Pinson, présidente desdits Championnats, en a joint quelques nouvelles, puisées notamment dans l’œuvre du surréaliste Marcel Mariën et dans celle de Jean Ray, grande figure du domaine fantastique. 17Car ces dictées sont des textes littéraires authentiques, signés de vingt-trois écrivains, des aînés (Jean Ray (1887-1964), Arsène Soreil (1893-1989), Madeleine Bourdouxhe (1906-1996)) aux cadets : Sandrine Willems, née en 1968, Laurent De Graeve (1969-2001), Isabelle Baldacchino, née en 1975. Chacun présenté par une courte bio-bibliographie.Dans son avant-propos à cette troisième édition d ’Écrire sans faute , Michèle Lenoble-Pinson, qui partage sa passion de la langue française de l’enseignement à des formations, des conférences, et plusieurs ouvrages tel Dire et écrire le droit en français correct , souligne que ces trente-trois textes composent «  un florilège de la littérature française écrite en Belgique au XXe siècle et au début du XXIe  ». Et détaille les commentaires qui accompagnent chacun, épinglant leurs difficultés lexicales et grammaticales, précisant le sens, l’origine et l’histoire des mots, analysant les variantes possibles.Commentaires éclairants, qui stimulent notre goût de l’orthographe, notre envie de déjouer ses pièges, notre (folle) ambition de la maîtriser.À noter que ces dictées lues et enregistrées sont aisément disponibles sur le site catalogue de l’éditeur .Lancez-vous ! Francine Ghysen • 33 dictées réellement testées lors de concours d'orthographe, pour mesurer et améliorer ses compétences. • Commentaires lexicaux et grammaticaux fondés sur les erreurs commises par les candidats. • Textes authentiques provenant de 23 écrivains contemporains. • 2 niveaux de difficulté : textes accessibles dès 16 ans. • Version audio des dictées téléchargeable gratuitement,…

Aspects inconnus et méconnus de la contrefaçon en Belgique

À propos du livre La contrefaçon belge des livres à l'époque romantique est quasiment inconnue. Née au lendemain de la séparation de la Belgique d'avec la France et de son rattachement à la Hollande, poursuivie après l'indépendance belge conquise à la suite de la révolution de 1830, cette industrie colossale, parfaitement licite en raison des législations nationales et internationales d'alors, eut à son actif, sans que leurs auteurs ou leurs ayants droit pussent s'y opposer, la reproduction, la traduction, l'adaptation des ouvrages étrangers, principalement français, qu'ils fussent littéraires, religieux, scientifiques, artistiques, politiques, historiques, militaires, musicaux, ou qu'ils traitassent de cuisine, de jeux de société, de typographie, d'archéologie, etc. Ce sont toutes les facettes de la «contrefaçon» belge que recense ce livre, divisé en une introduction, vingt chapitres abondamment illustrés de catalogues et de textes publicitaires d'époque, et trois annexes. Compte tenu de l'importance capitale du sujet, cet ouvrage interpellera tant le monde de la librairie que celui des bibliophiles, des bibliographes, des philologues, des économistes, des juristes, des scientifiques, des sociologues, des chercheurs, enfin : de tous ceux qui, de près ou de loin, érudits ou néophytes, s'intéressent au romantisme et à la Belgique de 1814 à 1855, lorsque ses éditions, souvent très soignées et vendues à des prix défiant toute concurrence, étaient répandues dans le monde entier et y propageaient les langues étrangères, au premier rang desquelles figure le français. L'auteur étudie depuis 1973 cet inépuisable et passionnant sujet, auquel il a déjà consacré dans le Bulletin de l'Académie royale de langue et de littérature françaises trois études. Son livre, le premier à traiter de façon globale de la contrefaçon belge, est la somme de ces années…