Arsène Lapin : Les oiseaux vagabonds (tome 8)


RÉSUMÉ
Des étourneaux ont envahi la ville, salissant tout sur leur passage. Ils ont élu domicile dans les environs de la cathédrale et il n'y a pas moyen de les déloger. Madame le maire refuse la violence. C'est alors qu'intervient Arsène Lapin. Affaire rondement menée et vite classée...

À PROPOS DE L'AUTEUR
Pierre Coran
Auteur de Arsène Lapin : Les oiseaux vagabonds (tome 8)

Né le 11 mai 1934 à Mons

Régendat instituteur primaire, Mons

Des poésies, des fables, des pensées naissent aux aurores. Je taille la pierre brute, affine la forme. Pour moi, le poète est un agent double. Il peut selon l’humeur du moment, se rendre invisible ou transparent, ce qui l’apparente au caméléon ou à la méduse. Cet état me plaît. Qui se nourrit de poésie peut se permettre d’être gourmand. Prix de reconnaissance pour sa contribution au rayonnement de la littérature de jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour l’ensemble de son oeuvre, 2006 Lauréat d’une Bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Aide au projet, 2008 Nominé au Prix Hans Christian Andersen (Ibby) pour l’ensemble de l’oeuvre, 2010  

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Arsène Lapin : Les oiseaux vagabonds (tome 8)"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 16280 ) [domains] => Array ( [0] => 16306 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

On déménage !

Papa et maman l’ont annoncé : on déménage ! Elle est pourtant jolie la maison avec son…

Poppeup !

Pour fêter les 30 premières années de sa maison d'édition – "des années libres et farfelues" – Benoit Jacques se mue en Ingénieur papier. Sinon comment appeler le créateur qui signe un Poppeup? Pour parler en bon anglais,…

Papy de Neige

Pour réaliser Papy de neige , les Editeurs ont réuni une jeune illustratrice dont c’est le premier album et un auteur chevronné pour ado et adultes qui s’adresse ici aux enfants. C’est l’hiver. Il neige fort. Le jeune narrateur (ou peut-être est-ce une jeune narratrice ?) et son Papa construisent un grand bonhomme de neige. Avec tout ce qu’il faut pour qu’il ait l’air d’une vraie personne. Des noix pour les yeux, une écharpe, un chapeau et des gants. Quand la neige s’arrête de tomber, le bonhomme commence par résister. Le soleil lui donne de l’éclat. Mais petit à petit, l’air se réchauffant, le bonhomme se met tout doucement à rapetisser, à rétrécir, à fondre. Jusqu’à n’être plus qu’un petit tas blanc sur le sol. Ce que je ne vous ai pas dit c’est que le jeune narrateur avait un Papy. Sans que le mot ne soit jamais prononcé, le lecteur a compris que ce Papy - le papa de son papa - est mort. Or ce papy adorait la neige. « Il disait que la neige apaise la tristesse et la colère ». Et pour le gamin, le bonhomme de neige « beau et fier » ressemble à son Papy. A tel point qu’accompagner l’homme de neige dans sa courte vie, lui permet de revivre les derniers moments avec son Papy et d’accepter l’inéluctable. D’une certaine manière, la neige a apaisé la tristesse de l’enfant et peut-être même sa colère.…