À contresens


RÉSUMÉ

«C’est une magnifique journée.

Inspire un grand coup…

Trois, deux, un…

Vas-y, roule!»

Une petite fille s’élance et roule sur sa planche à roulettes en toute liberté à travers sa ville.

À contresens est un véritable hymne à l’émancipation et à la liberté. À l’idée que malgré nos différences, nous pouvons prendre notre envol et nous émanciper peu importe ce que les autres diront. Un véritable bijou d’album décomplexant à glisser entre le plus de mains possibles.





NOS EXPERTS EN PARLENT...
ricochet



L’auteur et illustrateur Jean-Yves Casterman semble avoir choisi depuis son premier album, Dans ma boîte, un style empreint de douceur, de transparence que l’on retrouve dans ce deuxième titre. Un style qui s’exprime dans une trame textile qui transparaît plus ou moins selon la couleur et donne un aspect très tactile à l’image, et le rendu estompé d’un songe.

Pourtant…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:contresens illustration enfant - "À contresens"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 16281 ) [domains] => Array ( [0] => 9534 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Tout là-haut

Onirique, cette histoire donne à l’enfant l’occasion d’aborder le monde de l’art par la beauté de ses illustrations et l’invite à nourrir son imaginaire. Voici un texte réduit à l’essentiel, des mots pleins de sens et des illustrations d’une simplicité limpide qui invitent le lecteur à créer son propre récit selon son inspiration du moment. Une trame narrative est là, tout de même, qui évoque une petite fille déambulant dans le ciel, sur un fil, dont on ne voit pas les extrémités. Ce fil traverse différentes régions, des plus chaudes aux plus froides et semble sans fin comme la vie de cette enfant pour qui tout est encore possible. Arrive un moment où une étape importante doit être franchie, un pas en avant doit être fait pour que la petite fille devienne grande, indépendante, audacieuse. Une étape symbolisée par la perte de sa poupée, perdue à jamais au-dessous d’elle à la suite d’un léger choc. Et puis survient une rencontre avec un garçon qui évolue également dans le ciel, mais d’une autre façon…Les illustrations lumineuses de Jean-Marie Oriot, qui sont d’une vivacité éclatante, renforcent encore l’originalité de ce texte à la portée philosophique. Il nous invite à réfléchir et pose des questions existentielles qui sont au cœur de notre quotidien. On est dans l’apprentissage de la vie, dans l’idée qu’il faut grandir et être toujours en état de curiosité et d’éveil. L’auteur de ce très bel album, qui cultive le mystère ouvre une voie où le lecteur est invité à exercer pleinement son…

Choeur de grenouilles

Faire partie de la chorale, c'est le rêve de toutes les grenouilles. Lucie a une voix sublime, mais elle est trop petite. Berta a un physique de cantatrice, mais chante comme une casserole...Toutes les grenouilles rêvent de faire partie de la chorale. Le grand jour est enfin arrivé, Breta et Lucie vont passer l’audition. Mais Lucie est jugée trop petite et Breta chante faux ! Que faire ? Les deux amies ne sont pas prêtes à renoncer et sont bien décidées à montrer à tous de quoi elles sont capables. Prônant la détermination, cette histoire délivre aussi un message de lutte contre les préjugés et les différences. Mettant ainsi à l’honneur l’amitié et les envies de chacun, cet album ravira sans doute les plus jeunes des lecteurs, tant par l’humour présent dans l’histoire que par la finesse des illustrations.…

Le Maître de tout

« Le maître de tout » est un livre-théâtre qui met en scène une série de quatorze fables toutes humoristiques, décalées, incongrues, désopilantes et décidément drôles autour des aventures et mésaventures d’une ribambelle d’animaux dont les pas les ramènent invariablement vers le « maître de tout » : le chat, personnage aux multiples facettes, fier et arrogant, malin et agile, attachant et drôle. Livre-théâtre parce que chaque fable est une scène qui se matérialise dans cet album - impressionnant par ses illustrations en noir et blanc et étrangement captivantes – par des rabats imprimés à l’encre phosphorescente et à observer le soir sous la couette, tel un chat de son regard…