Å, itinéraire suédois


RÉSUMÉ
La poésie de Lincken tout comme celle de Södergran, poète majeure en Scandinavie (1892-1923, finlandaise d’expression suédoise), travaille sur la notion de rive, de limite, et aussi sur la langue. S’en suit une vie jaillissante, panthéiste.

À PROPOS DE L'AUTEUR
Piet Lincken
Auteur de Å, itinéraire suédois
Issu de la génération née après 1968, Piet Lincken, belge d'origine franco-suédoise, mène un travail protéiforme et inclassable afin d'amener à un questionnement autour de l'écriture, de la création, et plus largement de la condition humaine. Poète (Les Bosquets noirs -textes de 1990-2013, J’ai cru voir un dieu, 2010, aux éd. Le Coudrier, et S’entraîner au passage des abîmes, L’Âge d’Homme, 2011…), dramaturge (N’éveillez pas l’ours qui dort, Festival Scénoblique 2010, France), traducteur de la poésie scandinave (un choix de poèmes d’Edith Södergran, traduits du suédois, dans le recueil de Piet Lincken, Å, itinéraire suédois, Atelier de l’agneau, 2011), il est aussi compositeur (Psaume 49, pour chœur et orchestre symphonique, 2006, Cycle pour soprano et piano au Parlement de la Communauté française de Belgique, 2005) et pianiste/organiste professionnel (création de ses œuvres aux orgues de Saint-Germain-des-Prés à Paris etc.). Plus récemment, et dans un parcours proche de celui qu’il mène en photographie sur la Scandinavie, il expérimente le dessin, le plus souvent au fusain et au marqueur, dessins qui font périodiquement l’objet de reproductions en revue ou d’expositions. Il a été souligné à plusieurs reprises une certaine filiation entre son travail et l’expressionnisme nordique (Munch, Barlach...).

NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Depuis longtemps je prévoyais un voyage vers la Scandinavie. L’heure n’étant pas aux déplacements, j’ai dû réfréner mon élan vers le Nord, mettre cette destination au frais dans l’attente de jours meilleurs. Mais c’était sans compter le dernier livre de Piet Lincken ravivant le désir, Å itinéraire suédois édité dans la collection bilingue de l’Atelier de l’agneau. Artiste polymorphe (musicien, photographe, poète, compositeur) et traducteur du suédois, l’auteur nous embarque vers les confins de la Suède et de la Finlande où il vit régulièrement. Version augmentée d’un texte paru précédemment, le livre procède par à-coups, tels les soubresauts du moteur de la voiture qui pousse Lincken sur l’autoroute E6 vers Göteborg et…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:poème musique auteur - "Å, itinéraire suédois"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9176 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

komsakonkoze (komildiz)

Lire, comme parler, écrire, écouter, ça se passe d’abord dans…

Jeanne Moreau chante des poèmes de Norge

Un coup de cœur du  Carnet Jeanne Moreau chante Norge , album de deux vinyles et un CD, réal. Françoise Canetti, Productions Jacques Canetti, 2018, 19.99 €, Réf. PJC 503969. De Jeanne Moreau, on sait qu’elle fut une grande comédienne et une femme cultivée. Plus discrète, sa carrière de chanteuse tient en six albums, dont deux morceaux au moins sont célèbres : Le tourbillon de la vie et J’ai la mémoire qui flanche , sur des textes et partitions de Cyrus Bassiak, alias Serge Rezvani. La première chanson fut insérée par François Truffaut dans Jules et Jim en 1962, la seconde figure sur un disque édité en 1963 par Jacques Canetti, qui avait fait connaitre des artistes tels que BorisVian, Léo Ferré, Georges Brassens ou Raymond Devos. D’autres albums suivront en 1966, 1967, 1969. Tournages et enregistrements, toutefois, n’empêchent pas l’actrice de s’adonner à la lecture, un de ses loisirs favoris. En 1978, Jacques Canetti lui apporte les Œuvres poétiques 1923-1973 de Norge, fraichement rééditées par Pierre Seghers. Elle s’enthousiasme aussitôt pour ces poèmes incisifs, sonores, savoureux, avec une préférence pour les recueils de 1949 à 1973 : Les râpes , Famines , Le gros gibier , La langue verte , etc.  «  Ses poèmes m’ont paru simples, évidents, avec des mots qui allaient droit au cœur…  J’ai eu envie de les dire puis d’en faire des chansons pour un disque. Certaines sont drôles ou cruelles, d’autres tendres, agressives, humoristiques », dira-t-elle plus tard aux journalistes, ajoutant que cette poésie véhicule «  le besoin d’amour, la rage créatrice, la cruauté de la vie, le goût du néant, l’espérance d’un idéal, le dérisoire état de l’homme.  » Dès 1979, le projet de disque prend forme. Sûrs de son intérêt artistique et convaincus de trouver un public accueillant, Jeanne Moreau et Jacques Canetti entament un travail qui prendra deux années – rythme relativement rapide en l’occurrence. Vingt-deux poèmes de Norge sont choisis avec soin pour leurs qualités intrinsèques, mais aussi dans le souci de varier les thèmes et les tons : Râpe à fer et râpe à bois (1949), La peur (1950), Le nombril du monde (1969), Chanson à tuer (1973) etc.  Encore faut-il ensuite qu’ils soient mis en musique avec finesse et brio. Les deux complices sollicitent alors le talentueux Philippe-Gérard, auteur de près de mille chansons pour Édith Piaf, Franck Sinatra, Marlene Dietrich, Nat King Cole, Maurice Chevalier et autres célébrités du music-hall. Le compositeur – qui a aussi collaboré avec maints poètes – se met aussitôt au travail, s’ingéniant à créer pour chaque texte une mélodie en parfaite harmonie avec son registre et sa versification. Mais, d’une grande densité et d’une complexité plus grande qu’il n’y parait, les poèmes de Norge ne sont pas des paroles de chansons : pour que l’auditeur n’en perde rien, il est donc nécessaire de prévoir de nombreuses reprises, soit de vers, soit de strophes, soit même du poème entier, comme c’est le cas pour Pas bien , Râpes ou Peuplades . Philippe-Gérard effectue là un travail d’orfèvre, animant avec vivacité les textes et mettant en relief leur sonorité.…

Écriture première

Après une œuvre déjà abondante et diverse, Stéphane Lambert revient à la…